Philosophie, épistémologie – La neutralité métaphysique, par Pascal Charbonnat

Un présupposé méthodologique fondamental traverse l’ensemble des sciences contemporaines : la connaissance scientifique doit être neutre sur le plan métaphysique, c’est-à-dire s’abstenir de recourir à des entités invérifiables et transcendantes. Mais comment en faire l’économie à propos de questions comme celles de la création, de l’origine, des premiers commencements, qu’il s’agisse du monde ou des espèces ?
De la transcendance de l’origine à l’immanence des commencements, cet ouvrage expose la façon dont cette idée d’ « abstinence métaphysique » est apparue en histoire naturelle au milieu du XVIIIe siècle.
Aujourd’hui la résistance des arguments créationnistes nous montre combien il est utile de faire l’histoire de cette idée. Si les sciences ne se débarrassent jamais de la question de l’idéologie, elles n’ont pas pour autant à se mêler aux théologies. Comment l’abstinence métaphysique fonde-t-elle l’indépendance des sciences, alors même qu’elle autorise ou bien un Dieu détaché de la nature, ou bien son inexistence ?

C’est à cette réflexion que nous invite Pascal Charbonnat.


Pascal Charbonnat, Quand les sciences dialoguent avec la métaphysique, préface de Francine Markovits-Pessel, Vuibert, 2011, 224 pages.

On pourra lire des extraits ici.

Note : Pascal C. n’en est pas à son coup d’essai. Il a à son actif l’excellente Histoire des philosophies CorteX_Charbonnat_materialistesmatérialistes, Editions Syllepse, collection Matériologiques, 650 pages, 2007. La préface, intitulée Comprendre le matérialisme par son histoire, est de Guillaume Lecointre et peut être lue ici.

En guise d’introduction, AssoMat, l’association pour des études matérialistes a publié une lecture de « l’Histoire des philosophies matérialistes » de Pascal Charbonnat, par Jean-Marc del Percio-Vergnaud.

 

Richard Monvoisin