Philosophie critique – Jacques Bouveresse et son dernier ouvrage

Il est rare que des scientifiques parlent bien de philosophie, mais encore plus que des philosophes parlent bien de science. Jacques Bouveresse est de ceux-là. J’avais croisé le chemin de ses écrits étant tout jeune étudiant, juste après l’affaire Sokal et l’ouvrage majeur de J. Bricmont & A. Sokal, « Impostures intellectuelles« , (cf. Bibliotex). Il tranchait dans le décor : il fut un des rares philosophes à se positionner du côté des deux auteurs. J’avais alors fouillé un peu ses bouquins, et avait lu avec déléctation un ouvrage intitulé « Prodiges et vertiges de l’analogie« , certes un peu technique mais terriblement abrasif pour tous les faux penseurs qui font semblant de réfléchir en incrustant des équations saugrenues dans leurs théories sociales ou politiques, et qu’on ne saurait trop recommander aux mathématiciens, mais aussi à tous ceux qui voient passer des arguments basés sur le théorème de Gödel.
De la pure auto-défense intellectuelle en boîte, jusque dans ses prises de positions publiques. A titre d’anecdote, le 14 juillet 2010, la ministre Valérie Pécresse a tenté de lui épingler une légion d’honneur à son insu.
Voici la teneur de sa réponse, publiée par l’éditeur Agone*.

Lettre de Jacques Bouveresse à Mme Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur En réaction à l’attribution d’une Légion d’honneur qu’il n’a jamais demandée, Jacques Bouveresse nous [Agone] a transmis la lettre (en date du 17 juillet 2010) par laquelle il a refusé cet « honneur ».

Madame la ministre,

Je viens d’apprendre avec étonnement par la rumeur publique et par la presse une nouvelle que m’a confirmée la lecture du Journal officiel du 14 juillet, à savoir que je figurais dans la liste des promus de la Légion d’honneur, sous la rubrique de votre ministère, avec le grade de chevalier.

Or non seulement je n’ai jamais sollicité de quelque façon que ce soit une distinction de cette sorte, mais j’ai au contraire fait savoir clairement, la première fois que la question s’est posée, il y a bien des années [Il s’agissait alors d’une proposition émanant du ministre socialiste Jack Lang. [ndlr], et à nouveau peu de temps après avoir été élu au Collège de France, en 1995, que je ne souhaitais en aucun cas recevoir de distinctions de ce genre. Si j’avais été informé de vos intentions, j’aurais pu aisément vous préciser que je n’ai pas changé d’attitude sur ce point et que je souhaite plus que jamais que ma volonté soit respectée.

Il ne peut, dans ces conditions, être question en aucun cas pour moi d’accepter la distinction qui m’est proposée et – vous me pardonnerez, je l’espère, de vous le dire avec franchise – certainement encore moins d’un gouvernement comme celui auquel vous appartenez, dont tout me sépare radicalement et dont la politique adoptée à l’égard de l’Éducation nationale et de la question des services publics en général me semble particulièrement inacceptable.

J’ose espérer, par conséquent, que vous voudrez bien considérer cette lettre comme l’expression de mon refus ferme et définitif d’accepter l’honneur supposé qui m’est fait en l’occurrence et prendre les mesures nécessaires pour qu’il en soit tenu compte.

En vous remerciant d’avance, je vous prie, Madame la ministre, d’agréer l’expression de mes sentiments les plus respectueux. Jacques Bouveresse

Le 17 février 2011 est sorti son dernier livre, « Que peut-on faire de la religion ?« , suivi de deux fragments inedits de Ludwig Wittgenstein presentés par Ilse Somavilla.

Jacques Bouveresse poursuit la réflexion sur les relations entre raison et croyance religieuse qu’il a engagée dans « Peut-on ne pas croire ? Sur la verite, la croyance et la foi » (Agone, 2007). Il se confronte ici aux idees de deux penseurs majeurs du XXe siecle, Bertrand Russell et Ludwig Wittgenstein, pour qui le rejet de toute religion instituée et des diverses formes d’irrationalisme n’est pas incompatible avec une comprehension de l’experience religieuse. « Dans le domaine des emotions, declarait Bertrand Russell, je ne nie pas la valeur des experiences qui ont donné naissance à la religion. Mais pour parvenir à la verité je ne peux admettre aucune autre methode que celle de la science. » Aux yeux de Wittgenstein, au contraire, l’ideal religieux etait la lumiere la plus pure par laquelle nous puissions aspirer à etre eclairés, et les Hommes qui vivent dans la culture de la rationalité conquerante et du progrès indéfini ont besoin d’apprendre que ceux-ci colorent les objets de leur monde d’une couleur déterminée, qui ne constitue qu’un assombrissement.

Collection Banc d’essais, 192 pages, 19 euros
http://atheles.org/agone/bancdessais/quepeutonfairedelareligion/

Jacques Bouveresse aux editions Agone:
http://atheles.org/trouver?main=recherche&ref_editeur=1&cherche=bouveresse&go=Chercher

 

On pourra également lire

et voir l’excellent DVD contenant deux documentaires : Le besoin de croyance et le besoin de vérité et Les intellectuels et les médias avec en supplément Pierre Bourdieu et le regard méchant de la science.