Sophisme du pragmatisme

Le sophisme du pragmatisme

On tombe dans le sophisme du pragmatisme lorsqu’on prétend que quelque chose est vrai ou est efficace parce que ça marche. Par exemple, l’astrologie marche, la kinésiologie marche.

Le dictionnaire sceptique nous explique :

« Ce que « marcher » signifie ici n’est pas clair. Au minimum, cela signifie qu’on perçoit un bénéfice concret à croire que cela est vrai, malgré le fait que l’utilité d’une croyance soit indépendant de sa véracité. À ce niveau, « marcher » paraît signifier « J’en suis satisfait, » ce qui veut peut-être dire « Je me sens mieux » ou « Ça m’explique des choses. » Au mieux, « marcher » signifie « a des effets bénéfiques » même si les preuves sont très minces pour établir la causalité. »

La sur-representation de ce sophisme, basé sur un raisonnement de type Post Hoc ergo propter hoc, dans les prétentions des pseudothérapies est un des écueils majeurs à la construction d’une critique.

 

 

(tiré de Monvoisin, Pour une didactique de l’esprit critique, 2007, 4.3.5.3 p.261).