Effet impact

Le sophisme est un raisonnement qui n’est logiquement correct qu’en apparence. Il se distingue des paralogismes dans le sens où il est volontairement fallacieux, conçu avec l’intention d’induire l’interlocuteur en erreur.

L’effet Impact consiste à utiliser la connotation, ce que l’on peut appeler le poids des mots, pour induire une idée un peu (ou très !) différente de celle que les mots prétendent représenter. C’est jouer sur l’écart entre connotation et dénotation. Deux mots peuvent en effet dénoter la même chose mais avoir des connotations différentes, positives ou négatives selon les cas [1]. 

Dans l’effet Impact, le choix des mots repose moins sur leur sens que sur l’impact affectif qu’ils génèrent.

Quelques exemples :

- le MODH (monoxyde de dihydrogène) est un composé chimique (moléculaire) incolore et inodore, également dénommé par certains : oxyde de dihydrogène, ou simplement acide hydrique. On le retrouve dans de nombreux composés caustiques, explosifs et toxiques tels que l’acide sulfurique, la nitroglycérine et l’alcool éthylique.

On voit ici le MODH dans sa forme liquide ainsi qu’une rivière contaminée par le MODH.

CorteX_MODH_eprouvette CorteX_MODH_tuyau

Le MODH n’est que de l’eau. Effet impact assuré par la présence d’un vocabulaire scientifique, de mots qui font peurs et pourtant, tout ce qui est écrit est vrai. On peut même obtenir un excellent effet impact avec des images. Ici, cet effet est donc négatif

- La France se lance dans la reconquête totale du Mali (voir ici par exemple). Ne s’agit-il pas tout simplement d’atténuer le sens d’un mot qui décrit, en tout état de cause, une guerre ? Mais le mot « guerre » aurait alors un effet impact négatif.

- Exemples repris dans le Petit cours d’autodéfense intellectuelle de Normand Baillargeon [1] : Frappe chirurgicale –> bombardement qu’on espère précis en raison de la proximité de civils. Incursion –> invasion ; pertes collatérales –> morts de civils

———————

Note : des doctorants-moniteurs du CIES de Grenoble ont réalisé un Zétéclip sur l’effet impact, en prenant l’exemple du MODH. Voir ici.

Un groupe d’étudiants de L1/L2 2011 de l’Univ. Joseph Fourier a également travaillé dessus (voir ).

 


 

[1] Voir Baillargeon N., Petit cours d’autodéfense intellectuelle, 2005, Lux ed.