Technique du Carpaccio

La technique du Carpaccio est une forme de scénarisation de l’information dans le sens où celle-ci est mise en scène selon une trame narrative.

alt

L’objectif est d’embellir l’information pour la rendre séduisante, attractive, attirante, tout en en cachant ses aspects les plus rébarbatifs.

  Pourquoi Carpaccio ?

Cette notion est empruntée à Burnier et Rambaud pour illustrer la fabrication de l’information journalistique. Le carpaccio sert à embellir les menus : une salade de tomates en rondelles est un carpaccio de tomates.

« A l’origine, au Harry’s bar de Venise, le carpaccio remplaçait à l’italienne le steak tartare que réclamaient les clients : il s’agit d’un filet de boeuf cru tranché en lamelles très fines qui, de rouge, devient brun sous l’effet oxydant du citron. Il prend alors cette teinte distinctive du peintre Victor Carpaccio (1450-1525) d’où son nom. Par suite, les restaurateurs qui voulaient faire « joli » détournèrent le terme pour l’appliquer au saumon cru, puis à tout ce qui se coupe se tranche. Champignons, courgettes, tomates, foie gras, etc. » (Brunier & Rambaud 1999)Victor Carpaccio - le rêve de St Ursule

 

Le carpaccio désigne les processus d’exposition de connaissance dont le seul intérêt réside dans leur scénarisation, bien souvent stéréotypale. Un carpaccio est à la connaissance scientifique ce que le lieu commun est à l’information classique, ce que la romance est au film hollywoodien : un apparat séduisant, mais vide, qui façonne à la longue le goût des consommateurs de vulgarisation scientifique. Le carpaccio a semble-t-il des vertus apéritives, pour ne pas dire publicitaires.

Il suffit de couper en fines lamelles une rondelle de tomate, une feuille de salade, du bœuf pour en faire un « carpaccio de… » beaucoup plus enchanteur sur le menu ; comme il suffit de « tourner » l’information en la blanchissant, en la mettant en scène, pour obtienir un produit final plus séduisant que l’information brute.