Décortiqué – Relativité : Einstein contredit par des chercheurs du CNRS

altCi-dessous, une analyse de l’article du Figaro du 23 septembre 2011, Relativité : Einstein contredit par des chercheurs du CNRS.

Préambule : vous rappelez-vous l’arbre des possibles ? (voir ici, Illusion par validation subjective).

Faisons ici un petit arbre des possibles.

Soit ce scoop se révèle vrai – et nous assistons à un bouleversement de la physique – et donc à la confirmation que les médias avaient raison. Soit elle se révèle fausse – et nous oublierons qu’elle a existé, comme… les dizaines d’annonces du même type qui jalonnent les médias chaque anné (on relira par exemple Scénarisation de l’information : la technique de la peau de l’ours, ou bien les nombreux exemples dans Pour une didactique…)

Quel que soit le cas, personne ne pensera à venir épingler les Science & Vie, Sciences & Avenir, AFP, le Monde ou le Figaro lorsqu’ils nous alignent des effets d’annonce de ce type.

Ah si. Nous.

(et Arrêt sur Image, semble-t-il)

Complément ajouté le 16 mars 2012 – Nous attendions la suite de cette histoire avec impatience. Elle est arrivée dans ce très court article du Figaro titré Neutrinos pas plus rapides que la lumière, à lire à la fin de l’analyse de R. Monvoisin.


Analyse de RM : en noir

Je vais pointer seulement deux choses dans cet article : l’effet peau de l’ours, mais aussi l’épistémologie douteuse. Ces deux critiques sont valides que la nouvelle s’avère réelle ou non.

 

  • L’effet peau de l’ours

alt

Tout l’effet repose sur l’accroche du titre :

Des chercheurs du CNRS ont montré que des particules sont capables de voyager plus vite que la lumière.

Ton indicatif, pas de conditionnel, la nouvelle est à 100% démontrée. Pourtant, quand on entre dans l’article, la prétention de départ se dégonfle un peu.

Voici quelques exemples.
 
Si c’est vrai, c’est une véritable bombe pour la physique (…)
(…) Si les mesures de Dario Autiero et de ses collègues du CNRS à Lyon sont justes (…)
Les conséquences seraient tellement importantes que tous les spécialistes se veulent prudents et demandent que l’expérience soit reproduite ailleurs (…)

 

Cette technique journalistique : « je fais un titre péremptoire + un contenu où je mets des conditionnels » est une sorte de cache-misère. Comme le/la journaliste n’a pas les moyens de vérifier directement, il y a bluff sur l’annonce. Soit la nouvelle est vraie, et c’est « tout bénef ». Soit la nouvelle est fausse, et dans ce cas le journal brandira l’article pour rappeler la prudence avec laquelle ils ont traité le sujet. Il ne s’agit bien sûr pas du tout d’une spécificité du Figaro : cette technique est tellement courante qu’on se demande si elle n’est pas enseignée.

 

  • L’épistémologie douteuse
Si c’est vrai, c’est une véritable bombe pour la physique, c’est une découverte comme il en arrive tous les siècles», commente Thibault Damour
 
Cette phrase n’est pas bien grave en soi, même si elle laisse penser qu’une fois par siècle au moins un domaine est bouleversé. Ce n’est pas le cas : certains domaines sont plus stables que d’autres, d’autres étant même encore en pleine construction. En tous les cas, cette régularité prétendue n’a pas de sens, d’autant que le nombre de chercheurs travaillant n’a jamais été aussi important que maintenant. La probabilité de trouver de grands bouleversements est par conséquent inhomogène dans l’histoire humaine.
 
(…) Un phénomène tout simplement impossible d’après la théorie de la relativité restreinte d’Einstein
 
Inexact. L’impossibilité de quelque-chose ne se démontre pas (principe zététique). La théorie de la relativité ne prévoit pas ce phénomène, ce qui est différent. Ou plus précisément encore, que ce phénomène advienne et il faudra changer de théorie explicative. Une théorie n’a pas pour capacité à décréter des impossibilités « réelles ».
 
Si les mesures de Dario Autiero et de ses collègues du CNRS à Lyon sont justes, c’est toute la physique moderne qui est à revoir.
 
Heureusement que non. De même que la physique quantique n’a pas balayé la physique passée, mais a donné un cadre interprétatif plus vaste d’un nombre plus grand de phénomènes, cette nouveauté si elle se révèle exacte ne mettrait pas à revoir tous les acquis de la physique, mais permettrait de les revisiter.
 
Les conséquences seraient tellement importantes que tous les spécialistes se veulent prudents et demandent que l’expérience soit reproduite ailleurs, avec une autre équipe, avant de jeter d’un coup à la poubelle tout le travail d’Einstein sur la relativité.

Ils ont raison d’être prudents, car comme se le répète le sceptique, à prétention extraordinaire, preuve extraordinaire. (voir Outillage critique).  Par contre, même remarque que précédemment : le travail d’Einstein n’ira bien sûr pas à la poubelle. Nous sommes en plein scénario « déboulonnement d’idoles ».

La violation de la vitesse de la lumière a été observée sur un faisceau de neutrinos, (…)

Violation ? Le terme est impropre, car hérité du sens légaliste de Loi. Pour le problème posé par la métaphore juridique, voir Epistémologie – la loi en science et la métaphore juridique

(…) Un décalage qui paraît infime, mais qu’aucune théorie actuelle n’est capable d’expliquer.

Là, épistémologiquement, c’est bien plus juste : aucune théorie pour l’instant n’est en mesure d’intégrer ce fait nouveau. Cela n’enlève rien aux théories précédentes et à la prédictivité qu’elles offraient, mais les rend incomplètes.

RM

Complément

CorteX_Uzon_BarrauLe 3 octobre 2011, le physicien Jean-Philippe Uzon, chercheur en physique théorique et le cosmologiste Aurélien Barrau (que je connais, il est dans la même université que moi, au laboratoire de physique subatomique et de cosmologie (LPSC) de Grenoble) débattaient d’un sujet trépidant sur le plan épistémologique et sur lequel nous reviendrons au CorteX : les Multivers. Cela se passait sur France Culture, dans l’émission Contient Sciences. A la fin de l’émission, S. Deligeorges réintroduit la question de ce scoop. La réponse qu’en fait J-P. Uzon, commentée par A. Barrau, participe de notre analyse.


Non seulement il convient d’être précis (ce n’est pas la vitesse de la lumière qui change, mais potentiellement des particules qui la dépasseraient, en encore, ce qui n’est pas acquis) mais en outre le processus d’annonce dans les médias est très dérangeant.

Rappelons-nous que les cas où les médias se sont emparés de résultats avant même que les spécialistes puissent les regarder étaient de mauvais augure (Mémoire de l’eau, fusion froide, gène de l’homosexualité etc.).


 

Le 16 mars 2012, le Figaro.fr revient en catimini sur cette annonce :

Les neutrinos mesurés cet automne par l’expérience Opera n’allaient pas plus vite que la lumière, selon les calculs effectués par une autre équipe pour tenter d’élucider ce résultat qui remettait en cause la physique d’Einstein, a annoncé aujourd’hui le CERN.

Cette nouvelle mesure indique que les neutrinos n’ont pas dépassé la vitesse de la lumière, selon un communiqué du Centre européen de recherches nucléaires (CERN). « Il commence à y avoir des présomptions selon lesquelles les résultats d’Opera seraient liés à une erreur de mesure« , ajoute ce communiqué.

A suivre ! G.R.