Sciences politiques – TP Deus ex machina & concepts psychanalytiques

Travail pratique : essayer de déceler les concepts psychanalytiques et les Deus ex machina.

La philosophie et la science politique sont malheureusement propices aux discours pseudoscientifiques.

Par ce petit TP, il est possible d’introduire la question du Deus ex machina (cf Outillage) et sur la validité des concepts psychanalytiques, particulièrement dans le champ social.

Lorsqu’on écoute l’émission du 23 avril 2010 de Macadam Philo sur France Culture, on ne prête pas forcément attention aux concepts utilisés dans le discours, ni à l’enchaînement des raisonnements.

1ère phase

Faisons écouter le montage de trois extraits tirés de la première partie d’émission, qui voyait François Noudelmann inviter la philosophe Barbara Cassin.

Télécharger le montage ici (2’32)

puis demandons aux étudiants de relever les concepts centraux. S’ils n’y parviennent pas, il est toujours possible de leur présenter la retranscription suivante :

  • (3 et 4ème minutes) Le problème du juge Baltazar Garzon… ce juge célèbre par ses procédures contre les dictateurs d’Amérique latine a touché un tabou. Il veut rouvrir le dossier de la dictature franquiste et faire la lumière sur les cent milles victimes du régime de Franco depuis la guerre civile jusqu’en 1975 (…) C’est tout le refoulé du franquisme qui resurgit (…) Le pays doit-il se réconcilier avec son passé ? Cette volonté de justice va-t-elle ramener les haines de la guerre ?
  • (6ème minute) (…) je rappelle que la transition démocratique s’est faite sur un certain déni, c’est-à-dire voilà Juan Carlos donc a permis une transition démocratique après la dicature de Franco et a instauré la démocratie sur la possibité justement que tous ceux qui avaient été aussi les bourreaux puissent avoir leur place, enfin c’est le cas aussi dans beaucoup de dictatures ou on a exercé ce déni au nom de la paix civile (…)
  • (10ème minute) ce refoulé qui resurgit qui a permis la transition démocratique, malgré tout ça veut dire qu’il n’a pas autorisé pour longtemps une paix civile (…)

 

2ème phase

Discuter de la terminologie psychanalytique : tabou, refoulé, déni.

Rechercher la définition de ces termes, et évaluer si l’emploi qui en est fait ici est adéquat.

 

 3ème phase

Qu’est-ce qui justifie l’emploi de concepts psychanalytiques ici ?

  • Soit nous sommes dans le transfert d’un champ à un autre de concepts sans justification, ce qui est la base de l’imposture intellectuelle (cf ressources).
  • Soit la métaphore centrale est la psyché humaine selon Freud et adaptée à un pays, c’est-à-dire avec un moi qui dénie, un inconscient dans lequel on refoule, et des tabous bien gardés.

Il y a au moins trois pistes de discussion possibles :

- sommes-nous devant une imposture intellectuelle ?

- sommes-nous devant l’utilisation d’une psychologie humaine périmée ?

- sommes-nous dans un sophisme de population ? (cf Outillage)

Une quatrième piste serait de faire le parallèle avec le deus ex machina.

En effet, poser la question Le pays doit-il se réconcilier avec son passé ? est une question-piège. Tout d’abord elle anthropomorphise le pays, comme une seule et même « volonté ». Puis elle contient une prémisse à laquelle nous n’avons pas forcément adhéré (avant de se réconcilier, le pays était fâché avec son passé) : c’est ce qu’on appelle un Plurium Interrogationum (cf Outillage). Enfin, c’est une lecture simpliste cachant tout le problème posé en science historique de l’accès au passé et à ses sources : l’Allemagne de l’Est était-elle fâchée avec son passé, alors qu’elle n’avait pas accès aux dossiers de la STASI ?

Note : le passage entier (3′-> 15’19) est à disposition (télécharger) pour vérifier que la coupe n’est pas subjective.

 

Il n’est d’ailleurs pas dénué d’intérêt : on y entend une série de raisonnements aux prémisses peu claires, basés sur des analogies hasardeuses, des phrases-puits, des citations d’anciens philosophes et de notions sans définition, hormis celle plutôt étrange de «vérité qui soigne» posée par la philosophe Barbara Cassin et tout droit tirée de mécanismes de deuil tels que dictées par l’héritage de Freud mais appliqués cette fois à une population et non à un individu (toujours ce sophisme de population).

RM