Décortiqué – Un mystère de l’acupuncture expliqué par la science ?

CorteX_acupuncture1Cela fait plusieurs années que je garde un oeil attentif sur les recherches concernant l’acupuncture. Il y a deux mois, j’ai eu l’occasion de co-présenter une conférence sur ce thème : des dizaines d’articles compilés plus tard, j’ai pu me faire (enfin) un avis en connaissance de cause. Dans le lot des études analysées, il y avait celle dont traite l’article du Figaro.fr. Point amusant dans cette histoire, mon ami, l’inénarrable et truculent Richard Monvoisin, avait déjà senti que quelque chose clochait dans ce papier : pas directement avec la publication scientifique d’origine mais avec l’utilisation qui en était faite par Tristan Vey. Voici le résultat de mon analyse qui, bien entendu, pourra être étoffée par vos diverses remarques et réflexions.

 


Après mûre réflexion, j’ai décidé de présenter mon analyse sous forme de plan, afin de bien distinguer ce qui relève de l’utilisation d’arguments fallacieux et autres effets de manches, des questions scientifiques relatives à l’étude en question.

1. Sophismes et autres effets

  • Un carpaccio sauce mystère

Soyons fantasques et subversifs, et commençons par le titre.

« Un mystère de l’acupuncture expliqué par la science ?« 

Ca, c’est un effet de mise en scène de l’information typique : sorte de mise en bouche pour le lecteur, ces premiers mots, écrits bien en gras (un titre quoi…), permettent d’achalander le lecteur. A quoi puis-je m’attendre avec un tel titre ? A être initié, sorti de mon ignorance : puisque mystère il y a, c’est qu’aliboron** j’étais.

Par chez nous, on appelle ça la technique du carpaccio. Ici, on parlera de carpaccio mystère. Mais si, vous savez bien, la tranche de jambon cru sur son lit de salade verte agrémentée d’une sauce balsamique au sel de Guérande (= une assiette jambon-salade) le tout pour 18 €. Sisi, c’est ça le carpaccio : l’art de présenter, d’enrober, de scénariser l’information pour la rendre plus attrayante, plus sexy, plus digeste peut-être – mais est-ce là l’objectif premier de l’auteur ? De la pub en quelque sorte. Sauf que là, on est dans le cadre de la vulgarisation scientifique, et qui dit technique du carpaccio, dit méthode addictogène à l’image, l’émotion, le simple, le mystérieux, l’énigmatique, le sensationnel, etc. Comprendre la science, ses savoirs qu’elle construit, ça demande au contraire du temps, de la réflexion, des efforts. Un peu comme apprendre une autre langue : lire votre Dictionnaire de voyage franco-thaïlandais pour savoir dire « Bonjour » et « Où sont les toilettes » c’est certes utile, mais ça ne fera pas de vous un bilingue. Je n’en dis pas plus, ayant déjà longuement parlé de ça ici.

Au final, on le verra, rien de nouveau sous le soleil comme dirait l’autre.

** Si comme moi vous ignoriez le sens de ce mot jusqu’à ce jour, vous serez certainement heureux d’en apprendre la définition ici

  • Vieux comme Hérode : et alors ?  Il ne faut pas confondre « l’épreuve du temps » et « l’épreuve des faits » (qui dure longtemps)

Première phrase du papier :

« L’acupuncture a beau être une science orientale vieille de plus de 4000 ans, ses mécanismes restent largement méconnus. »

Un rappel tout d’abord : l’argument d’historicité ou plus précisément, argument de « la nuit des temps », cet appel à l’ancienneté revient régulièrement lorsqu’il est question d’acupuncture. Et pourtant, l’ancienneté d’une pratique/technique n’atteste en rien de son efficacité. La récence non plus d’ailleurs.

C’est un argument puissant car basé sur ce fameux bon sens : si ça fait des centaines d’années qu’on l’utilise et que ça existe en encore, c’est bien qu’il y a quelque chose de vrai dans tout ça ? Pas sûr, et il faudra se rappeler que la saignée d’Hippocrate et Galien était encore pratiquée au XIXe siècle avec les conséquences que l’on sait.

Certes, dans cette phrase l’auteur ne dit rien sur l’efficacité de l’acupuncture explicitement, il n’y a donc pas usage explicite de l’argument d’historicité. Mais retenons que recourir à l’origine multimillénaire de celle-ci induit chez le lecteur ce même effet que les bonnes confitures de ma grand-mère ont sur mes amis : quand la technique est ancienne, elle ne peut qu’être bonne.

 

  • Pars pro toto, où comment prendre la partie pour le tout

Dans la phrase suivante de l’article :

« C’est tout un pan de la médecine chinoise qui est d’ailleurs souvent méprisé par les scientifiques occidentaux. (…) »

Vous aussi vous avez remarqué non ? Un « homme de paille » et une « généralisation abusive » : on travestit la position et on prête des intentions aux scientifiques qualifiés d’occidentaux, scientifiques qui formeraient une communauté homogène. Tout d’abord, faut-il rappeler que « les scientifiques » et encore moins « les scientifiques occidentaux » ne sont pas tous du même avis ? Vous imaginez : en disant cela on range les frères Bogdanoff, Axel Kahn, Hubert Reeves, et Guillaume Lecointre dans le même panier. Pas sûr que leur opinion soit la même et encore moins qu’elle soit méprisante. Avec cette technique, l’auteur présente la médecine chinoise comme une victime, position qui permet de déplacer l’analyse vers l’émotionnel, sans rendre compte d’arguments objectifs.

Rappelons également que le concept d’occident est lui aussi plus que nébuleux (voir ici), imprécis, entérinant une cloison culturelle entre certaines populations (orientales et occidentales).

Comme je ne voudrais pas être taxé de mauvais foi, j’ajoute que, bien entendu, certaines personnes – et les scientifiques n’y échappent pas – ont une attitude méprisante vis-à-vis des médecines non conventionnelles. Mais cela ne justifie en rien la phrase de Tristan Vey.

 

  • Scénario de réconciliation

A la fin du premier paragraphe, la dernière phrase :

« Ces résultats établissent un pont intéressant entre médecines orientale et occidentale. »

Ici l’auteur parle d’un pont, reliant deux rives bien séparées : la médecine occidentale et la médecine orientale. Sont-ce des rives bien nettes ? Médecines orientale et occidentale ne correspondent à rien si l’on ne précise pas : ce sont des termes flous. Mais jouons le jeu : dans la perception commune de ces médecines, l’une est vue comme scientifique, froide et autoritaire, l’autre comme sympa, introspective, préventive, douce et traditionnelle.

En parlant d’un pont entre elles, l’auteur met en scène une forme de réconciliation entre deux approches considérées comme opposées, mais compétitives : c’est sous-entendre qu’il y a, à l’origine, une opposition de principe, une opposition philosophique en quelque sorte, entraînant une équivalence implicite sur le plan des approches et/ou de l’efficacité thérapeutique. Présenter deux méthodes comme alternatives implique qu’elles sont des alternatives d’efficacité.

Là est l’effet rhétorique car rien ne permet d’affirmer à ce jour que la médecine traditionnelle chinoise ait des effets spécifiques établis, contrairement à la médecine basée sur les preuves, la médecine scientifique comme on l’appelle également.

2. De l’acupuncture sur des souris

  • Acupuncture ou puncture ?

Passons à présent au fond.

« (…) Maiken Nedergaard a donc bien montré qu’il était possible, dans le principe, d’améliorer l’acupuncture en l’assistant par la médecine occidentale. »

Pour faire comprendre en quoi cette phrase est le noeud du problème, faisons un petit rappel : l’acupuncture consiste à insérer des aiguilles1 à différents endroits du corps CorteX_Points_acu_rat(des points), situés sur les méridiens, des sortes de canaux de circulation du Qi – prononcer Tchi – qui traversent tout le corps. Ces méridiens n’ont, à ce jour, aucune existence avérée. Vous me direz : on s’en fiche pas mal de la réalité des méridiens, tant que ça marche ! On va en parler plus loin justement…

Il n’empêche que, conformément aux enseignements de la médecine traditionnelle chinoise, pour que ça marche, il faut piquer (ou chauffer, ou appuyer) réellement à certains endroits, les fameux points.

Alors qu’en est-il de cette étude et que nous dit-elle ? L’hypothèse de départ est la suivante : l’acupuncture pratiquée sur des souris augmente la sécrétion d’adénosine, une molécule aux propriétés anti-nociceptives (qui empêche la transmission du message nerveux lié à la douleur). Les protocoles sont assez bien décrits, plusieurs expériences sont réalisées pour déterminer si c’est bien cette molécule qui permet une réduction de la douleur lorsque les aiguilles sont insérées. Par exemple, les chercheurs ont utilisé des souris génétiquement modifiées et dont les récepteurs de l’adénosine (lui permettant de s’exprimer) étaient inexistants. La conclusion de l’équipe de Maiken Nedergaard est la même que celle de l’auteur de l’article du Figaro : c’est l’acupuncture qui est responsable de l’augmentation du taux d’adénosine chez les souris, permettant ainsi une réduction significative de la douleur.

Qu’y-a-t-il de bizarre ou d’erroné dans cette conclusion me direz-vous ? Je vous laisserai bien chercher tiens… mon côté taquin ça.

Faisons simple : si je vous dis que que pour faire pousser un pied de tomates, il faut planter la graine le mardi à 12h et bien arroser. La preuve ? J’ai fait l’expérience et j’ai obtenu de superbes tomates. Que me répondez-vous ? Certainement que planter un mardi à 12h n’est pas le facteur déterminant. C’est de mettre la graine en terre et de l’arroser qui déclenchent le processus. Pour le prouver, c’est très simple : reproduire l’expérience les autres jours de la semaine, à différentes heures.

Alors qu’en est-il pour notre étude ? Eh bien pour conclure à une action de l’acu-puncture sur la sécrétion d’adénosine, il ne suffit pas de piquer sur les points traditionnels et reconnus (pour la souris dans ce cas) et de mesurer la taux d’adénosine. Non. Il faut aussi planter les aiguilles ailleurs, sur des « non points », faire de la simple puncture pour le dire autrement. Sinon, comme pour mes tomates, conclure à une action spécifique du mardi-midi (l’acu-puncture) n’est pas possible : on a oublié les autres jours de la semaine…(les « non points »)

Faite ainsi – pratiquer une puncture de contrôle sur des « non points » – cette expérience aurait pu permettre de conclure, certes avec précaution mais sans biais évident, que c’est bel et bien l’acu-puncture qui augmente la quantité d’adénosine et non pas simplement la puncture.

C’est ici un effet paillasson que l’utilisation du terme d’acupuncture, puisque l’on conclut indûment à un effet de cette technique spécifique, alors qu’en réalité cette expérience ne montre au mieux qu’un effet de la puncture2.

  • L’effet placebo

La dernière phrase de l’article du Figaro :

« Elle aura aussi démontré par la même occasion qu’il était réducteur d’invoquer constamment l’effet placebo, comme le font les sceptiques, pour expliquer certaines réussites de l’acupuncture. »

CorteX_placeboAvant de revenir sur l’effet placebo, vous aurez compris que cette étude n’est pas propice pour trancher la question de l’efficacité spécifique de l’acupuncture. Je ne reviens pas sur le paragraphe précédent, mais j’insiste sur le fait que ces travaux sont réellement intéressants sur le plan du mécanisme lié à la puncture. Ils ne disent cependant rien sur l’acu-puncture en tant que telle (aiguilles placées en des points précis).

CorteX_effet_placeboL’effet placebo3 serait donc invoqué par les sceptiques (nouvelle généralisation abusive, les sceptiques ne forment pas une communauté homogène, ni même d’ailleurs une communauté quelconque) pour expliquer certaines réussites de l’acupuncture. Cette phrase induit le lecteur dans une direction subtilement péjorative : l’effet placebo, habituellement entendu comme effet purement psychologique d’une thérapie ou d’un médicament factice ou inerte, serait la seule cause des effets de l’acupuncture. C’est, premièrement, oublier que bien d’autres causes permettent d’expliquer l’effet d’un acte thérapeutique, comme l’évolution « naturelle » de la maladie par exemple. Deuxièmement, c’est réduire l’effet placebo à un effet psychologique : on se sentirait mieux mais en fait, les effets physiologiques seraient toujours présents. Or, si l’effet placebo est actuellement toujours étudié pour en cerner ses actions réelles, on a pu mettre en évidence qu’il existait des effets physiologiques quantifiables lié à une stimulation psychologique, ne serait-ce que dans les fameuses expériences de conditionnement de Pavlov.

Rappelons également que l’effet placebo fonctionne aussi sur les animaux (travaux de MacMillan, ci-dessous), et que, sans une procédure en double aveugle, cette étude ne pourrait toujours pas conclure à une action spécifique de l’acupuncture.

En conclusion

Que dire d’un tel article ? Imprécisions, sophismes, raccourcis et scénarisation de l’information se mêlent à un manque d’analyse critique de l’étude d’origine. Mon opinion personnelle ? Ce n’est pas un cas isolé, plus je zieute les papiers traitant d’une information à caractère scientifique, plus je découvre ce type de mécanismes de publicitarisation de la science.

Au final, c’est la question du temps disponible et nécessaire aux journalistes pour faire une telle analyse qui doit être posée et par là même celle des conditions de fabrication de l’information.

Denis Caroti


Notes

1 En fait, de la moxibustion en passant par l’acupressure ou encore l’utilisation du laser, différentes techniques peuvent être utilisées pour stimuler les points.

2 Effet pour autant très instructif sur le mécanisme probable de l’acupuncture. On peut tout à fait imaginer un traitement réellement efficace (spécifiquement donc) basé sur cette découverte, en s’éloignant des présupposés philosophiques de la médecine traditionnelle chinoise (Qi, Yin&Yang, Tao, etc.)

3 Ce terme de placebo est lui encore un effet paillasson : objet placebo, effet placebo, effet du placebo, évolution naturelle, effet psychologique, etc. ? On pourra recommander de parler d’effet contextuel à la place, tel Jean Brissonnet l’évoque dans cet excellent article : http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1604


 

Références  

Goldman N, Chen M, Fujita T et Als. Adenosine A1 receptors mediate local anti-nociceptive effects of acupuncture, Nature Neuroscience, 2010, 13, 883–888. (ici)

McMillan, FD.  The Placebo Effect in Animals.  J Am Vet Med Assoc 1999;  215(7):  992-9.