Prendre du recul avant de travailler sur les scénarios conspirationnistes

Etoile de la mort Pour répondre au désarroi que nous observions chez les enseignant.e.s et les travailleur.euses.s sociaux qui se voient confier la délicate mission de “répondre aux discours conspirationnistes”, nous avions décidé de partager nos pratiques pédagogiques, lors de formations ou sous forme d’articles (comme ici et ) : description de séances, réflexions sur notre posture ou encore présentation d’outils pour déconstruire les raisonnements conspirationnistes. Si j’ai beaucoup relayé ce matériel, j’ai néanmoins longtemps regretté de ne pas aborder plus explicitement un point qui me paraissait pourtant primordial : la non-neutralité du recours à la désignation “complot” dans les discours et les politiques anti-complotistes 1. Dans un contexte où l’étiquette conspirationniste est fréquemment utilisée comme repoussoir, je ressentais le besoin de partager mes questionnements à ce sujet. J’ai donc conçu cet atelier pour amener les enseignant.e.s à expérimenter la difficulté de faire le tri entre les différentes thèses mobilisant ce concept et à s’interroger collectivement sur sa connotation. J’ai l’espoir que cette approche contribue à éviter l’écueil consistant à vouloir faire « penser bien » sur ces sujets.
L’atelier présenté dans ce qui suit a été mis en place en 2018 pour des travailleur.euse.s sociaux du Grand Lyon
et repris ensuite pour des enseignant.e.s.

Cadre et publics

Ces ateliers ont été conçus pour des personnes “encadrantes” dans l’objectif de construire une réflexion collective sur la définition et les contours du concept de “complot” et sur les conséquences que cela peut avoir sur notre posture d’enseignant.e. J’ai réalisé ces ateliers deux fois : la première lors de la 4ème journée (sur 6) de formation de travailleur.euse.s sociaux du Grand Lyon 2. Les participants étaient une quinzaine et nous avions déjà passé trois journées à travailler sur les bases de l’esprit critique et de l’analyse critique des médias. J’ai reproduit ces séances lors d’un stage d’une journée Esprit critique et conspirationnismes  à l’intention d’une vingtaine d’enseignant.e.s du secondaire, dans le cadre du Plan académique de formation (P.A.F). Dans les deux cas, j’ai débuté la journée avec les deux premières séquences présentées ci-dessous.

Etape 1 – Qu’est ce qu’un complot?


Dans un premier temps, j’ai projeté au tableau les neuf affirmations suivantes  3

  1. Le rôle des médias est essentiellement de relayer une propagande mensongère nécessaire à la perpétuation du « système ».
  2. On n’est même pas encore sûr que le climat se réchauffe.
  3. La CIA est impliquée dans l’assassinat du président John F. Kennedy à Dallas.
  4. Il est possible que la Terre soit plate et non pas ronde comme on nous le dit depuis l’école.
  5. Le réchauffement climatique n’existe pas, c’est une thèse avant tout défendue par des politiques et des scientifiques pour faire avancer leurs intérêts.
  6. Étant largement soumis aux pressions du pouvoir politique et de l’argent, la marge de manœuvre des médias est limitée et ils ne peuvent pas traiter comme ils le voudraient certains sujets.
  7. Le ministère de la santé est de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins.
  8. Dieu a créé l’homme et la Terre il y a moins de 10 000 ans.
  9. La révolution française de 1789 et la révolution russe de 1917 n’auraient jamais eu lieu sans l’action décisive de sociétés secrètes tirant les ficelles dans l’ombre.

Les participant.e.s, en groupe de 4 ou 5, avait pour consigne : “commencez par classer ces affirmations en deux catégories – complotiste / pas complotiste – en explicitant les critères choisis pour distinguer ces deux catégories. Notez les éventuels points de désaccord dans le groupe ou les difficultés rencontrées pour classer certaines phrases. A l’issue de ce travail, proposez une définition de complot.”

Il n’est pas évident de rendre compte ici de la richesse des échanges lors de la mise en commun, mais voici tout de même un petit échantillon des réflexions exprimées :

  • Certaines phrases sont difficiles à classer parce que tout est dans la nuance (un mot un peu fort ou une tournure de phrase caricaturale). Certain.e.s participant.e.s pourraient adhérer sur le fond mais il y a un mot “en trop” (par exemple, dans les phrases 6,7 et 9).
  •  Il serait plus pertinent de parler de continuum (différents degrés de “conspirationnisme”) plutôt que de vouloir tout classer dans deux cases.
  • Des affirmations qu’on a envie de classer comme conspirationnistes ne sont pas nécessairement “idiotes” ou complètement fausses. Même si certaines sont parfois un peu caricaturales, il y a un peu de vrai. On peut avoir de bonnes raisons d’y adhérer totalement ou en partie.
  • Il y a de “vrais complots”.
  • Certaines affirmations n’ont pas été classées par certain.e.s participants parce qu’ils ne se sentaient pas compétents sur le sujet.
  • Il y  a différents types de complots : ceux qui visent une minorité et ceux qui visent un pouvoir.
  • Il y a des affirmations fausses qui ne sont pas complotistes.

Certaines personnes ont souligné le fait que la connotation négative du mot conspirationnisme provoque un effet repoussoir et discrédite d’un revers de main le fond du discours et la personne qui le porte. Il est notamment assez désagréable d’être presque d’accord avec les affirmations 1, 6 ou 7 et de se voir taxer de conspirationnisme. Loin d’inciter à s’interroger sur sa position, cela pousse plutôt à remettre en question la légitimité d’un individu ou d’une institution qui tente de nous décrédibiliser.

Spontanément, par effet miroir, le groupe s’est interrogé sur sa propre posture : qualifier de thèse conspirationniste une affirmation faite par des élèves revient à leur signifier, avant même d’avoir travaillé sur la question, qu’elle ne vaut rien. Nombre de participant.e.s ont ainsi réalisé que leur malaise venait de là : comment assumer cette posture de l’autorité qui sait ce qui est vrai ou faux et qui doit convaincre les “mal-pensants” ? Renoncer à raisonner en terme de conspirationnisme permet de repenser sa position d’encadrant.e : comme pour toute affirmation du type “ça existe”, “c’est vrai” ou “ça marche comme ça”, le fond du problème reste de savoir si la thèse présentée est plutôt vraie ou plutôt fausse. Et l’encadrant.e, au lieu d’incarner la personne qui sait, peut reprendre son rôle d’accompagnateur.trice dans cette démarche et remobiliser les outils présentés lors des journées précédentes, un poids de moins sur les épaules.


Au terme de ces échanges, les définitions du complot proposées se rapprochent de celle-ci : intentions ou manoeuvres d’un groupe qui agit secrètement pour défendre ses intérêts, notamment lorsqu’ils sont contraires à ceux d’autres groupes. Avec une telle définition, il devient raisonnable d’être parfois “complotiste”.  

Etape 2 – Comment reconnaître un faux complot ?

Dans un deuxième temps, j’ai projeté deux documents vidéo l’un à la suite de l’autre :

  • La véritable identité des chats (jusqu’à la minute 4’20). Nous avions relayé la genèse de ce document ici.
  • Un épisode d’Arnaques, une émission diffusée à la télévision québécoise sur ce qui fut appelé dans les années 1990 l’affaire des couveuses ou l’affaire Nayirah. Nous n’avons malheureusement pas les droits pour le diffuser en ligne. Je pense qu’il est possible de faire le même exercice avec le document suivant, récupéré ici :

Toujours en petit groupe, la consigne était la suivante : “vous allez visionner deux vidéos différentes, l’une à la suite de l’autre. Après le visionnage, pour chacune des deux thèses présentées, positionnez-vous individuellement sur un curseur de vraisemblance de 0 à 10 indiquant votre degré de conviction pour la thèse défendue – 0 signifie que vous n’êtes pas du tout convaincu, 10 que vous l’êtes tout-à-fait. Justifiez ensuite votre positionnement auprès des membres de votre groupe : quels sont les éléments de forme ou de fond qui motivent votre position. Pointez les différences entre les deux documents (forme et fond)”.

Cette fois encore, les participant.e.s ont peiné à trouver des critères pour conclure “c’est vrai” ou “c’est faux”. Tout au mieux sont-ils parvenus à pointer des types d’arguments ou de mises en scène qui “mettent la puce à l’oreille”, qui “jettent le doute”.  L’exercice était d’autant plus difficile que l’émission Arnaques, qui revient sur ladite affaire des couveuses (ou affaire Nayirah) 4, reprend volontairement les codes de la scénarisation sensationnaliste.

Voici quelques points dégagés lors de la mise en commun :

  • Quand la thèse a des implications importantes pour nous, nous sommes plus enclins à débattre et à évaluer la consistance des arguments. En revanche, on a tendance à se positionner très rapidement et sans analyse lorsqu’il s’agit d’une affirmation que l’on juge sans intérêt. 
  • Notre avis a priori et nos connaissances orientent notre position à la fin du visionnage du document (on est plus critique avec les discours qui vont à l’encontre de ce qu’on pense). Certain.e.s participant.e.s avaient notamment entendu parler de l’affaire des couveuses pendant leur scolarité et ils ont eu le sentiment que cela les poussaient à y accorder du crédit, indépendamment de la qualité des arguments présentés.
  • Ce qui complique les choses pour se faire un avis, c’est le fait que les argumentaires se basent sur des faits que l’on pense étayés mais s’en éloignent parfois ou font des liens entre des événements distincts, sur lesquels le public n’a pas nécessairement assez de connaissances pour savoir si c’est pertinent ou non. 
  • On voudrait se baser sur le degré d’expertise des intervenants, mais finalement, ce n’est explicite dans aucun des documents.
  • La mise en forme influence beaucoup (musique, gros plans, phrases chocs, jeu sur l’affect, dramatisation) et provoque un effet repoussoir. Difficile de s’intéresser sérieusement au fond.
  • On voudrait pouvoir vérifier les preuves nous-mêmes ; mais on ne peut pas (manque de moyen, manque de temps).
  • Il n’y a aucun critère rédhibitoire qui nous permette de trancher.

A la fin de cette mise en commun, une différence importante s’est quand même dégagée entre les deux argumentaires, notamment le fait que le documentaire d’Arnaques cite quelques sources et se base sur des faits dont on peut vérifier l’existence. En soi, cette vidéo ne permet pas de se faire un avis solide, mais elle donne des fils à tirer pour enquêter (sources, extrait du témoignage de Nayirah dont il faudrait la version intégrale 5, lien familial entre Nayirah et l’ambassadeur qu’il faudrait pouvoir vérifier…). Si l’on veut se faire un avis étayé sur la question, il faudra donc prendre le temps de l’investigation.

C’est d’ailleurs comme cela que nous avons clôturé la séance : “quelles informations supplémentaires me faudrait-il vérifier pour décaler mon curseur vers très vraisemblable“.

Ce n’est qu’à la suite de ces deux ateliers que nous avons abordé les outils développés ici.

Bilan

J’ai longuement hésité à proposer ce type d’ateliers, notamment par crainte de déstabiliser profondément les encadrant.e.s qui expriment souvent, en premier lieu, le besoin d’avoir des outils  efficaces pour élaborer une réponse convaincante et rapide aux “croyances” farfelues des élèves. Or ces temps de réflexion font déchanter rapidement : la tâche est complexe, il n’existe pas de critères rédhibitoires pour trier le vrai du faux et un travail conséquent permet au mieux de constituer un dense faisceau d’indices. Aucune solution miracle, donc.
Je me suis décidée en réalisant qu’on hésite moins à bousculer les “croyances” de publics plus jeunes. C’est d’ailleurs aujourd’hui un attendu fort de nos institutions. Il m’a semblé alors assez légitime de s’imposer à soi-même ce que l’on va demander à d’autres.
Et je dois dire que j’ai été assez surprise par les retours de certain.e.s : complexifier et nuancer le fond du discours les a plutôt rassuré.e.s.  En effet, leurs objectifs se sont considérablement modifiés au cours de la journée. Il ne s’agissait plus d’évaluer le degré de vraisemblance de toutes les affirmations faites par les élèves et de les convaincre ensuite du résultat mais d’accompagner la réflexion et l’analyse en construisant collectivement une boîte à outils à laquelle se référer. Certes, cela ne se fait pas d’un coup de baguette magique, mais nous avons déjà sous le coude un certain nombre de pistes. 

N.B. : J’avais prévu de faire travailler les groupes sur un article du Monde Diplomatique qui présente 10 principes de la mécanique conspirationniste. L’objectif était d’apprendre à repérer les procédés rhétoriques fréquemment utilisés dans certains scénarios conspirationnistes. Le programme prévu s’est avéré trop ambitieux pour le temps imparti. En lisant un retour d’expérience de Denis Caroti, il me semble qu’il serait tout-à-fait judicieux de monter un atelier puzzle pour s’approprier ces 10 ingrédients… Si vous vous lancez, racontez-nous !

Notes:

  1. On pourra notamment lire à ce sujet le chapitre de Charles Pigden, Une superstition moderne : la fausseté en soi des théories conspirationnistes, dans l’ouvrage collectif Les théories du complot publié chez Agone (2012)
  2. Je saisis l’occasion pour remercier Olivier Pipard qui a porté ce projet de bout en bout. Il est extrêmement rare d’avoir autant de temps pour travailler en profondeur et je sais l’énergie qu’il a fallu pour libérer sur 6 journées autant de gens fort sollicités. Merci donc pour ces conditions de travail exceptionnelles.
  3. J’ai sélectionné ces affirmations parmi celles testées auprès d’un échantillon de la population française lors d’une étude sur l’adhésion aux “théories conspirationnistes”  réalisée en décembre 2017 par l’Institut Français d’Opinion Publique (IFOP) pour la Fondation Jean-Jaurès. Cette étude proposait deux types de questions : les unes consistaient à présenter plusieurs affirmations sur un thème donné et les participant.e.s devaient désigner celle avec laquelle ils se sentaient le plus en accord ; d’autres consistaient à lire une seule affirmation et les participant.e.s devaient dire s’ils étaient Tout-à-fait d’accord / Plutôt d’accord / Plutôt pas d’accord / Pas du tout d’accord. Notons que les auteurs souhaitaient également mesurer l’adhésion à des croyances non-conspirationnistes. J’ai constitué subjectivement un mélange d’items parmi les phrases étiquetées conspirationnistes et les autres non.  Cette étude, très médiatisée, a fait l’objet de critiques méthodologiques importantes. De manière non exhaustive, on pourra consulter pour se faire un avis, l’analyse de la chaîne Stagirite, l’émission d’Arrêt sur image consacrée à cette étude ou la réponse des auteurs
  4. L’affaire des couveuses fait référence au témoignage d’une jeune femme, Nayirah, le 14 octobre 1990, devant le Congrès Etats-Unien. En pleine invasion du Koweït, elle prétend  avoir vu des soldats irakiens jeter des bébés hors de couveuses.  Le journaliste John Mac Arthur révélera dans le New York Times en 1992 qu’il s’agit d’un faux témoignage, que Nayirah est la fille de l’ambassadeur du Koweït et que l’opération a été mise au point par l’entreprise de relations publiques Hill and Knowlton.
  5. On pourra visionner ce témoignage ici