Sociologie, anthropologie – Promotion Ubu Roi, d’Olivier Saby


CorteX promotion Ubu roiPromotion Ubu Roi. Mes 27 mois sur les bancs de l’ENA
est un ouvrageCorteX Olivier Saby stupéfiant, écrit avec un grand culot par Olivier Saby, recruté pour suivre la fameuse Ecole Nationale d’Administration créée en 1945. Peut-être eut-il pu accoler les noms de ses relecteurs, sinon comparses, mais non : tous se sont dédits… trop peur de le payer de leur carrière. Cornegidouille !


(Navré, la mise en page de cet article est un peu fantaisiste : le gras se met en italique, et nous ne parvenons pas à régler le problème. Mais comme disait de Musset, qu’importe le flacon…)

D’abord, le jeune homme a une belle plume, ça se lit tambour battant.

Ensuite, ça fait vaciller un mythe social : l’ENArque et sa formation. O. Saby parle de « vide abyssal de l’enseignement ». Il raconte la redoutable épreuve du « thème observation » : huit heures, enfermé sans documents, sans bouger et à répondre à une réelle question politique sans aucune conscience politique. Car, à l’ENA, peut importe la connaissance du sujet – ici le développement rural et sa place au sein de la mécanique européenne – « l’important est juste que nous sachions pondre une résolution, en étant notés sur notre capacité à imiter des textes déjà existants et à singer leur formulation ». Idem pour les stages, en particulier en Ambassade. Ce que Saby narre de celle de Beyrouth est à pleurer de chagrin.

Enfin, c’est une démonstration de l’inanité pédagogique d’un système compétitif comme celui-là. On y voit les effets pervers, le flicage mutuel, le marquage à la culotte de nos décideurs de demain.

Ce n’est pas la première critique de cette institution. En 1964, les plus anciens parmi nous se rappellent probablement du livre Les héritiers, de Bourdieu et Passeron. Nombreux depuis sont ceux qui réclament sinon la dissolution de ce corps, comme le fit F. Bayrou en 2007, du moins une réforme, réclamée par la promotion 2004 quasi au complet, qui reprochait à l’ENA de « dispenser une scolarité au rabais, qui n’est que l’alibi d’un concours de beauté organisé par les divers corps de l’État » (dans L’ENA, l’urgence d’une réforme). Cette critique-ci a ceci de plus d’émaner de l’intérieur, sorte d’endoscopie d’un système de formation qui fera probablement pouffer nos descendants.

De la matière à modeler pour tout anthropologue, tout ethnologue qui prendrait pour objet d’étude celles et ceux, animaux politiques, formés pour faire la France de demain.

L’émission du 19 décembre 2012 de Là-bas si j’y suis, sur France Inter a porté sur ce livre, sorti en septembre 2012 chez Flammarion.

Le reportage est de Sarah Lefèvre. On peut le télécharger sur cette page.CorteX Peck ecole-du-pouvoir

Note : on pourra regarder la fiction L’école du pouvoir, de Raoul Peck (2008) en deux parties, qui présente les aventures de cinq énarques de 1977 à 1986, de la si fameuse promotion Voltaire.

Richard Monvoisin

P.S. : pour information, quelques changements ont été observés depuis la sortie du livre : suppression des compétitions et médailles lors du week-end d’intégration, ajout d’un module de préparation au stage en ambassade (protocole notamment), départ de la directrice de la formation… Nous voilà rassurés !