Le CORTECS

Le CORTECS (Collectif de recherche transdisciplinaire esprit critique & sciences) est né en 2010 dans un triangle entre Grenoble, Marseille et Montpellier. Il a pour objectif central la transmission des divers aspects de l’esprit critique, la pensée critique ou sceptique (critical or skeptical thinking chez les anglophones), qu’on la nomme zététique, à la suite d’Henri Broch, hygiène préventive du jugement comme Jean Rostand, ou autodéfense intellectuelle à l’instar de Noam Chomsky. Conjointement, le collectif vise la mise en réseau de toutes les personnes étudiant ou travaillant sur un sujet relatif à l’élaboration, à l’usage ou à la diffusion de la pensée critique, quelle que soit leur origine disciplinaire et leur statut professionnel.

Contact et expertise : Que ce soit pour une expertise sur un sujet particulier, une remarque ou un commentaire sur nos travaux, ou tout simplement une question à nous poser, n’hésitez pas à nous écrire à l’adresse ci-dessous. Nous essayerons de vous répondre dans les plus brefs délais.
Par courriel : contact @ cortecs.org
Par courrier :
Collectif CorteX
Bibliothèque Universitaire de Sciences de Grenoble
BP 66
38402 Saint-Martin d’Hères Cedex

Pour s’abonner à la Newsletter : c’est ici !

Foire aux questions

Cela s’écrit-il CORTECS ou CORTEX ?

Voir la réponse
Peu importe. CORTECS est le sigle réel, le X vient styliser tout ça et dans notre logo il y a même un ruban de Möbius, imprononçable – le ruban de Möbius (et de Listing, qu’on oublie souvent).

Le CORTECS est-il un collectif professionnel ?

Voir la réponse
Certain-es d’entre nous exercent l’enseignement de l’esprit critique à temps plein, et d’autres partiellement. Nous œuvrons cependant pour que nos activités soient rémunérées, afin que soit considéré à sa juste valeur l’apport social de l’enseignement de l’esprit critique. D’autre part, nous faisons attention à ce que nos membres n’aient pas d’activités professionnelles en dissonance avec leurs enseignements (industrie pharmaceutique pour les intervenant-es en santé ; armée pour celles et ceux causant d’impérialisme humanitaire, etc.). Aujourd’hui, nous sommes tous et toutes des professionnel-les, de l’enseignement, de la santé, de la recherche ou de l’éducation populaire.

Le CORTECS fait-il de la recherche ?

Voir la réponse
Notre collectif est essentiellement axé sur l’enseignement mais nous avons tout de même réalisé quelques travaux de recherche, notamment sur la kinésiologie, l’ostéopathie crânienne ou encore sur le lien entre capacités cognitives et croyances surnaturelles. Afin de pouvoir avoir accès à des activités de recherche plus avancées, nous avons accepté la mission de l’Université Grenoble-Alpes d’élaborer une structure fédérative de recherche (SFR) appelée Pensée critique, validée en 2016 par le Ministère et en attente de son inauguration. Une fois cette phase de montage achevée, le CORTECS ne sera qu’un membre parmi d’autres des partenaires de cette SFR.

Quelle est votre préoccupation principale ?

Voir la réponse
Astrologues, radiesthésistes, défenseurs de la théorie de la terre creuse, créationnistes, contestataires du lien entre VIH et SIDA, climatonégationnistes, théologiens mais aussi politiques, médecins, journalistes, scientifiques et experts en tous genres, nombreuses sont les personnes qui affirment des choses sur la réalité, sur son passé, sur son avenir ou sur les moyens de la transformer. Parfois, ces affirmations peuvent s’avérer étranges, controversées ou même contradictoires entre elles. Pourtant, par nécessité ou par goût, il nous arrive de devoir évaluer la fiabilité de certains de ces discours, ce qui, en cas d’erreur, peut avoir des conséquences néfastes sur notre vie privée ou collective : choix en matière de santé, vie professionnelle ou comportements politiques. Malheureusement, il n’est pas possible d’être expert en tout et si l’on en croit différents travaux (Boy et Michelat, 1986 ; Boy, 2002) un niveau éducatif supérieur ne garantit pas une capacité d’analyse suffisante pour distinguer le vraisemblable du moins vraisemblable, voire tout simplement le vrai du faux. Cerise sur le gâteau, là où les médias devraient nous aider en proposant des contenus à haut degré de fiabilité, bon nombre d’entre eux opèrent une marchandisation de l’information en privilégiant l’immédiat et le sensationnel, au détriment de l’investigation longue et rigoureuse (Monvoisin, 2007). Sur la base de ce constat, nous pensons que la diffusion d’un ensemble d’aptitudes et de dispositions, d’outils et de savoir-faire que nous rangeons dans la catégorie générique d’esprit critique peut contribuer à favoriser des choix au maximum de la connaissance de cause.

L’esprit critique c’est quoi ?

Voir la réponse

L’esprit critique est une notion difficile à caractériser. Elle mêle un ensemble d’aptitudes et de dispositions permettant une analyse, un tri et une évaluation efficace des informations, de leurs sources, et des arguments invoqués pour soutenir telle ou telle affirmation. Être sceptique a priori sur les faits, tenter de distinguer le bon grain de l’ivraie en demandant des preuves solides et de qualité de ce que l’on nous affirme et douter raisonnablement sont quelques-uns des traits distinctifs de l’esprit critique.

Pour en savoir plus :
Pensée critique ? Esprit critique ? Un peu de théorie
Comment évaluer l’esprit critique ? Quelques pistes

Quelles sont vos activités principales ?

Voir la réponse

Le Cortecs intervient essentiellement en formation doctorale (Aix-Marseille Université et Université Grenoble Alpes) mais également dans un cours spécifique, dédié à la Zététique et l’autodéfense intellectuelle. Ce cours s’adresse à tous les étudiants en première année de licence de psychologie de l’université de Nîmes et déroule au second semestre, de janvier à avril, à raison de 2h par semaine.

Outre les animations et événements de culture scientifique sur les campus et les conférences grand public, nous avons deux activités principales.

Les activités pédagogiques

  • Élaborer des ressources (articles, audios, vidéos, etc.).
  • Utiliser ce matériel critique dans des enseignements (formations, séminaires, ateliers, etc.) et des encadrements de stages ou de mémoires.
  • Mettre à disposition en libre accès des ressources d’enseignement consacrées à l’esprit critique toutes disciplines confondues.
  • Servir de plateforme pour mettre à disposition les ressources pédagogiques du réseau.

Au travers des différentes disciplines abordées, nous cherchons, notamment, à :

  • diffuser les bases d’une démarche scientifique rigoureuse : critères de distinction des affirmations de type scientifique d’affirmations de type non scientifique, protocoles expérimentaux (double-aveugle, randomisation des essais, échantillonnage le moins biaisé possible, validité statistique, prudence dans le jugement) ;
  • former au repérage des sophismes, des techniques d’argumentation fallacieuses, des impostures intellectuelles et des manipulations liées aux mésusages des données chiffrées ;
  • diffuser les outils de l’analyse critique des médias, faire prendre conscience des conséquences de la marchandisation de l’information sur la qualité des contenus et proposer des techniques de recherche alternatives ;
  • analyser les mécanismes de fabrique de l’opinion visant à justifier un ensemble de décisions politiques (entrée en guerre, lutte contre le terrorisme, mesures de santé publique) ;
  • sensibiliser aux mécanismes de persistance dans les croyances, et l’éventuelle dénégation des preuves produites : dissonance cognitive, spirales d’engagement, techniques de persuasion et de manipulation, etc.
  • remédier à la peur des chiffres en donnant des outils simples pour comprendre et analyser les statistiques dans le but de limiter la possible manipulation de l’opinion par le mésusage de données chiffrées ;
  • éduquer au repérage des intrusions idéologiques (suprématistes, colonialistes, sexistes, religieuses, racistes, etc.) dans les sciences et à la détection des postures philosophiques contradictoires avec le contrat laïc des sciences (spiritualismes, Natürphilosophie, New Age) ;
  • présenter l’histoire des fraudes et des impostures scientifiques, comme celle des théories fausses et du folklore scientifique.
  • favoriser une approche raisonnée de l’éthique en dés-intriquant les questions de faits ou de théories scientifiques, l’attribution de valeurs morales et les décisions politiques.

Les activités de recherche

Nos activités de recherche se sont formalisées avec la mise en place d’une fédération de recherche « Pensée critique » (FED4270) réunissant de nombreux laboratoires. Dans cette fédération, les sujets de recherche s’articulent autour de 3 axes.

  • Pensée critique & épistémologie
  • Pensée critique & pensées radicales extrêmes
  • Pensée critique & santé

Nos activités et productions

  • Production de contenus d’enseignement, de formations ou d’interventions ponctuelles ou régulières.
  • Permanences physiques dans nos bureaux à Grenoble et Montpellier.
  • Encadrement de travaux d’étudiants (dossiers spécifiques, mémoires de Master, de Licence, co-encadrements de thèse).
  • Élaboration de protocoles expérimentaux et assistance méthodologique.
  • Comptes-rendus d’expertise sur des thématiques controversées.
  • Rédaction d’articles pour notre site ou pour des médias compatibles avec nos objectifs.
  • Publication d’articles dans des revues scientifiques.
  • Ouvrages (grand public et spécialisés).
  • Partage de ressources pédagogiques sur le site web.
  • Veille scientifique et documentaire.
  • Organisation de projections/débats, conférences, etc.
  • Communication avec le réseau collaboratif des personnes travaillant sur l’esprit critique.
  • Formation et assistance des personnes souhaitant travailler à la diffusion de l’esprit critique.

C’est une démarche politique ?

Voir la réponse

Afin d’éviter tout écueil type effet paillasson sur le mot « politique », disons en première approche que par « politisé » nous entendons au minimum :

  • qui se questionne ou est disposé à se questionner sur la dimension morale de ses actions (de toutes ses actions) ;
  • qui possède une volonté d’agir pour transformer nos systèmes sociaux et politiques ;
  • qui croit que l’état actuel de ces systèmes ne résultent pas d’un processus inexorable, d’un deus ex machina, mais résultent en partie de choix, qu’il aurait pu en être autrement et qu’il peut en être autrement (évidemment ce point est lié au précédent). Le scepticisme raisonnable moderne s’inscrit exactement dans cette visée.

En ce sens, notre démarche est politique avec les précisions que voici :

  1. nous ne considérons pas la diffusion de l’esprit critique comme une fin en soi, mais comme un moyen pour donner au maximum de gens plus de contrôle et de liberté de choix sur leur vie, privée comme publique et d’élargir leur champ des possibles ;
  2. même si nous sommes convaincus qu’elle contribue à la construction d’un monde meilleur, nous ne pensons pas que la diffusion de l’esprit critique puisse être la solution à tous les maux ;
  3. nous essayons de ne pas être « sélectifs opportunistes » quand nous appliquons notre esprit critique. Tous les systèmes de croyances doivent passer à la même moulinette, en particulier et surtout les systèmes implicites fondant nos comportements socialement et politiquement dominants (spécisme, impérialismes, néolibéralisme économique, âgisme, etc.) ;
  4. nous défendons que les problématiques éthiques puissent être abordées sous un angle rationnel et empirique à partir du moment où a été précisée la doctrine morale de référence (par exemple : maximiser le bien-être et minimiser la souffrance du plus grand nombre).

Pour en savoir plus :
Sur les stéréotypes dominants : Biologie, essentialisme – Nature, écologisme, sexisme, racisme, spécisme
Sur l’impérialisme humanitaire : Droit d’ingérence et impérialisme humanitaire : les rouages de la propagande de guerre
Sur l’impérialisme linguistique : Ressources critiques pour aborder les politiques linguistiques
Sur le néolibéralisme économique : Economie – Matériel critique pour élaborer le post-capitalisme

Comment peut-on contribuer ?

Voir la réponse

Il est possible de contribuer :

  • par vos retours d’expérience, en ayant testé du matériel pédagogique dans vos séquences d’enseignement ;
  • par vos analyses critiques de supports médiatiques (émission radio, TV, article de presse, etc.), avec une méthodologie transparente afin de pouvoir l’utiliser en classe ;
  • par des compléments en outillage critique et méthodologique ;
  • par des productions nouvelles de matériel – nous vous aiderons dans la limite du possible.

Peut-on vous faire des dons ?

Voir la réponse

Dans un souci de transparence, nous avons opté pour mettre en ligne nos liens d’intérêt financiers ou matériels.

Nous nous engageons à déclarer publiquement chaque année d’où provient l’argent que nous recevons à titre personnel ou pour l’association. Afin de garantir au mieux notre indépendance, nous refusons de manière systématique toute rétribution provenant des industries.

Nous n’avons en revanche pas tranché la question des dons anonymes privés, et c’est un vieux serpent de mer. Si vous avez des sous en trop, en attendant, achetez-nous des livres, et remplissez notre bibliothèque à destination des étudiants.

Peut-on vous prendre du matériel ?

Voir la réponse

Nous considérons que le contenu que nous produisons ne nous appartient que trop peu, puisqu’il est le fruit du partage de maints savoirs et de pléthore de contributions (en vertu de la loi de Stigler). Aussi considérons-nous comme illégitime le fait de s’approprier de manière exclusive des bouts de ce savoir commun. De plus, la possibilité que vous réutilisiez à votre guise ces connaissances ne nous prive d’aucune manière, si tant est que vous indiquiez la source originale. Bien sûr, nous sommes curieux et curieuses, alors si vous réutilisez notre matériel, cela nous fera toujours plaisir d’en être informés. Notons toutefois que cette licence n’entraîne aucune garantie ni aucune caution du CORTECS sur l’usage ou la déformation de ses contenus qui pourraient être faits.

L’ensemble du contenu qui est de notre fait est donc sous licence libre (CC BY-SA 4.0). En résumé, cette licence vous autorise à :

  • partager − Copier, distribuer et communiquer le matériel par tous moyens et sous tous formats.
  • Adapter − Remixer, transformer et créer à partir du matériel.

Selon les conditions suivantes :

  • attribution − Vous devez créditer l’Œuvre, intégrer un lien vers la licence et indiquer si des modifications ont été effectuées à l’Œuvre. Vous devez indiquer ces informations par tous les moyens raisonnables, sans toutefois suggérer que l’Offrant vous soutient ou soutient la façon dont vous avez utilisé son Œuvre.
  • Partage dans les mêmes conditions − dans le cas où vous effectuez un remix, que vous transformez, ou créez à partir du matériel composant l’Œuvre originale, vous devez diffuser l’Œuvre modifiée dans les mêmes conditions, c’est-à-dire avec la même licence avec laquelle l’Œuvre originale a été diffusée.

Pas de restriction complémentaire − Vous n’êtes pas autorisé à appliquer des conditions légales ou des mesures techniques qui restreindraient légalement autrui à utiliser l’Œuvre dans les conditions décrites par la licence.

Pour en savoir plus : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/deed.fr

L’équipe du CorteX