Compilation de ressources critiques sur la graphologie

Voici une petite compilation de ressources critiques concernant la graphologie à l’usage des curieux qui souhaitent creuser les fondements de cette discipline pseudo-scientifique. Cette page ouverte est évidement non-exhaustive et mérite d’être alimentée : si vous avez lu/vu/entendu une référence critique, solide et pertinente sur ce sujet, n’hésitez-pas à nous contacter à l’adresse contact(at)cortecs.org.

 


 

  • La graphologie : un mythe ? – Conférence, Laurent Bègue

 

La graphologie est aujourd’hui amplement utilisée dans le recrutement professionnel en France. Peut-on véritablement connaître la personnalité d’un individu à partir de son écriture ? Cette conférence dresse un bilan critique des recherches scientifiques sur les relations entre l’écriture et la psychologie humaine.

Laurent Bègue est Professeur en psychologie sociale et Directeur du Laboratoire Inter-universitaire de Psychologie (LIP).
Cette conférence était programmée dans le cadre du cycle Une heure de psy par mois, filmé à la bibliothèque Kateb Yacine et organisé par le Laboratoire Inter-universitaire de Psychologie de l’Université Pierre Mendès-France de Grenoble (responsables : Rebecca Shankland et Laurent Bègue).
Informations sur le conférencier Laurent Bègue.

 

  • Pratiques pseudoscientifiques et recrutement : l’exemple de la graphologie – Mémoire de Master de psychologie, Baptiste Berry

Ce mémoire de Baptiste Berry, étudiant en Master 1 de psychologie à l’Université de Poitiers, a été réalisé en 2014 dans le cadre de l’Unité d’Enseignement (UE) Évaluations en contextes professionnels. Il est téléchargeable ici

 « En France, la pratique de la graphologie persiste dans le processus de sélection du personnel et cela malgré les nombreux paradoxes qu’elle soulève (scientifique, éthique et déontologique, légal). » Ce travail, soigné, propose de sonder les fondements de la graphologie dans le champ du recrutement professionnel, mais également d’envisager la question suivante : comment permettre aux professionnels de s’émanciper des croyances erronées afin que leur pratique soit basée sur les preuves ? En lien direct avec la démarche de transmission de l’esprit critique, et notamment en milieu professionnel, ce mémoire propose des recommandations aux futurs psychologues soucieux d’appliquer une analyse critique dans le champ de la psychologie.

Notons au passage la participation du Cortecs comme témoin dans ce travail, et la remarque pertinente de Baptiste BERRY sur l’intérêt (et la complexité) d’évaluer notre démarche. C’est une question sur laquelle nous nous penchons effectivement depuis quelque temps.

Plan
I/ La pratique graphologique et ses paradoxes
II/ La croyance graphologique
III/ Réfuter le mythe de la graphologie : de la théorie à la pratique
IV/ Un constat, quelles solutions ?

 

  • La graphologie est-elle une science ? – Dossier de Science et pseudo-sciences, Michel Huteau

SPS n 295 L’imposture de la graphologie, Science et pseudo-sciences (SPS) n° 295, avril 2011.

Le dossier est disponible en ligne et le n°295 de SPS est disponible à l’achat.

 

  • Écriture et personnalité – Approche critique de la graphologie – Michel Huteau

Couverture Écriture et personnalité – M. Huteau

– Présentation de l’ouvrage par Nicolas Gauvrit

« Le livre de Michel Huteau, Écriture et personnalité. Approche critique de la graphologie, étudie la graphologie sans concession, mais sans agressivité. L’histoire de la graphologie est passée en revue, montrant que si l’objet de la graphologie est a priori scientifique, les graphologues refusent majoritairement la méthode scientifique par principe.
 
Les fondements de la graphologie sont douteux, et les tests empiriques, présentés en détails par Huteau, qui ont permis de tester la graphologie, conduisent à remettre en cause presque toutes les hypothèses des graphologues. Seuls quelques cas particuliers sont vérifiés par les scientifiques, tel le fait que les paranoïaques, conformément à l’hypothèse graphologique, écrivent plus gros que la moyenne des gens.
 
L’écriture est individuelle, mais cela ne signifie pas qu’elle révèle tout de la personnalité, ni même quelque chose de la personnalité. Nous savons reconnaître une écriture de fille ou de garçon dans environ 70% des cas ; les graphologues font à peine mieux… et c’est pareil pour les rares caractéristiques que nous savons détecter par l’écriture. Tout cela montre l’inanité de la graphologie non en tant que projet, mais en tant que technique. Huteau termine son ouvrage en se demandant si la graphologie utilisée comme méthode de recrutement est bien légale, la loi réclamant des méthodes ayant prouvé leur efficacité. Un excellent livre à mettre entre toutes les mains. »

 

– On trouvera de nombreux éléments dans cet fiche de lecture de Serge Blanchard, « M. Huteau. Écriture et personnalité. Approche critique de la graphologie », L’orientation scolaire et professionnelle, 34/4 | 2005, 524-526.

 

 

 

D’autres références critiques ? N’hésitez-pas à nous contacter à l’adresse contact(at)cortecs.org.