2011-2012, Séminaire La chimie, science d’interfaces – Paris

Un peu d’épistémologie et de chimie ?

 



 

La chimie, science d’interfaces, séminaire organisé par François Pépin

Centre Cavaillès, 29 rue d’Ulm, Paris 5e (3e étage, palier de droite), un mercredi par mois de 13 h 30 à 15 h 30, du 2 novembre 2011 au 13 juin 2012 (entrée libre dans la limite des places disponibles)

 

Présentation

La chimie a pendant toute son histoire été habitée par la question de son identité, qu’il s’agisse de déterminer sa spécificité par rapport aux autres sciences, de penser sa valeur scientifique par rapport à son fort ancrage technique, ou de cerner son statut académique et son rôle social. Mais n’est-ce pas le signe que l’identité même de la chimie est mobile et mouvante ? La chimie ne nous invite-t-elle pas à réfléchir en termes d’interactions, à la fois pour comprendre le monde et pour saisir les relations disciplinaires ?

En envisageant la chimie comme une science d’interfaces, le but de ce séminaire est d’interroger plusieurs types de rapports pour souligner l’originalité du travail chimique et manifester l’intérêt épistémologique de cette science qui complique les distinctions traditionnelles. Dans un cadre ouvert à toute forme d’interactions, on s’intéressera en particulier à deux grands axes.

D’un côté, la notion d’interface peut permettre de mieux cerner les relations de la chimie à ses objets. Une spécificité ancienne de la chimie est de produire et de détruire ses objets pour les connaître, mais elle se laisse aussi comprendre par plusieurs articulations : entre les niveaux microscopique et macroscopique, entre théorie et pratique, entre recherche fondamentale et recherche appliquée, entre science et technique (ou art), etc.

D’un autre côté, les interfaces entre la chimie et les autres savoirs scientifiques (notamment la physique, la biologie et la médecine), la technique et la société compliquent la notion de frontière disciplinaire. Cela suggère une cartographie dynamique des savoirs et invite à l’étude des mélanges (notion chimique !) entre genres.

Le cadre interdisciplinaire de ce séminaire conduira à croiser les regards du savant, de l’épistémologue et de l’historien.

 

Programme

Mercredi 2 novembre 2011 : Bernadette Bensaude-Vincent (Paris 1), La chimie, une science de l’inter-faire

Mercredi 30 novembre 2011 : Sacha Loeve (Paris 1, CETCOPRA), Interfaces instrumentales et relations inter-objectives en nanotechnosciences

Mercredi 11 janvier 2012 : Cécilia Bognon-Küss (Paris 1), La chimie de la digestion au XVIIIe siècle : propriétés émergentes et réductionnisme dans la médecine vitaliste

Mercredi 8 février 2012 : Jean-Pierre Llored (CREA, École polytechnique), La notion d’émergence en chimie dans une perspective « matériologique »

Mercredi 28 mars 2012 : Sacha Tomic (Paris 1), L’interface disciplinaire entre chimistes et apothicaires/pharmaciens : la naissance de la chimie organique

Mercredi 4 avril 2012 : Christine Lehman (Paris Ouest, IREPH), Les miroirs ardents entre science opérationnelle, curiosité et spectacle (XVIIIe siècle)

Mercredi 2 mai 2012 : Fani Papadopoulo (Paris 1, CETCOPRA), Les chimistes et la nutrition animale au milieu du XIXe siècle

Mercredi 13 juin 2012 : Bernard Joly (Professeur émérite, Lille 3, UMR « Savoirs, textes, langage »), La chimie est-elle une philosophie ? Chimie et philosophie à l’âge classique (sous réserve)