CorteX_cerveau

Histoire alternative des sciences – Projet Histoire des luttes

1) Sexisme

 

  • Opératrices de saisie ou hackeuses : la place des femmes dans les métiers des technologies de l’information

Comment, au travers d’une courte histoire de l’informatique, toucher du doigt le sexisme forcené des premières années (en particulier le cas d’Ada Byron-Lovelace) et ses ramifications aujourd’hui. Ce doCorteX_Isabelle-Colletcument sonore, qui provient de France Culture, est tiré de la conférence d’Isabelle Collet organisée le 3 mars 2011 par la Bibliothèque Nationale de France et l’association Femmes & Sciences. Elle fourmille d’informations et de cas illustrés.

Télécharger ici. Pour regarder la vidéo de la conférence, c’est là.

  • L’informatique a-t-elle un sexe ?

Isabelle Collet nous transmet également l’extrait de l’émission Place de la Toile, de France Culture du 26 février 2010 lors de laquelle elle répond à la question qui fut le centre de ses recherches doctorales.

Télécharger ici.

  • L’accession des femmes aux études de médecine en France (1870-1900)

Cette conférence du 3 février CorteX_Simone_Gilgenkrantz2011 de Simone Gilgenkrantz, elle aussi organisée par la Bibliothèque Nationale de France et l’association Femmes & Sciences montre l’accès lent et laborieux des femmes au statut de médecin aux portes du XXe siècle.

Nous n’avons pas pour le moment le format radio, mais la conférence est à visionner ici.

  • Les femmes et la science

Comment se fait-il que quand on parle des sciences, si peu de noms de femmes nous viennent immédiatement à l’esprit ?

altStéphanie Duncan anime l’émission « Les femmes, toute une histoire » sur France Inter le dimanche de 16h à 17h. Elle introduit ainsi l’émission du 4 décembre « Les femmes et la science »: « … Mais non, assumons ces mots : des ‘femmes savantes’, brillantes, rationnelles, qui cherchent et qui trouvent, il y en a toujours eu. Mais l’histoire a enseveli leurs noms dans l’oubli. […] Pour Marie Curie, LA femme de science par excellence, il en a fallu aussi de la détermination (pour ne pas dire du culot) pour foncer dans les haies d’épines de l’establishment scientifique… Et (pour sa découverte du polonium et du radium, ses travaux sur la radioactivité) devenir la première femme à obtenir un Nobel en 1903 et, comme si ça ne suffisait pas, un deuxième, huit ans plus tard. »

Ecoutez ici :

 

2) Homophobie

3) Racisme

  • Racisme Blancs/Noirs
  • Racisme Noirs/Blancs
  • Racisme Blancs/Arabes
  • Théories primitivistes

4) Antisémitisme

  • Racisme Blancs/Juifs
  • Complotismes juifs
  • Complotismes judéo-maçonniques

5) Idéologies nationalistes & patriotiques

  • Préférences nationales dans les attributions de découvertes
  • Origines de l’Humain
  • Droit du sol
  • Plus vieilles constructions

6) Idéologies religieuses

  • Impérialisme chrétien
  • Sionisme & supériorité du peuple Juif
  • Impérialisme musulman
  • Créationnismes
  • Concordismes
  • Anti-matérialismes

7) Idéologies politiques

  • Libéralisme économique & capitalisme
  • Matérialisme dialectique et communisme « dur »
  • Marxisme
  • Pseudo-anarchisme
  • Progressisme et scientisme
  • Pseudo-darwinisme

8) Freudisme & représentations psychanalytiques

 

Une suggestion ? Une remarque ? Monvoisin@cortecs.org

http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/anx_conferences_2011/a.c_110303_femmes_et_sciences.html
CorteX_cave_vin

Argument d'historicité

L’argument d’historicité joue sur l’idée que l’âge d’une théorie ou d’une assertion étaye sa véracité. Cet argument est fallacieux au sens où de nombreuses théories anciennes se sont révélées fausses, au même titre que de nombreuses annonces de nouveautés sont restées lettre morte.


Il est possible de distinguer deux types d’arguments d’historicité : le premier recoupe une sorte d’éloge de l’ancienneté, couplée dans la plupart des représentations sociales à une certaine sagesse ancestrale, et entraîne des formes de tradition. De cette manière, il peut être perçu comme un argument d’autorité à part entière, l’autorité émanant d’un concept diffus mélangeant vieux sages et savants anciens anté-scientifiques. Le second se noue sur une vision progressiste des sciences, sur l’attrait de la nouveauté et sur l’envie scénaristique d’un déboulonnage d’idoles. Cet argument consiste à prétendre que quelque chose est bon, juste ou vrai simplement parce que c’est ancien, ou parce que « c’est ainsi que ça a toujours été ».

L’argument d’historicité, ou argumentum ad antiquitatem :
1. X=b est une idée ancienne, dont les traces remontent à loin dans le temps.
2. Donc X=b

Nous distinguerons plusieurs variantes.

1. L’effet « cave à vin », ou argument du vieux pot

CorteX_cave_vinNous désignons par Effet Cave à vin l’argument consistant à dire qu’une idée ancienne, déjà présente dans divers vieux écrits faisant ou ayant fait autorité ne peut être fausse, puisque des anciens l’ont écrit. Il s’agit d’un savant mélange entre un argumentum ad gratinum et un ad antiquitatem.
L’image vient de ce que l’on présumera plus volontiers de la qualité d’un vin que la cave qui l’accueille est empoussiérée, que son étiquette est effacée par le temps et que le bon vin se bonifie avec l’âge. Quant au vieux pot, le diction proverbial déclame que c’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures soupes, ce qui est doublement faux : on peut faire d’excellentes soupes dans des pots neufs, ainsi que d’immondes soupes dans des vieux.

L’argument du vieux pot :
1. On peut lire sur un vieux Papyrus égyptien que X=b
2. Donc X=b

Exemple : Le Feng Shui

Yu Xixian, professeur de sciences urbaines et environnementales à l’Université de Beijing, écrit : « Les vestiges de la culture de Yangshao, dans la province du Henan, nous montrent qu’il y a 6 000 ans, nos ancêtres avaient déjà l’idée de l’orientation et des rapports entre le ciel, l’homme et la terre. »
Il y a bien sûr des contre-exemples à ce sophisme. Il est des cas où l’ancienneté d’une chose est corrélée à son intérêt scientifique. Quelques exemples :
– Donner plus d’importance à un corps momifié de plusieurs milliers d’années qu’à une dépouille d’il y a un siècle n’est pas un argument du vieux pot.
– Si un individu prétend que tel vin se bonnifie avec le temps (en précisant qu’il ne s’agit pas forcément d’une relation linéaire, et certainement pas aux grandes échelles de temps), il ne s’agit bien sûr pas d’un argument du vieux pot.
– Enfin, l’ancienneté d’une théorie (l’éléctromagnétisme de Maxwell, ou la théorie de la matière composée de particules subatomiques) fait son intérêt non parce que son élaboration est vieille, mais parce qu’elle a accumulé un nombre conséquent de prédictions valides et désarmé un nombre non moins conséquent de remises en question, et qu’il est raisonnable de la croire étayée, non pas son âge, donc, mais par son « poids d’évidence ».

2. L’effet « vieux sage de l’antiquité », argumentum ad veterum

CorteX_vieux_sageNous nommons « effet vieux sage de l’antiquité » l’idée qu’une assertion ancienne est forcément vraie puisqu’il est (faussement) notoire que les anciens ont souvent eu raison. C’est non seulement faire fi de tous les anciens qui ont proféré des bêtises (bien plus nombreux que les « sages »), mais encore oublier que les idées ayant fait leur chemin jusqu’à aujourd’hui étaient parfois fortement rejetées de leurs temps — ce qui laisse accroire que l’on choisit le vieux sage qui nous arrange en fonction de la thèse à défendre.
Cette idée est le produit de ce que Broch appelle une « exposition sélective », ou un tri statistique des faits qui vont dans le sens de ce que l’on veut étayer. Suffit alors de citer quelques-uns de ces anciens et d’avancer qu’il est peu vraisemblable que l’on se soit trompé si longtemps sans s’en apercevoir, et l’argument est posé. Il s’agit d’un pur argument d’autorité.
L’effet « vieux sage de l’antiquité » :
1. Hippocrate disait déjà que X=b
2. Donc X=b
* fonctionne aussi avec Aristote, Galien, Descartes…

3. Argument de « la nuit des temps » ou sophisme de la tradition

Le sophisme de la tradition est sensiblement le même que l’effet Cave à vin, à la nuance près que la source est souvent imprécise, et qu’il n’y a pas de nom CorteX_vache_sacreed’anciens pour en faire un effet « vieux sage de l’antiquité ». C’est la seule tradition qui importe, au nom de ce que le mot « tradition » aurait quelque chose de consubstantiel avec une certaine authenticité : par opposition aux choses nouvelles qui n’ont pas la patine que donne le temps aux traditions, et ce d’autant plus que l’origine de la tradition est généralement projetée hors du temps (cet argument est appelé chez les anglo-saxons Sacred Cows — vaches sacrées).
En tant que tel, nous le rangeons dans les arguments d’historicité, quoique sa forme rappelle plutôt l’effet Panurge.

Sophisme de la tradition :
1. X=b est traditionnel et/ou remonte à la nuit des temps
2. Donc X=b

La principale critique à opposer à cet argument est qu’il n’y a que de fausses traditions, ou des traditions en vision externe. Les traditions « vraies » et vécues comme telles ne sont pas des traditions, mais des techniques.
La tradition est généralement projetée hors du temps. C’est pour pointer ceci que nous parlons d’argument de « la nuit des temps » : la nuit des temps, souvent, ne remonte pas si loin que cela. En outre, parler de « nuit des temps » signifie qu’il existe un jour lumineux des temps, analogie factice du même type que celle de l’obscurité du Moyen-Âge qui faisait dire à Luciano de Crescenzo, « mais qui a donc éteint la lumière ? » (De Crescenzo, Les grands philosophes de la Grèce antique, 2000). Parler de nuit des temps est comme parler des Anciens : cela s’apparente à un procédé rhétorique simpliste permettant de faire une césure de démarquage faussement claire avec les Modernes, en oubliant que les Modernes d’aujourd’hui seront les Anciens de demain.
L’argument de « l’épreuve du temps » n’est pas suffisant. L’idée que si une théorie a perduré longtemps, c’est qu’elle a forcément quelque chose de vrai est incomplète. Hélàs, l’histoire des sciences et des idées regorge d’exemples tous peu ou prou dramatiques d’idées fausses perdurant — souvent par argument d’autorité. Les cas les plus frappants sont l’Aristotélicisme, les médecines hippocratique et galénique et la cosmologie ptoléméenne.

Il ne faut pas confondre « l’épreuve du temps » et « l’épreuve des faits » (qui dure longtemps)

Pour approfondir : Thèse R. Monvoisin : Pour une didactique de l’esprit critique

Appel aux kinés professionnels ! Venez faire de la recherche au Master 1 MPSI VAE option kiné en 2011/2012

Le  corteX en kinéVous êtes kiné praticien depuis quelques-temps, et vous souhaitez vous mettre à jour ? Vous rêviez de faire de la recherche ? Vous êtes fatigué-e de voir un mélange de techniques éprouvées et de techniques fantaisistes dans votre profession ? Vous êtes inquiet-es sur l’avenir des trois années de formation initiale ?
Venez farfouiller et construire un mémoire de recherche dans le Master 1 MPSI (Mouvement Performance Santé Ingénierie 1ère année) option kinésithérapie de l’Université de Grenoble. Avec l’équipe de J-L. Caillat-Miousse… et quelques morceaux du Cortecs dedans !

Téléchargez la Présentation M1 MPSI option kiné (pdf)

Téléchargez le Dossier de demande de recevabilité VAE (pdf)

Public concerné  : Kinésithérapeutes diplômés (D.E. ou diplôme d’exercice étranger).
Pré-requis : 3 années d’activité professionnelle ; présentation d’un projet de poursuite d’études ; connaissances bases en anglais et informatique nécessaires
Diplôme : Maîtrise Sport, Santé, Société option kinésithérapie (60 ECTS)
Niveau visé : Master 1 du Master « Mouvement, Performance, Santé, Ingénierie » parcours Recherche ou Professionnel
Contenu : METHODOLOGIE DE LA RECHERCHE ET ETUDE DES PRODUCTIONS SCIENTIFIQUES EN KINESITHERAPIE (80h)
Objectif : Se préparer à concevoir, réaliser, rédiger (rapport de recherche) et communiquer sur un travail de recherche (poster, soutenance et publication scientifique)

Kinésithérapie, recherche documentaire et rédaction scientifique 7h
Etude des productions scientifiques en kinésithérapie 8h
Kinésithérapie et méthodologie 20h
Kinésithérapie, éthique et recherche 2h
Kinésithérapie et informatique (traitement de texte, tableur, …) 8h
Kinésithérapie et statistiques appliquées 20h
Kinésithérapie et anglais scientifique 5h
Suivi individualisé du travail de recherche 10h

TRAVAUX PERSONNELS ENCADRES (220h)
Objectif : Concevoir, réaliser et communiquer un travail de recherche
(article scientifique et/ou communication orale en congrès)
Stage (laboratoire de recherche ou terrain de recherche clinique) et rédaction d’un mémoire, sous la
direction d’un kinésithérapeute enseignant et d’un responsable du laboratoire ou du stage de recherche
clinique.
(LES AUTRES UE DE L’OPTION KINESITHERAPIE SONT VALIDEES PAR LA VAE )
Durée prévisible 300h (80h enseignement et 220h travail personnel encadré).
Regroupements 4 séminaires de 3 jours :

  • 21-22-23 novembre 2011
  • 9-10-11janvier 2012
  • 20-21-22février 2012
  • 26-27-28 mars 2012 à Grenoble

Validation contrôle continu (40%) et production et soutenance d’un mémoire de maîtrise (60%)
Renseignements d’ordre pédagogique

Jean-Louis CAILLAT-MIOUSSE (Enseignant Responsable)
UFR STAPS Ecole de Kinésithérapie (CHU de Grenoble) 19 A avenue de Kimberley 38130 Echirolles Tel : 04 76 76 89 76 ou sinon 04 76 76 52 56 Fax : 04 76 76 59 18

Formalités d’inscription
Bernard GENOUD, Service Formation Continue Université Joseph Fourier BP 53 38041 GRENOBLE CEDEX 9 Tel : 04 56 52 03 30 Fax 04 56 52 03 32
NB : les candidats sont invités à prendre contact avec le responsable formation continue de leur établissement
employeur s’ils souhaitent une prise en charge de cette formation.
Coût 2600 € (formation continue VAE et droits universitaires)

Poursuite d’études masters 2 professionnels ou masters 2 recherche (si stage en laboratoire de recherche), 3ème cycle universitaire : doctorats
 
 
 

Technique du Carpaccio

La technique du Carpaccio est une forme de scénarisation de l’information dans le sens où celle-ci est mise en scène selon une trame narrative.

 

alt

 

L’objectif est d’embellir l’information pour la rendre séduisante, attractive, attirante, tout en en cachant ses aspects les plus rébarbatifs.

  Pourquoi Carpaccio ?

Cette notion est empruntée à Burnier et Rambaud pour illustrer la fabrication de l’information journalistique. Le carpaccio sert à embellir les menus : une salade de tomates en rondelles est un carpaccio de tomates.

« A l’origine, au Harry’s bar de Venise, le carpaccio remplaçait à l’italienne le steak tartare que réclamaient les clients : il s’agit d’un filet de boeuf cru tranché en lamelles très fines qui, de rouge, devient brun sous l’effet oxydant du citron. Il prend alors cette teinte distinctive du peintre Victor Carpaccio (1450-1525) d’où son nom. Par suite, les restaurateurs qui voulaient faire « joli » détournèrent le terme pour l’appliquer au saumon cru, puis à tout ce qui se coupe se tranche. Champignons, courgettes, tomates, foie gras, etc. » (Brunier & Rambaud 1999)Victor Carpaccio - le rêve de St Ursule

 

Le carpaccio désigne les processus d’exposition de connaissance dont le seul intérêt réside dans leur scénarisation, bien souvent stéréotypale. Un carpaccio est à la connaissance scientifique ce que le lieu commun est à l’information classique, ce que la romance est au film hollywoodien : un apparat séduisant, mais vide, qui façonne à la longue le goût des consommateurs de vulgarisation scientifique. Le carpaccio a semble-t-il des vertus apéritives, pour ne pas dire publicitaires.

Il suffit de couper en fines lamelles une rondelle de tomate, une feuille de salade, du bœuf pour en faire un « carpaccio de… » beaucoup plus enchanteur sur le menu ; comme il suffit de « tourner » l’information en la blanchissant, en la mettant en scène, pour obtienir un produit final plus séduisant que l’information brute.

alt

Entraînez-vous ! Campagne publicitaire à analyser : l’éducation nationale recrute

La dernière campagne publicitaire de l’éducation nationale est l’occasion d’aiguiser son esprit critique et de mettre en application les principes d’autodéfense intellectuelle. Qu’en pensez-vous ?

 
 

En juin 2011, le ministère de l’éducation nationale a lancé une campagne « destinée à tous les étudiants qui réfléchissent à leur avenir professionnel et, prioritairement, aux étudiants de M1. L’objectif est clair, il s’agit d’attirer les meilleurs talents au service de la plus noble des missions : assurer la réussite de chaque élève. »[1]

 

alt Laura

a trouvé le poste de ses rêves.

C’est l’avenir qu’elle a toujours envisagé. Et l’avenir, pour elle, c’est de faire vivre et partager sa passion, transmettre des savoirs et des valeurs, se consacrer à la réussite de chacun de ses élèves. C’est pour cela qu’elle a décidé de devenir enseignante.

 
 

L’éducation nationale recrute 17 000 personnes.
Pourquoi pas vous ? 17 000 postes d’enseignants, d’infirmier(e)s et de médecins scolaires sont à pourvoir en 2011.
alt Julien

a trouvé un poste à la hauteur de ses ambitions.

C’est la concrétisation de son projet professionnel. Et ce projet, pour lui, c’est de faire vivre et partager sa passion, transmettre des savoirs et des valeurs, se consacrer à la réussite de chacun de ses élèves. C’est pour cela qu’il a décidé de devenir enseignant.

 
 

L’éducation nationale recrute 17 000 personnes.
Pourquoi pas vous ? 17 000 postes d’enseignants, d’infirmier(e)s et de médecins scolaires sont à pourvoir en 2011.
Cette campagne de trois semaines a été déployée avec une stratégie de diffusion très large.
  • Presse écrite (Le Monde, Le Figaro, Le Journal  du Dimanche, Libération, Le Parisien/Aujourd’hui en France, Direct Matin,  Métro, 20minutes, Le Point, L’Express, Télérama, Le Nouvel Observateur,  Challenges, Courrier international, Marianne, L’Equipe magazine, VSD,  Paris Match).
  • Spots radio (Skyrock, NRJ, Virgin radio, Fun radio,  France Info, France Inter, RTL, RMC, Europe 1…).
  • Bannières  publicitaires sur des sites Internet à forte audiences (Deezer, YouTube,  SkyBoard, L’Etudiant.fr, Studyrama, Monster).
  • L’ouverture d’un site dédié : leducationrecrute.fr.
« La création met en scène des personnes à un moment fort de leur vie, celui de leur engagement dans un projet de carrière autour des valeurs de réussite et d’épanouissement personnel et professionnel. Des valeurs qui peuvent paraître dans un premier temps individualistes, mais qui prennent un tout autre sens lors de la révélation de l’annonceur : l’éducation nationale. » [2] 

Pour débuter l’analyse, j’ai choisi de décortiquer l’article selon trois axes. 
 
1/ Les effets rhétoriques

Notamment l’affirmation « L’éducation nationale recrute 17 000 personnes en 2011 ».

Cet annonce de recrutement est surprenante car en contradiction avec ce qui semble circuler dans les médias sur la situation de l’éducation nationale où l’on parle plutôt d’un plan d’austérité (fermeture de classe, suppréssion d’emploi, etc.) Cette information mérite donc d’être analysée

 

Pourquoi ce décalage a priori avec l’actualité ?

 

Que represente ces 17 000 postes ?

Cette information n’est-elle pas orientée ?

 

 2/ La fabrication de l’image

Comment les illustrations sont-elles fabriquées ?

Que veulent susciter ces deux  images ?

A quels archétypes font-elles appel ?

3/ Le vocabulaire utilisé dans les images

 Que connote-t-il et quels problèmes cela peut-il  poser ?

 
Tentez une analyse de votre cru, et comparez-là avec la mienne.

N’hésitez pas à nous écrire pour compléter / corriger notre décorticage.

 
 

Nicolas Gaillard  
CorteX_logo_le_figaro

Entraînez-vous ! Un mystère de l’acupuncture expliqué par la science ?

Voici un article de Tristan Vey, du Figaro qui a défrayé la chronique en juin 2010. Objectif : détecter les rhétoriques, raccourcis, scénarisations, arguments d’autorité, puis comparer l’étude en question et l’article qu’en tire le journal. Sommes-nous vraiment devant un mystère levé ? Je vous propose de lire cet article dans son intégralité, d’en faire une analyse de votre cru puis de la comparer à celle que je propose ici. A vous de jouer !

Un mystère de l’acupuncture expliqué par la science ?

http://www.lefigaro.fr/sciences-technologies/2010/05/31/01030-20100531ARTFIG00723-un-mystere-de-l-acupuncture-explique-par-la-science.php

CorteX_logo_le_figaro

Des neuroscientifiques américains ont montré qu’un mécanisme physiologique bien connu permettait d’expliquer les bienfaits de cette science orientale sur certaines douleurs locales.

L’acupuncture a beau être une science orientale vieille de plus de 4000 ans, ses mécanismes restent largement méconnus. C’est tout un pan de la médecine chinoise qui est d’ailleurs souvent méprisé par les scientifiques occidentaux. Une étude américaine menée par Maiken Nedergaard, neuroscientifique à l’université de Rochester à New York, va peut-être permettre de changer un peu cet état de fait. Dans ce papier publié en ligne dimanche dans Nature Neuroscience, la chercheuse lève le voile sur un processus physiologique permettant d’expliquer comment l’acupuncture permet de soulager les souris d’une douleur localisée. Ces résultats établissent un pont intéressant entre médecines orientale et occidentale.

Les séances d’acupuncture menées par Maiken Nedergaard ont duré une demi-heure pour chaque animal. A chaque fois, elle a enfoncé une aiguille dans un point bien identifié situé dans la patte douloureuse d’un cobaye et a tourné l’aiguille, selon une méthode traditionnelle, toutes les cinq minutes. Elle a alors prélevé un peu du liquide qu’elle trouvait dans la zone piquée, et a mesuré la teneur en adénosine, un anti-douleur naturel sécrété par certaines cellules. A la fin de la séance, celui-ci était 24 fois plus élevé qu’au début. Par ailleurs, les chercheurs ont constaté que cela coïncidait bien avec une diminution importante de la souffrance pour deux tiers des souris traitées.

L’acupuncture traditionnelle peut être améliorée

Afin d’assurer que c’était bien ce mécanisme qui expliquait la réussite des séances d’acupuncture, son équipe a mené la même expérience sur des souris génétiquement incapables d’utiliser l’adénosine (elles n’ont pas le gène qui permet de synthétiser les récepteurs indispensables à l’action antalgique de la molécule). Les séances d’acupuncture n’ont alors eu aucun effet sur elles. En injectant de l’adénosine directement dans la patte de la souris, la chercheuse a d’ailleurs obtenu des résultats sensiblement similaires à ceux observés après traitement par acupuncture.

Pour finir, les scientifiques ont utilisé un médicament contre la leucémie, la deoxycoformycine, connue pour ralentir la disparition de l’adénosine dans les cellules musculaires. Les bienfaits des séances d’acupuncture ont ainsi été prolongés trois fois plus longtemps. Maiken Nedergaard a donc bien montré qu’il était possible, dans le principe, d’améliorer l’acupuncture en l’assistant par la médecine occidentale. Elle aura aussi démontré par la même occasion qu’il était réducteur d’invoquer constamment l’effet placebo, comme le font les sceptiques, pour expliquer certaines réussites de l’acupuncture.

 

CorteX_Prison_MTP2011_image

Maison d'arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone – Atelier Esprit critique et médias

Depuis la rentrée de septembre 2011, deux fois par an, Guillemette Reviron anime un cycle de dix ateliers Esprit critique et médias à la maison d’arrêt de Villeneuves-lès-Maguelones, en partenariat avec le SPIP Hérault et l’association Pédagogie et prison.


CorteX_Prison_MTP2011_image

Comme chaque année depuis trois ans maintenant, l’atelier Esprit critique et médias reprendra le 25 septembre à la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone, après deux mois d’interruption estivale des activités scolaires.

En septembre 2011, à l’occasion de l’ouverture de cet atelier, je décrivais sur cette page les doutes qui nous traversaient :

« Si nous ne cessons de nous interroger sur les bienfaits d’intervenir en milieu carcéral, si nous nous demandons en permanence si, ce faisant, nous ne légitimons pas un système judiciaire injuste et fondé sur la répression des classes sociales les plus faibles (*), nous savons aussi que nous touchons là un public qui a particulièrement peu accès à nos outils. Alors, pleine de contradictions, je passerai une à une les sept grilles qui nous séparent du centre scolaire, ma mallette pleine d’outils et d’effets zététiques, en sachant bien que, si l’esprit critique ne fait pas tomber les murs, il permet tout de même d’ouvrir des fenêtres ».

Ces questionnements ne nous ont pas quittés et un paramètre nouveau s’est invité, complexifiant encore l’équation : la demande explicite des participants de reconduire cet atelier.

Cet atelier est le deuxième du genre animé par le CorteX, le premier avait été lancé par Richard Monvoisin à la maison d’arrêt de Varces en janvier 2011. Nous y  discutons des médias, de la mise en scène de l’information, de la soi-disant objectivité médiatique, de l’utilisation des chiffres et des statistiques, des ressorts publicitaires, etc., le but étant de fournir à chacun les outils nécessaires pour se faire, autant que cela est possible, un avis en connaissance de cause.

Horaires :

le mercredi de 8h45 à 11h, à partir du 28 septembre – 10 séances.

Il va sans dire qu’il n’est, hélas, pas ouvert au public…

Guillemette Reviron


 
(*) Nous avons développé nos réflexions et interrogations sur ce sujet dans l’article Esprit critique en acier pour gens en taule ? Tentatives d’ateliers critiques en prison du Monde libertaire du 24 février 2011.
 

CorteX_serpent_Triste_sire

A décortiquer – Phobie des serpents, dans la Tête au carré, sur France Inter

La qualité du journalisme de l’émission La Tête au carré sur France Inter est très variable, comme nous avons déjà pu en discuter ici (POZ N°55, herbier psychanalytique, 9 novembre 2009). Mais le CorteX fait feu de tout bois, et bonne soupe de vieux pots. Quand c’est de bonne tenue, on apprend des choses, et quand le propos est médiocre on s’en sert d’outil critique. Aujourd’hui, serpents et phobie.

 

CorteX_serpent_Triste_sireVoici l’extrait qui m’a laissé perplexe lorsque je l’ai entendu.

Extrait radio (tiré de la minute 18 à la minute 22 de l’émission du 21 juin 2011 Serpents et venin).

 Télécharger ici.

Retranscription

Xavier Bonnet, herpétologue, et Nicolas Vidal, biologiste herpétologue, répondent à la question du présentateur Mathieu Vidard (MV).

MV : Pourquoi les serpents suscitent autant de rejet et de phobie ? Est-ce qu’il y a des explications rationnelles à ces phénomènes ?

Le premier intervenant, Nicolas Vidal :

– « Moi j’en vois deux : il y a une explication culturelle religieuse, puisque c’est le symbole du mal, le symbole sexuel dans nos religions, enfin, dans nos sociétés occidentales, par contre en Inde ils sont vénérés, symboles de fertilité, d’immortalité, donc la connotation négative elle est quand même bien occidentale.

Et l’autre explication qui est très intéressante d’un point de vue biologique, c’est qu’on s’est séparé des grands singes il y a sept millions d’années, (…) et que les serpents venimeux étaient déjà là, et évidemment il n’y avait pas d’hôpitaux, pas de sérum donc on avait un avantage sélectif énorme à ne pas se faire mordre. »

MV :donc on l’aurait inscrit dans notre mémoire ?

– « Donc le serpent est très bien détecté par les primates et puis on a des réactions de panique donc on a, oui, y a eu des publications là-dessus, ce qu’on appelle un module inné de la peur chez l’Homme ».

MV : En tout cas il suffit de faire le tour de son entourage pour s’apercevoir que quasiment tout le monde déteste les serpents (…) Quelle est votre explication à vous, Xavier Bonnet ?

– « Je pense effectivement qu’il y a une composante culturelle, mais (…) si l’on regarde les cultures à travers la planète, les principales symboles associés au serpent sont des symboles positifs. CorteX_Serpent_GeneseIl y en a très peu de sexuels (…) et essentiellement c’est un animal qui est le véhicule de la connaissance, et guérisseur et avec les mythes fondateurs de l’Humanité. De temps en temps c’est une sale bête, un sale monstre, mais c’est vraiment très rare. Il a été diabolisé assez récemment, et même dans la Genèse, (…) vous verrez que le serpent n’est pas le symbole du mal, il informe simplement Adam et Ève de leur condition, et ça se termine très mal, cette histoire-là, car non seulement Adam et Ève sont non seulement immortels mais en plus éclairés, évidemment il y a un conflit avec Dieu, et c’est là que ca se passe mal.

Ensuite l’étude à laquelle se réfère Nicolas, ces plusieurs études (…) ne sont pas très convaincantes, et nous on s’est amusés à faire pas mal de tests..

M.V : ….sur la théorie des primates ?

Oui, elles ne sont pas très convaincantes. Déjà il y a plusieurs erreurs dans l’étude en question, mais bon on n’a pas le temps là-dessus… Il est (…) possible qu’il y ait une partie de la peur des serpents qui soit codée, en tout cas on a fait pas mal d’expériences avec des enfants, et on a eu le problème inverse, c’est qu’ils n’ont pas l’air d’avoir trop peur, les gamins. On a du réviser nos protocoles expérimentaux parce que les enfants, la peur phobique instinctive elle (n’)est pas tellement là. On avait le problème inverse : ils n’avaient pas assez peur dans nos manips et ça devenait parfois un peu inquiétant ».alt

MV : D’accord, donc vous n’êtes pas convaincu, vous Xavier Bonnet.

– « Pas trop. Je suis tout à fait d’accord avec Nicolas sur cette dimension culturelle mais récente, elle (n’)est pas profondément ancrée, répandue sur la planète, même avec les serpents dangereux, parce que Bouddha a été sauvé par le cobra, et les cobras qu’on voit partout dans les temples en Asie, sont là pour protéger les serpents arc-en-ciel en Australie aussi, en Afrique dans pas mal de pays, les indiens Hopi c’est encore la même chose, parce qu’ils sont associés à des mythes hydrauliques, essentiels, vitaux. Maintenant il n’y a aucun doute, et là Nicolas a parfaitement raison, que les Hommes depuis belle lurette ont compris qu’il y avait des serpents venimeux, ils savent les reconnaître et ils font attention ».

MV : Nicolas Vidal ?

– « Je suis tout à fait d’accord avec Xavier, puisque je l’ai noté, moi, quand j’étais en Guyane par exemple et qu’on montrait des serpents y compris des serpents dangereux autant les adultes crient et s’éloignent autant les enfants, il faut dire aux parents attention ce sont quand même des serpents dangereux, gardez vos enfants. Les enfants ont moins peur que les adultes

MV : Donc il y a certainement un impact culturel qui fait qu’il y a un mimétisme ensuite sur la peur liée à ces petites bêtes.

Qu’en pensez-vous ? Tentez une analyse de votre cru, et comparez-là avec la notre, ici.

N’hésitez pas à nous écrire pour compléter / corriger notre décorticage.

Richard Monvoisin

 

alt

Décortiqué – « Pourquoi l’ostéopathie peut faire du bien à votre bébé ? », France Info, janvier 2011

altSi vous arrivez à cette page, c’est que vous avez écouté la chronique de France Info « Pourquoi l’ostéopathie peut faire du bien à votre bébé ? »
Non ? Alors vous pouvez retourner ici.
Oui ? Alors ci-dessous, analyse de l’extrait point par point.

Voici un début d’analyse proposé par des membres du réseau CorteX.

  • En vert, décorticage de Nicolas Gaillard.
  • En bleu, décorticage de Nicolas Pinsault.

Vous aussi avez des idées, des suggestions, un complément ?

Vous pointez d’autres biais ? écrivez-nous.

Chronique France Info –  « Pourquoi l’ostéopathie peut faire du bien à votre bébé ? » – Janvier 2011.

 

1er minute

« Trouver une alternative au tout médicament, c’est probablement une des raisons qui pousse de nombreux parents à aller consulter un ostéopathe avec leur nourrisson »

C’est une pétition de principe : la prémisse de la démonstration contient déjà l’acceptation de la conclusion. On sous-entend ici que les pratiques médicales conventionnelles traitent les pathologies uniquement par médicament : c’est une réduction caricaturale des méthodes du milieu médical pour le discréditer.
« Trouver une alternative au tout médicament » est un faux dilemme bien dissimulé. On offre uniquement deux alternatives – médecine conventionnelle ou ostéopathie – en omettant toute autre alternative pourtant possible. La présentation du dilemme est en outre habilement déséquilibrée puisque les pratiques conventionnelles sont connotées négativement par les termes « tout médicament ». Impossible alors de ne pas être d’accord avec le choix de l’ostéopathie.

J’ajouterais que le terme « probablement » est ici particulièrement mal choisi puisqu’il ne s’agit que d’un a priori sans fondement.

Le chroniqueur présente Carole Renucci, rédactrice en chef d’Enfant magazine et fait référence à l’article du mensuel de janvier 2011 « Pourquoi l’ostéopathie peut faire du bien à votre bébé ?»

Cette présentation de l’article est encore une pétition de principe qui m’oblige à accepter la prémisse que l’ostéopathie peut faire du bien tout court, ce qui est très discutable. « Pourquoi l’ostéopathie peut faire du bien à votre bébé ?  » sous-entend « l’ostéopathie peut faire du bien à votre bébé et nous allons vous expliquer comment… »

Enfant magazine janvier 2011En couverture du fameux mensuel Enfant magazine de janvier 2011 : « L’ostéopathie, ça marche aussi pour les petits »

Idem, le « ça marche aussi » implique que ça marche tout court.

L’affirmation « ça marche » n’est pas très claire. Que faut-t-il comprendre ? « C’est efficace », « ça me soulage », « c’est prouvé », « j’y crois » ou encore « il y a un effet significatif » ? Cette ambiguïté permet surtout de contourner la question de fond : y’a-t-il un effet thérapeutique spécifique ? 

« Est-ce qu’on peut parler d’engouement pour cette médecine douce aujourd’hui ? »

Le terme « médecine » douce permet de faire rentrer d’emblée l’ostéopathie dans le champ des médecines : c’est une dénomination inexacte.
Le terme médecine « douce » sous-entend également une opposition à une médecine dure que serait la médecine conventionnelle. Si ces pratiques sont « alternatives », elles sont « alternatives » à quoi ? C’est une connotation très problématique qui fait l’objet d’un atelier Faire un atelier-débat – médecine « douce », « alternative »….

« En 2005 un chiffre émanant de l’Académie d’ostéopathie donnait 200.000 visites pour les tout petits, pour les nourrissons, ce qui effectivement est massif et pose beaucoup de questions. Ce chiffre est sans doute lié à l’intensification des propositions, c’est à dire qu’il y a une légalisation du titre et de la profession au cours de la décennie dernière qui a permis effectivement à cette offre de s’amplifier. »

Indiquer que de nombreuses personnes consultent, que cela s’amplifie et que l’exercice de l’ostéopathie est légalisé, ancre l’acceptation d’une certaine légitimité qui peut m’amener à conclure ensuite « donc c’est efficace ». D’ailleurs l’argument est définitivement posé plus loin. Cependant, la preuve sociale, l’effet Panurge (beaucoup de gens consultent) ou légale ne sont pas des arguments de validité de la pratique. Voir le même argumentaire pour l’homéopathie [1]. 

Le mode de calcul utilisé ici pour ces affirmations pose questions. Pour cela il suffit de se procurer le rapport de la commission pédiatrie de mai 2006 disponible sur le site  de l’Académie d’ostéopathie de France. On constate alors que l’on est loin des standards de l’épidémiologie. L’enquête se fait par questionnaire auprès d’ostéopathes exclusifs (n’exerçant ni la médecine, ni la kinésithérapie) tirés au sort dans un registre contenant 1774 noms. L’échantillon retenu au final est de 97 praticiens déclarant avoir vu, en moyenne, 148,8 nourrissons au cours des 12 derniers mois. En multipliant ce nombre par la population de praticiens de départ dans le registre ils arrivent à la conclusion que 217 000 nourrissons ont consulté et que cela représente 470 000 consultations (et non 200 000 comme évoqué, pourquoi un tel écart ?). Alors poussons le raisonnement jusqu’au bout pour souligner son aspect bancal : en multipliant le nombre moyen d’enfants vus par le nombre d’ostéopathes estimé (médecins (10000), kiné (4000) et ostéopathes exclusifs (1774)). On arrive à plus de 2,3 millions de nourrissons vus par les praticiens, soit plus de 4 fois le nombre de nourrissons présents sur le sol français à la même période (source INSEE).

 

2ème minute : qu’est ce que l’ostéopathie ?

« C’est une médecine douce, ça veut dire qu’elle prend dans sa globalité l’être humain, tant sur le plan psychique que physique »

On retrouve ici la connotation très problématique de médecine « douce » (voir l’article Faire un atelier-débat – médecine « douce », « alternative »… sur ce sujet). En outre, l’utilisation de termes creux comme « dans sa globalité l’être humain, tant sur le plan psychique que physique » est très imprécise, voire vague : c’est donc à l’auditeur d’y mettre du sens. C’est un exemple d’effet puits.

C’est une pétition de principe : cela sous-entend que les médecines « pas douces » ne prennent pas l’individu dans sa globalité.

« Elle renvoie à une thérapie manuelle qui consiste à manipuler les personnes de façon à retrouver ou à prévenir d’une dysharmonie ou d’un déséquilibre au niveau des fonctions et notamment des structures – tout ce qui concerne les muscles, l’articulation, le squelette. »

« Dysharmonie » et « déséquilibre » sont des mots paillasson qui créent un effet puits dans cette phrase.

Cette définition reprend étonnamment celle, officielle et réglementaire, de la kinésithérapie: « Consiste en des actes réalisés de façon manuelle ou instrumentale, notamment à des fins de rééducation, qui ont pour but de prévenir l’altération des capacités fonctionnelles, de concourir à leur maintien et, lorsqu’elles sont altérées, de les rétablir ou d’y suppléer. » Quelle est alors la spécificité de l’ostéopathie ? 

« [une séance] se déroule très bien, […] pour les enfants en tous cas c’est très léger »

On poursuit sur le mode « médecine douce ». Pourtant les pathologies nécessitent parfois de ne pas être « doux ». Le traitement d’infections comme la bronchiolite par exemple nécessite des techniques de kinésithérapie qui paraissent très choquantes pour un parent qui voit son enfant manipulé vigoureusement et forcé à tousser.

Interrogatoire sur les conditions de grossesse, de naissance et utilisation du dossier médical.

Je peux soupçonner ici un danger de corrélations erronées entre les conditions de grossesse et/ou de naissance et des troubles. C’est le genre de biais fallacieux très répandu dans tout un tas de thérapies douteuses qui trouvent toujours une raison aux troubles de l’enfant, que l’on valide subjectivement, faute de preuve. Imaginez un enfant dont la naissance a été compliquée. On sera alors tenté de faire le lien en permanence avec d’éventuels troubles qui surviendraient durant son enfance. C’est un véritable risque de déterminisme.

Je suis d’accord. En outre pour être complet sur le sujet, les ostéopathes ne sont pas des professionnels de santé. Ils ne répondent donc pas aux mêmes obligations légales. Leur confier son dossier médical me semble questionnant.

« C’est un rééquilibrage, […] problèmes de sommeil, enfants qui pleurent, qui sont ronchons pour lesquels on ne voit pas vraiment la raison. »

« Rééquilibrage » : mot paillasson.
Attention à l’effet cigogne et la validation subjective, d’autant quand on connaît l’absence de validité objective de l’ostéopathie. Voir Les professionnels de santé et l’ostéopathie ou le site osteo-stop pour se faire une idée.

 « Rééquilibrer » quoi ?

« Geste réalisé de façon douce et précise »

Cela connote encore une opposition négative médecine « douce », médecine « conventionnelle » en bonne/mauvaise. En outre, les gestes ne seraient-il pas « précis » en dehors de l’ostéopathie ?

3eme minute

« Aujourd’hui on compte 4000 médecins parmi les ostéopathes, 10000 kinés ; la formation est supervisée par la faculté de médecine,  donc je pense qu’on peut lui attribuer tout le sérieux qui lui revient. »

Il arrive assez fréquemment à des figures illustres ou des institutions non moins illustres de légitimer des techniques se révélant très légères par la suite, voire pseudo-scientifique. C’est un argument d’autorité qui ne dit rien sur la validité de la pratique ; les figures d’autorité ne peuvent pas remplacer les preuves scientifiques.   C’est encore une pirouette argumentative similaire à l’homéopathie [1].

J’entends « homéopathe » à la place « ostéopathes » (?!) D’accord pour l’argument d’autorité qui n’apporte rien au débat, d’autant que ce qu’elle dit est faux. C’est bien là d’ailleurs tout le problème de l’ostéopathie : seules les formations destinées aux médecins sont proposées dans le cadre de facultés de médecine. L’essentiel des formations en France sont des écoles privées sans lien avec une structure universitaire. Pour être complet des dispositions réglementaires récentes ont établi une liste des établissements agréés à délivrer le diplôme, en se basant notamment sur la quantité des enseignements dispensés. L’Académie de médecine, elle, s’exprime sans ambiguïté au sujet de l’ostéopathie dans un rapport rendu en 2006 selon ces termes : « Peut-être vaudrait-il mieux enseigner la médecine en tenant un plus grand compte de sa composante « humaniste », essentielle mais insuffisamment donnée en exemple, plutôt que d’officialiser des pratiques qui cherchent à s’en éloigner en s’appuyant sur des a priori d’inspiration, en grande partie, purement philosophique. »[2].

« D’autres médecins se méfient de l’ostéopathie, sans l’estimer dangereuse, mais ils doutent de ses effets […] Il n’y a rien de mieux que la pratique pour le vérifier. »

C’est une forme d’épouvantail : travestir d’abord la position des détracteurs de façon volontairement erronée et facile à réfuter puis détruire cet épouvantail en prétendant ensuite avoir réfuté la position rivale.
« d’autres médecins » connote une position minoritaire ;
« se méfient de l’ostéopathie« . « Méfier » ne connote pas la même chose que « invoquent l’absence d’évaluation scientifique » ;
« sans l’estimer dangereuse« . C’est une connotation qui sous-entend que même s’ils invoquent l’absence d’effet, ces médecins considèrent que l’ostéopathie n’est pas dangereuse ;
« mais ils doutent de ses effets« . Encore une fois : « douter » ne connote pas la même chose que « invoquent l’absence d’évaluation scientifique » ; attention a ne pas inverser la charge de la preuve, qui incombe à celui qui prétend quelque-chose.

Le témoignage ne vaut pas une preuve. Je pense qu’on a ici une généralisation abusive.

« Les études n’ont pas été vérifiées sur le plan purement scientifique,  néanmoins elle connaît un engouement au plan mondial […] les visites se multiplient ce qui veut quand-même dire, je pense, qu’il y a un effet. »

Préparé en amont, l’argumentum ad populum ou principe de la preuve sociale désigne cette tendance à croire que si la plupart des gens croient en quelque-chose ou agissent d’une certaine manière, mieux vaut se conformer à cela en vertu de l’idée « qu’autant de gens ne peuvent tous se tromper ». Voir Principe de la preuve sociale, effet Panurge ou argumentum ad populum.

« Pour certaines pathologies, notamment chez l’adulte, notamment les lombalgies, on n’est pas loin de penser que c’est la meilleure technique pour les solutionner. »

Qui est ce « on » qui pense ? N’inversons pas ici la charge de la preuve : jusqu’à présent aucune revue de littérature scientifique ne semble démontrer que les manipulations seraient plus efficaces qu’autre chose (pour approfondir, voir « Spinal manipulative therapy for chronic low-back pain ». Rubinstein SM, van Middelkoop M, Assendelft WJ, de Boer MR, van Tulder MW. Cochrane Database Syst Rev. 2011 Feb 16;(2):CD008112. Review. )

« Dans certaines maternités on propose déjà une séance d’ostéopathie, ça fait partie des actes courants, pour les personnes, les équipes qui en sont convaincues […] ce qui est certain c’est que ça fonctionne bien, même si évidemment cela génère des craintes du côté des adultes »

Dans certaines maternités : argument d’autorité, comme cité plus haut (médecins, kinés, faculté de médecine). L’argument d’autorité est d’ailleurs ensuite banalisé par « ça fait partie des actes courants ».
« Pour les personnes, les équipes qui en sont convaincues » : il n’est pas nécessaire être convaincu pour qu’un traitement fonctionne ou cela oriente la question sur un effet placebo.
 
Je vois ici un moyen de déplacer le débat pour éviter d’aborder le fait que l’ostéopathie n’a pas de critères précis qui justifient son utilité. On tente de donner l’impression que « même eux le font donc ça ne craint rien ». On note au passage une autre connotation condescendante : « mais on comprend vos craintes, c’est votre enfant, c’est normal ».
 

[1] Sophismes et rhétorique – TP Analyse de documentaire sur l’homéopathie
[2] Rapport « Ostéopathie et Chiropraxie » de l’Académie de médecine de 2006.