CorteX_Peur_image_meme-pas-peur

Appel à la peur

Appel à la peur : raisonnement fallacieux dans lequel une personne tente de créer l’approbation d’une proposition en utilisant des menaces ou des peurs existantes ou  non. Se dit aussi argumentum ad metum ou argumentum in terrorem

Exemples :

– Arrête de faire des grimaces. S’il y a un courant d’air, tu resteras comme ça toute ta vie.
– Si tu ne travailles pas bien à l’école, tu termineras SDF.
– Tu devrais arrêter de fumer, sinon tu vas attraper un cancer du poumon.

Il peut être utilisé à plusieurs fins. En voici quelques-unes :
– faire vendre un journal : un titre provocant la peur sur la couverture incite le passant à acheter le journal pour en savoir plus sur la prétendue menace, d’autant plus si le titre ou le sous-titre sous-entend que l’article propose une solution.
– utilisation de la peur dans les campagnes de prévention pour « sensibiliser » les gens et les pousser à se protéger
– pousser l’interlocuteur apeuré à accepter la solution qu’on lui propose.

Notons que la désignation d’un appel à la peur ne signifie pas que cette peur n’a pas lieu d’être ; cependant, faire appel à cette peur ne favorise pas l’analyse rationnelle de la situation et la prise de décision en connaissance de cause.

Une proposition de travaux pratiques sur ce sophisme est disponible ici.

Un exemple de traitement médiatique usant de l’appel à la peur est là : Peur sur la ville.

Balado

Février 2011 Le CorteX sur le balado Scepticisme Scientifique (Denis Caroti)

BaladoL’épisode 90 du balado Scepticisme Scientifique est consacré au CorteX. Denis Caroti fut ainsi invité à répondre aux questions concernant notre réseau, son principe et ses objectifs.
Merci à Jean-Michel Abrassart pour cet épisode et plus généralement pour son travail d’information critique sur des sujets qui nous touchent souvent de près.

Note – Il avait déjà été question du CorteX dans l’interview de Richard Monvoisin, épisode 42.


DC pour le CorteX

Gap, 4 mars 2011 – la zététique… ou comment faire preuve d’esprit critique face à l’étrange

Faire preuve d’esprit critique, faire la différence entre croyance et connaissance est un processus assez naturel… que nous ne savons pas toujours « activer » lorsqu’une affirmation « paranormale » nous prend au dépourvu. La zététique propose quelques outils pour faire face à ce genre de situations.

18h, rue Pasteur, à Gap. Entrée libre.
Affiche à télécharger ici.
Pour tout contact :
contact@zetetique.fr et equipe@gsa05.com

RM

CorteX Monde Libertaire

Février 2011 Le CorteX dans le Monde Libertaire – Esprit critique en acier pour gens en taule (Guillemette Reviron, Richard Monvoisin)

Esprit critique en acier pour gens en taule ? Tentatives d’ateliers critiques en prison

Devise commune : l’esprit critique est une arme sociale qui ne s’use que si l’on ne s’en sert pas.

Constat commun : cette arme sociale n’est pas équitablement distribuée

Solution parmi d’autres : outiller ceux qu’on n’outille pas.

 

L’histoire se passe dans le Sud-Est pour l’un-e, ailleurs pour l’autre, dans une de ces villes où il ne fait pas (encore) bon dire qu’on y développe la lecture critique des détenus

À l’origine, un dilemme d’enseignants : faut-il accepter d’entrer dans une institution comme la prison et de la légitimer en y prenant un rôle, même pédagogique ? Faut-il au contraire refuser de contribuer de quelque manière que ce soit à cette mécanique qui brise les os des condamnés ? La question est permanente, vicelarde, et aussi tenace qu’un scrupule, aussi fallut-il, pour la trancher, admettre ceci : quand bien même attaquer les prisons à coup de burin serait la posture la plus défendable, elle est de toutes façons hors de notre portée, par manque de contexte, de forces vives, d’organisation, ou simplement de courage physique.

Alors autant ne pas rester les bras ballants. L’historien Howard Zinn disait qu’il est impossible de se permettre d’être neutre dans un train en marche. Si le dilemme est vraiment épais, et qu’entre faire et non-faire, notre cœur balance, alors il nous semble plus moral de faire. Mais faire quoi ? Si on ne se sent pas prêts à dynamiter les cachots, que peuvent faire des enseignants pour les vider ? À part un plan des égouts ou une lime cachée dans un pain d’épices, que peut offrir un intellectuel à un détenu qui permettrait à ce dernier sinon de sortir plus vite, du moins de ne plus se faire incarcérer ? Nous avions deux types de réponse possibles : enseigner le droit – mais nous sommes incompétents – et enseigner l’analyse critique.

Or ça, c’était dans nos cordes, car c’est justement l’objet de notre collectif de recherche, le C.O.R.T.E.C.S. : transmettre de l’esprit critique en donnant des outils d’analyse de type scientifique, tirés de la mathématique, de la psychologie, de la sociologie, de l’Histoire, etc.

Précisons bien : nous utilisons la science. Non point le groupe social des experts en blouse blanche, ni la technopolitique qui va décider à notre place sur quels programmes de recherches et quels modèles de société sera investi notre argent. Non, il s’agit bien de la science comme démarche visant à dire des choses plus vraies que fausses sur le monde. Tout simplement parce que si on souhaite le changer, encore faut-il le connaître. Et en ce sens, et en ce sens seulement, la science est éminemment subversive. C’est cette démarche qui démontre que le racisme n’a pas de fondement, que le sexisme repose sur un ramassis de sornettes, que certaines lois économiques ne sont que billevesées, que l’amiante était démontrée toxique depuis 80 ans, que les contenus d’enseignement de l’histoire gomment la plupart des mouvements sociaux et des horreurs perpétrées par les gouvernements, que le créationnisme est un scénario idéologique sans preuve et que Déluge, saignées, humeurs, phlogistique, théorie sexuelle freudienne des névroses, infériorité intellectuelle de la femme et influence de la musique sur les plantes sont à ranger dans les rayonnages empoussiérés de la cave des connaissances fausses.

C’est la science également qui fait la preuve que la pensée de Ségolène Royal relève de la droite chrétienne, que Dominique Strauss-Kahn colle à un modèle économique ultra-libéral et que Nicolas Sarkozy est le « président des riches »1. C’est la science comme démarche qui montre que les populations carcérales sont issues des couches sociales pauvres et que ce n’est pas le paramètre « arabe » ou « noir » qui est pertinent, mais bien celui de capital, qu’il soit financier ou symbolique.

C’est la démarche scientifique qui permet de démontrer que créer des conditions carcérales n’a jamais freiné les actes criminels, réduit la récidive, ou aidé quelque personne que ce soit, victime ou fautif à se reconstruire, ni même à réparer quoi que ce soit.

Et si un jour la science démontrait quelque chose qui nous heurte ? Tout l’art de l’éthique humaine résidera dans la manière d’appréhender cette réalité, même déplaisante. Oui, il semble qu’il n’y ait pas de lien causal entre les pesticides et la « disparition » des abeilles : nous aurions préféré qu’il y en ait un ! pour mieux dénoncer l’emploi de ces produits, mais dans l’état des connaissances actuelles, c’est ainsi. Alors cela n’empêchera pas de dénoncer cette industrie, mais sur des faits solides – et il y en a assez – et non des fantasmes. En attendant, l’objectif est de trouver ce qui arrive aux abeilles, et se contenter d’une fausse explication ne les aidera pas.

Oui, il y a des gens qui par exemple aiment tuer, violer, commander, torturer. Reste à savoir quoi élaborer politiquement pour ces gens, et c’est compliqué. Mais pour le faire, encore faut-il connaître scientifiquement les mécanismes qui les amènent à ça. Possible que ce que l’on découvre ne nous plaise guère, mais… le monde n’est pas « fait » pour nous plaire.

Pour plagier Confucius et son poisson : quand un individu est en prison, mieux vaut lui donner les outils intellectuels et juridiques pour s’en tirer le plus vite possible et faire en sorte de ne pas y retourner que de lui donner une pelle ou une échelle.

Nous savions transmettre des éléments d’esprit critique aux étudiants ; analyse des faits, lecture critique des médias, étude scientifique des pseudosciences, zététique, psychologie de la manipulation, mensonges politiques, etc. Mais les étudiants sont pour majorité des filles et fils d’étudiants, des enfants de bac plus quelque chose. Et s’il est un endroit où on est quasi-certain de trouver une frange de population qui n’usera jamais son froc sur les bancs des amphithéâtres, c’est bien dans les geôles.

Il fallait une manière d’entrer dans les murs. Pour l’une, la solution indirecte fut le soutien scolaire. Faire beaucoup de maths, puis laisser se décaler les discussions, un peu moins de maths, un peu plus d’analyse critique, de discussions sur les médias, d’analyses de livres.

Pour l’autre, ce fut un atelier Médias & esprit critique, avec l’ambition de venir projeter des extraits de journaux télévisés, des analyses de désentubages cathodiques2, des bouts d’émission, et de décortiquer la fabrication de l’opinion, le choix des mots, des scénarisations, la manipulation des chiffres et des statistiques. Il faut néanmoins savoir que cet atelier a mis pratiquement deux ans à être accepté par l’administration pénitentiaire : enquête de la DCRI, difficultés concernant le matériel informatique pour projeter les documents, il fallut toute l’opiniâtreté de certains responsables du Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation pour parvenir à démarrer l’atelier en septembre 2010, sous forme de « cycle de 10 interventions hebdomadaires sous forme d’ateliers-débats, à partir de documents vidéo ou papier tirés essentiellement des médias télévisés ou des journaux afin d’élaborer avec le public présent des outils d’analyse critique de l’information ».

Chomsky a écrit que si nous avions un vrai système d’éducation, on y donnerait des cours d’autodéfense intellectuelle. L’accès à une éducation n’étant obligatoire que jusqu’à seize ans, rendons l’éducation critique optionnelle, omniprésente et séduisante, à partir de 16 ans et demi. Certains sont moins outillés que d’autres et se font broyer par le système ? Alors dénonçons ce qui ressemble à de l’abus de faiblesse. Et puisqu’on trouve dans le code de la consommation, livre 1 titre 2, chapitre 2 section 4 l’article L122-8 dénonçant l’abus de faiblesse dans les démarchages commerciaux, il suffirait de créer un article de plus, le 122-16, qui n’existe pas, et qui serait l’abus de faiblesse critique. Ne manquerait alors que la partie en italique :

Art. L.122-16 – Quiconque aura abusé de la faiblesse ou de l’ignorance d’une personne, ou n’aura pas mis tout en œuvre pour lui fournir une autodéfense intellectuelle suffisante pour lui laisser faire ses choix en pleine connaissance de cause, sera puni par un cours privé d’esprit critique d’un nombre d’heures à définir, ainsi que par lecture de la bibliographie complète du Cortecs, lorsque les circonstances montrent que cette personne n’était pas en mesure d’apprécier la portée des engagements qu’elle prenait ou de déceler les ruses ou artifices déployés pour la convaincre à y souscrire, ou font apparaître qu’elle a été soumise à une contrainte.

Luttons pour faire naître de l’autodéfense intellectuelle partout où elle pourra germer.

Même à l’ombre.

Guillemette Reviron, mathématicienne. Richard Monvoisin, didacticien des sciences. Enseignent tous les deux l’esprit critique et l’autodéfense intellectuelle au sein du CORTECS (Collectif de Recherche Transdisciplinaire Esprit Critique & Sciences, www.cortecs.org).

Tous deux défendent une lecture rationnelle et libertaire du monde.

 

1 Titre du dernier ouvrage des sociologues M. Pinçon & M. Pinçon-Charlot, Le président des riches, Zones, 2010

2 Le désentubage cathodique est un art critique poussé au summum sur Zalea TV et par les Mutins de Pangée.

Si vous n’avez pas de sous, vous pouvez feuilleter le Monde Libertaire ici.

Richard Monvoisin

CorteX_banania

Sociologie, anthropologie – Atelier sur le racisme ordinaire et la discrimination

Voici du matériel simple pour animer un atelier sur le « racisme ordinaire » avec des étudiants, des élèves ou du grand public. Il est possible de passer les documents, puis de débattre, ou bien d’ajuster chaque document à un savoir-être bien précis.

Introduction au préjugé

Ci-dessous, quelques documents permettant d’introduire la question du préjugé raciste, même avec un public jeune.

  • Le Noir et le ballon (vous avez la référence de cette vidéo ? Nous la cherchons. Édit du 27 septembre 2017 : merci à Anaïs De Winter qui a trouvé la source : il s’agit d’une pub Thaï de 1980 pour du dentifrice à pâte noire aux herbes du groupe Twin Lotus Company)

Télécharger là

  • Le nageur Moussambani, aux Jeux Olympiques de Sydney (1996)

Ou ici en meilleure qualité :

https://sport.francetvinfo.fr/les-jeux-olympiques/video-natation-un-athlete-ethiopien-fait-le-buzz

Télécharger

Dans le cas présent, il s’agit de Stéphane Caron & Eric Besnard, riant de la mauvaise technique d’un nageur équato-guinéen, en gommant la génèse du problème.

Il est conseillé de regarder cette vidéo avant, et après avoir appris qu’Eric Moussambani n’avait appris à nager que depuis huit mois, n’avait jamais nagé 100 m d’affilée de sa vie, n’avait jamais vu de piscine de 50 m, car son entraînement ayant eu lieu dans une piscine d’hôtel de 20 m, seule piscine dans son pays. Sa fédération disposant de moyens inexistants, son maillot et ses lunettes lui ont été prêtés une heure avant l’épreuve par deux athlètes.

Note : il arrive parfois que cette seule vidéo amène le public à « essentialiser » le problème, en arguant du fait que « bien sûr, les Noirs ne flottent pas très bien, paraît que c’est à cause de leur mélanine », occultant du revers de la main avec un argument non-sourcé tout ce qui fait la génèse du fait que les Noirs Africains ont peu accès aux piscines. 

  • Nina Simone, la chanteuse noire

Dans son autobiographie Ne me quittez pas, Nina Simone raconte :

« A cause de Porgy, on me comparait souvent à Billy Holliday, ce que je détestais. Ce n’était qu’un morceau parmi tant d’autres à mon répertoire, et il suffisait de m’entendre l’interpréter pour comprendre qu’il n’y avait aucun rapport. Ce qui me rendait furieuse, c’est que visiblement les gens s’appuyaient sur la simple constatation que nous étions toutes les deux noires : si j’avais eu la peau blanche, personne n’aurait fait le rapprochement. (…) Me qualifier de chanteuse de jazz était une manière de dédaigner mon bagage classique, parce que je ne répondais pas à l’image de l’artiste noir que se faisaient les Blancs. Une forme de racisme : « puisqu’elle est noire, c’est forcément une chanteuse de jazz ». Un point de vue qui me rabaissait, tout comme Langston Hughes quand on le qualifiait de « grand poète noir ». Langston était un grand poète, un point c’est tout ; à lui, et à lui seul, revenait le droit de dire en quoi jouait la couleur de sa peau ». (Ne me quittez pas, Presses de la renaissance, 1992, p. 107).

 

Discrimination raciale dans les institutions

Le racisme ordinaire naissant sur du terreau « ordinaire », il est nécessaire de passer par des témoignages réels et actuels pour montrer la discrimination non seulement dans la vie, mais dans les institutions. Voici quelques exemples :

  • Injure raciale, France 3 Grenoble, 16 mars 2010

Télécharger

  • Discrimination raciale de Jean-Marie, français d’origine béninoise à la Caisse Régionale d’Île-de-France, France Culture, Les pieds sur Terre 9 février 2011

Télécharger

  • Discrimination d’un français d’origine maghrébine à la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris, France Culture, Les pieds sur Terre 9 février 2011

Télécharger

Matériel plus poussé

Il est possible ensuite d’incrémenter un peu le sujet, avec le matériel suivant, dans un ordre de complexité croissant.

  • Racisme ordinaire et début d’analyse socio-économique – Daniel Balavoine chez P. Gildas, Canal + (1985)

Comment le chanteur Daniel Balavoine et le présentateur Philippe Gildas ramènent sur le plan socio-économique la question du racisme ordinaire et bousculent des effets cigogne (confusions corrélation/causalité). Date présumée du document : 6 novembre1985.

Télécharger

  • Moustafa Kessous, journaliste du Monde, balaye quelques cas de racisme ordinaire dans la vie de tous les jours France Inter, Zapping, 26 septembre 2009)

  • Bi-standard pour le Rwanda – Clip de campagne I hate you, de Hands for hope

Attention ! Cette vidéo peut choquer un jeune public !

Ce clip introduit la différence de traitement médiatique selon la proximité du public avec le sujet qui souffre, en vertu de cette « loi » journalistique qui veut qu’un demi-mort local vaut mille morts lointains*. Il balaye aussi une représentation souvent primitiviste des « noirs qui s’entre-tuent »**, en transposant de manière plausible une scène dans un monde blanc (merci à Eric Bévillard, de l’Observatoire Zététique, de nous l’avoir transmis).

Note : ne sachant pas exactement ce qu’est l’objet social de l’association australienne Hands for hopes, j’utilise en public une version de la vidéo sans la mention de cet organisme.

  • Les propos de Nicolas Sarkozy, prélevés par Désentubages cathodiques (2007)

Télécharger

Discours prélevés chez N. Sarkozy, avec les amalgames essentialistes suivants.

– Jeune des banlieues = pas de formation qualifiante = oisiveté = trafic

– Jeune des banlieues = non-blanc

– Musulman = faciès particulier (« ça n’a rien à voir avec la religion, quand on est musulman ça se lit sur sa figure »)

Passage incontournable : « Zinedine c’est formidable ! Mais les musulmans de France, ils sont capables aussi d’avoir des hauts fonctionnaires, des chercheurs, des médecins, des professeurs et si on ne donne pas à tous ces jeunes de banlieues des exemples positifs de réussir, comment ils vont croire en la République ? »

Racines de la discrimination

Le moment est tout indiqué pour réfléchir aux racines de la discrimination, sa genèse et la manière dont elle s’installe dans un groupe.

La leçon de discrimination, est un documentaire de 43 minutes tiré de l’émission Enjeux (Société Radio-Canada production) de Pasquale Turbide et Lucie Payeur (2006).

C’est une remarquable expérience lors de laquelle Annie Leblanc, enseignante dans une école primaire de Saint-Valérien-de-Milton, en Montérégie fait vivre à ses élèves du primaire la réalité des personnes qui subissent la discrimination en divisant sa classe en deux groupes sur un critère arbitraire – la taille -, un groupe étant valorisé et l’autre dévalorisé par l’enseignante. Ainsi la discrimination est subie par les grands la première journée, puis par les petits le jour suivant…

 

Le documentaire La leçon de discrimination est vendu en DVD aux professionnels de l’éducation. Pour plus deAnnie Leblanc indiquant la limite de taille renseignements, communiquez avec les Services éducatifs de Radio-Canada.

Notons que ce type d’expérience, aussi bouleversante soit-elle, n’est pas une première : il y eut entre autres celle de Jane Elliott (1968), discriminant à l’époque sa classe sur la base de la couleur des yeux.

Pour voir A class divided, (Frontline, PBS1), c’est ici (en version originale). Madame Elliott remit d’ailleurs une « dose » en 2010 avec une expérience intitulée How racist are you ? (Combien êtes-vous raciste?) que l’on peut regarder (version originale également).

Il est loisible ensuite de donner une sorte de recul historique, et de cadre théorique pour « penser » les origines de ce racisme ordinaire.

  • Nénuphar, chanson officielle de l’Exposition coloniale de 1931 à Paris (extrait INA prélevé dans 2000 ans d’Histoire, de Patrice Gélinet sur France Inter, 19 août 2010).

Télécharger

  • Fabrication de l’éthnicité chez les mineurs d’Afrique du Sud – Extrait d’interview du géographe Philippe Gervais-altLambony dans l’Afrique enchantée, France Inter, 17 juillet 2011 (émission « le chant des mineurs »).
 
On comprend ainsi qu’un critère prétendument scientifique prend sa source directement dans une oppresion socio-économique mâtinée de préjugés moraux.
Pour en savoir plus : Philippe Gervais-Lambony, L’Afrique du Sud, Le Cavalier Bleu, collection Idées Reçues (2009).
  • Fabrication de l’ethnicité chez les Rwandais. Le cas fut pratiquement similaire ans le Rwanda belge, dont l’ethnicité Hutu/Tutsi est une construction coloniale réinterprétant en terme raciste/ethniciste ce qui relève d’anciens clivages socio-économiques. Les cartes d’identité « ethniques », instituées par le colonisateur belge en 1931, décrètent des critères biométriques qui n’ont pas de pertinence scientifique.
On pourra alors utiliser l’excellent documentaire Rwanda, l’histoire qui mène au génocide, de R. Genoud (1995), en particulier les passage de Claudine Vidal. 
  
Pour en savoir plus :
CorteX_Gouteux_nuit_rwandaisecouvJean-Paul Gouteux, La nuit rwandaise, Esprit frappeur (2002) CorteX_Franche_Rwanda
Dominique Franche, Généalogie du génocide rwandais, Tribord (2004)

 

  

 
 
  • Race, chaînon manquant : la science au service de la politique – extrait du documentaire Zoos Humains, de Pascal Blanchard et Éric Deroo (2002).
 

Analyse de la construction de la différenciation des races. Dévoiement des concepts darwiniens, et entreprise de hiérarchisation. Le biologiste André Langaney explique comment placer le « nègre » comme chaînon manquant au XIXe, permet « d’expliquer » à rebours du même coup le rabaissement de l’esclavage et la théorie de l’évolution.

Et le narrateur explique comment en essentialisant ainsi une infériorité, on justifie ainsi une politique coloniale sans merci.

Des éléments de cette compilation ont été déroulé par Richard Monvoisin :

Vous voulez aller plus loin ? Nous vous enjoignons à lire ce monument de la littérature scientifique qu’est « La malmesure de l’Homme », de Stephen Jay Gould (1983) qui compile toutes les (pseudo-)théories ayant tenté d’accréditer scientifiquement le racisme, le sexisme et le criminalisme.

Vous voulez aller…. encore plus loin ? Vous pouvez lire une analyse critique de La malmesure de l’Homme  écrite par Serge Larivée, de l’université de Montréal, dans Vices et vertus de S. J. Gould, Revue québécoise de psychologie, vol. 23, n°3, 2002, pp 7 – 23).

* Lire à ce propos Aubenas & Benasayag, La fabrication de l’information, les journalistes et l’idéologie de la communication, la Découverte (2007).

** Représentation battue en brêche entre autres dans B.Diop, O.Tobner-Biyidi, F-X. Verschave, Négrophobie, éditions Les Arènes (2005).

Richard Monvoisin

Le racisme au quotidien 3/3 : Racisme au quotidien

Conférence / Atelier débat – médecines "douces", "alternatives" : s'y retrouver

Le sujet des médecines « alternatives », « douces » ou « complémentaires » est immense, et sujet à de nombreuses controverses. Les positions sont caricaturales (pour ou contre) et le ton s’envenime vite.
Nous proposons des interventions
  • sous une forme classique de conférence + discussion
  • sous une  forme d’atelier / débat très souple, sous forme de très courtes projections suivies de débat avec le public (à l’instar des Midis Critiques)

 
Les thèmes que nous pouvons aborder sont :
– Médecines « alternatives », Bien-être, développement personnel, soin, comment s’y retrouver ?
– Thérapies non conventionnelles, quelles joies, quels dangers ?
– Pourquoi a-t-on tellement envie de se tourner vers les médecines « douces » ?
– Thérapies et dérives sectaires : quels risques ?
– Entre médecines « douces » et industries pharmaceutiques, quelles solutions ?
– L’homéopathie : quels enjeux ?
– Les élixirs floraux de Bach
– Les dérives de la médecine quantique
 
 

corteX acupuncture

Faire un atelier-débat – médecines « douces », « alternatives »…

J’ai en face de moi une quarantaine d’étudiants, quelques doctorants et quelques chercheurs, donc d’un niveau relativement élevé, ce qui facilite un peu la tâche : je n’aurai pas à déconstruire l’idée que notre propre témoignage lors d’une guérison ne fait pas office de preuve, ce qui est déjà un saut de franchi.

 Je mise sur deux idées-force :

  • Amener le groupe à se poser la question suivante : qu’est-ce qui amène les patients vers des pratiques « alternatives », « alternatives » à quoi ? Bribes de réponses : les alternatives recherchées ont de fortes chances d’être des alternatives à

– la prise en charge froide et mécanique du médecin

– le manque de considération de la personne et à l’arrogance médicale

– la mainmise des industries pharmaceutiques sur les formations médicales

– le manque de « sens » à donner à la maladie (1).

 

  • Amener la réflexion sur ce qui est acceptable de ce qui ne l’est pas, et quel curseur prend-on ? Est-ce le fait d’être payé pour une thérapie fantaisiste qui est choquant ? La gratuité l’est-elle moins ? Est-il utile de parler de bonne foi / mauvaise foi ? En sous-jacence, je souhaite amener le groupe à appréhender que sans la notion d’efficacité de la technique proposée, il ne peut y avoir de choix éclairé.

Pour lancer le sujet, j’ai comme de coutume préparé deux fois trop de documents, et n’en ai passé que 4, bien répartis.

1) J’ai d’abord passé un extrait d’Envoyé Spécial consacré à des techniques telles que massage par les couleurs, hydrothérapie du colon et sauna à l’infra-rouge, assez facilement critiquables,car je voulais un spectre assez large pour démarrer la discussion (2).

Télécharger ici

2) Un extrait du Droit de savoir consacré à la kinésiologie et à l’emploi du fameux TM, ou Test Musculaire, que l’on retrouve également dans les variantes d’arts martiaux ou dans le fameux bracelet d’équilibre tel PowerBalance.

Télécharger ici.

3) Puis j’ai passé les deux documents suivants d’affilée, en demandant quels sont les points communs entre les deux « prétentions scientifiques » assénées.  Le premier est un témoignage de Jean Roulet, bouilleur de cru savoyard, vantant les mérites de la gnôle.

Télécharger ici.

Le second est un incident advenu pendant les Victoires de la musique 2007 : un homme vient perturber une chanson pour délivrer un message sur le fait que la cure Breuss guérit tous les cancers, ainsi que la vitamine C à fortes doses (3)  Télécharger ici.

Les discussions allant bon train, je n’ai pas eu le temps de placer d’autres films- et c’est plutôt bon signe, ces vidéos ne venant qu’amorcer les débats.

Savoir si j’ai rempli mon objectif ce jour-là (ou lors d’un midi critique très voisin, en novembre 2009, qui s’intitulait « Les médecines douces sont-elles des « alternatives » ?« , il faut le demander au public. Bien sûr, je me méfie du fait que toutes celles et ceux qui viennent me voir sont contents (biais de validation subjectif + tri des données du fait que les mécontents ne viendront pas me voir).

Richard Monvoisin

(1) Sachant que hélas, la maladie n’a pas de sens en soi. La science peut dire « comment », mais ne peut pas dire « pourquoi » quelque chose arrive. C’est assez insatisfaisant quand la maladie nous tombe dessus, d’où cette soif de « réponse » du type : « qu’ai-je fait au bon dieu pour avoir ça ? »

(2) Je dois ce document à Franck Villard, de Chambéry, trésorier de l’Observatoire zététique. Mille mercis à lui.

(3) Pour en savoir un peu plus sur cette Cure Breuss, cliquez ici. Sur vitamine C et cancer, on ira voir notre excellent partenaire Hoaxbuster et cet article Médecine, santé – La Vitamine C stimule… les idées reçues

alt

Philosophie critique – Jacques Bouveresse et son dernier ouvrage

Il est rare que des scientifiques parlent bien de philosophie, mais encore plus que des philosophes parlent bien de science. Jacques Bouveresse est de ceux-là. J’avais croisé le chemin de ses écrits étant tout jeune étudiant, juste après l’affaire Sokal et l’ouvrage majeur de J. Bricmont & A. Sokal, « Impostures intellectuelles« , (cf. Bibliotex). Il tranchait dans le décor : il fut un des rares philosophes à se positionner du côté des deux auteurs. J’avais alors fouillé un peu ses bouquins, et avait lu avec déléctation un ouvrage intitulé « Prodiges et vertiges de l’analogie« , certes un peu technique mais terriblement abrasif pour tous les faux penseurs qui font semblant de réfléchir en incrustant des équations saugrenues dans leurs théories sociales ou politiques, et qu’on ne saurait trop recommander aux mathématiciens, mais aussi à tous ceux qui voient passer des arguments basés sur le théorème de Gödel.
De la pure auto-défense intellectuelle en boîte, jusque dans ses prises de positions publiques. A titre d’anecdote, le 14 juillet 2010, la ministre Valérie Pécresse a tenté de lui épingler une légion d’honneur à son insu.
Voici la teneur de sa réponse, publiée par l’éditeur Agone*.

 

Lettre de Jacques Bouveresse à Mme Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur En réaction à l’attribution d’une Légion d’honneur qu’il n’a jamais demandée, Jacques Bouveresse nous [Agone] a transmis la lettre (en date du 17 juillet 2010) par laquelle il a refusé cet « honneur ».

Madame la ministre,

Je viens d’apprendre avec étonnement par la rumeur publique et par la presse une nouvelle que m’a confirmée la lecture du Journal officiel du 14 juillet, à savoir que je figurais dans la liste des promus de la Légion d’honneur, sous la rubrique de votre ministère, avec le grade de chevalier.

Or non seulement je n’ai jamais sollicité de quelque façon que ce soit une distinction de cette sorte, mais j’ai au contraire fait savoir clairement, la première fois que la question s’est posée, il y a bien des années [Il s’agissait alors d’une proposition émanant du ministre socialiste Jack Lang. [ndlr], et à nouveau peu de temps après avoir été élu au Collège de France, en 1995, que je ne souhaitais en aucun cas recevoir de distinctions de ce genre. Si j’avais été informé de vos intentions, j’aurais pu aisément vous préciser que je n’ai pas changé d’attitude sur ce point et que je souhaite plus que jamais que ma volonté soit respectée.

Il ne peut, dans ces conditions, être question en aucun cas pour moi d’accepter la distinction qui m’est proposée et – vous me pardonnerez, je l’espère, de vous le dire avec franchise – certainement encore moins d’un gouvernement comme celui auquel vous appartenez, dont tout me sépare radicalement et dont la politique adoptée à l’égard de l’Éducation nationale et de la question des services publics en général me semble particulièrement inacceptable.

J’ose espérer, par conséquent, que vous voudrez bien considérer cette lettre comme l’expression de mon refus ferme et définitif d’accepter l’honneur supposé qui m’est fait en l’occurrence et prendre les mesures nécessaires pour qu’il en soit tenu compte.

En vous remerciant d’avance, je vous prie, Madame la ministre, d’agréer l’expression de mes sentiments les plus respectueux. Jacques Bouveresse

Le 17 février 2011 est sorti son dernier livre, « Que peut-on faire de la religion ?« , suivi de deux fragments inedits de Ludwig Wittgenstein presentés par Ilse Somavilla.

Jacques Bouveresse poursuit la réflexion sur les relations entre raison et croyance religieuse qu’il a engagée dans « Peut-on ne pas croire ? Sur la verite, la croyance et la foi » (Agone, 2007). Il se confronte ici aux idees de deux penseurs majeurs du XXe siecle, Bertrand Russell et Ludwig Wittgenstein, pour qui le rejet de toute religion instituée et des diverses formes d’irrationalisme n’est pas incompatible avec une comprehension de l’experience religieuse. « Dans le domaine des emotions, declarait Bertrand Russell, je ne nie pas la valeur des experiences qui ont donné naissance à la religion. Mais pour parvenir à la verité je ne peux admettre aucune autre methode que celle de la science. » Aux yeux de Wittgenstein, au contraire, l’ideal religieux etait la lumiere la plus pure par laquelle nous puissions aspirer à etre eclairés, et les Hommes qui vivent dans la culture de la rationalité conquerante et du progrès indéfini ont besoin d’apprendre que ceux-ci colorent les objets de leur monde d’une couleur déterminée, qui ne constitue qu’un assombrissement.

Collection Banc d’essais, 192 pages, 19 euros
http://atheles.org/agone/bancdessais/quepeutonfairedelareligion/

Jacques Bouveresse aux editions Agone:
http://atheles.org/trouver?main=recherche&ref_editeur=1&cherche=bouveresse&go=Chercher

On pourra également lire

et voir l’excellent DVD contenant deux documentaires : Le besoin de croyance et le besoin de vérité et Les intellectuels et les médias avec en supplément Pierre Bourdieu et le regard méchant de la science.

 

Février 2011 Le CorteX dans les Actualités de l'Université de Grenoble

L’Université Joseph Fourier de Grenoble annonce la naissance du CorteX dans ses actualités.

http://www.ujf-grenoble.fr


Naissance du collectif CorteX

10 février 2011
Le Collectif de recherche transdisciplinaire esprit critique & sciences (CorteX) vous invite à le rejoindre sur son nouveau site internet.

Collectif d’enseignement et de recherche sur la transmission de l’esprit critique dans les domaines scientifiques, le CorteX est né en 2010 à l’Université de Grenoble à l’initiative de cinq formateurs professionnels. Il a pour objectif de mettre à disposition les travaux de tous les acteurs (enseignants, chercheurs, étudiants) travaillant sur la pensée critique et ses multiples facettes, quelle que soit leur origine disciplinaire ou leur université. Depuis le mois de décembre dernier, le collectif vous propose de le retrouver sur son site Internet (lire la suite)