CorteX_Yasmine_Hegot

Sociologie, genre – Atelier Publicité & stéréotypes en 1ère ES, par Yasmine Hégot

Yasmine Hégot est enseignante de sciences économiques en lycée dans le Lot. Elle a construit une séquence de sociologie autour de la question du genre et des stéréotypes pour des 1ères ES.Elle raconte.


J’ai réutilisé l’analyse de N. Gaillard sur la campagne de recrutement de l’éducation nationale lors d’ un cours de sociologie avec une classe de première ES (26 élèves). Sur les 26, 15 sont des filles et 11 des garçons. La répartition est donc plutôt représentative d’une filière générale en Lycée (même en milieu rural) et satisfaisante pour cet atelier.

Dans le cadre d’un cours sur la socialisation différentielle (selon le milieu social d’abord puis selon le sexe), j’ai travaillé sur les stéréotypes féminins et masculins pendant une heure.

Voici la progression en trois points :

 1) A partir de la pub Moulinex ci-contre (1961), il s’agit pour eux de répondre aux deux questions suivantes (voir manuel de Sciences économiques et sociales 1ère, CorteX_Moulinex-libere-la-femme-robot_1961- éditions Belin) :

a. Illustrer les notions de stéréotype, de rôle et de statut

b. Quelle représentation a-t-on aujourd’hui de la femme au foyer ? 

2) Pendant qu’ils réfléchissent cinq minutes, je récolte des publicités qu’ils étaient chargés d’amener (seule contrainte : qu’elles représentent une femme ou un homme).

3) Enfin, nous mettons en commun des réponses.

Pas de problème pour la question a ; au statut de femme est rattaché le rôle de la ménagère (porté au rang de modèle social) et au statut d’homme celui de la protection matérielle…

Pour la seconde question b : à l’unanimité, les élèves répondent que le modèle de la femme au foyer est dépassé et que ce stéréotype est désuet. La femme est libérée, indépendante, autonome.. Au passage, je donne quelques bonnes raisons d’y croire (allongement des études, taux d’activité féminin qui a explosé, contraception…)

4) Retour sur leurs publicités. Sur 26 élèves, je récupère 24 publicités représentant une femme ! C’est déjà bon signe, car le but est de les exposer à une prévisible contradiction entre les déclarations de valeurs et les faits : les publicités recherchées reflètent un usage de l’image féminine très majoritaire d’une part, et que d’autre part, les élèves (quel que soit leur sexe justement) dirigent spontanément leur recherche vers ce genre de publicité. J’ouvre le débat.

  • Sur quels produits portent les publicités ?

  • Quel semble être le stéréotype féminin aujourd’hui ?

  • Est-ce signe d’émancipation ?

 Résultats évidents :

  • Les produits sont axés autour du soin du corps, maquillage, parfums..

  • Hormis dans une publicité mettant en scène une femme métisse, on retrouve partout la blonde, grande, mince, à l’allure séductrice, sensuelle voire provocante, et dénudée ou presque.

La seule publicité masculine apportée, quant à elle, met en scène un rugbyman tout « défoncé ».

  • La question de l’émancipation leur paraît un peu moins évidente ; passer de la femme au foyer à la bombe à poil n’est pas vraiment signe d’indépendance.

5) C’est là qu’intervient le boulot de Nicolas Gaillard (pour enfoncer le clou). J’ai repris son analyse de l’image (le femme blonde, dans son intérieur, nonchalante, consacrée à sa lecture et l’homme dans une ambiance bleue plus professionnelle, face à son portable..) et des accroches (Laure a trouvé le poste de sesrêves / Julien a trouvé un poste à la hauteur de ses ambitions).

6) Conclusion : la construction du genre féminin et masculin est fortement conditionnée par des stéréotypes. Le stéréotype féminin varie de l’image de la femme d’intérieur à celle de la bombe sexuelle. On peut élargir la réflexion sur les conséquences de l’intériorisation de ces stéréotypes sur la perception de soi (image dévalorisée pour qui ne correspond pas au stéréotype).

La prochaine fois : j’essaierai de visionner des publicités/réclames audiovisuelles car c’est encore plus significatif (sur les dialogues et la mise en scène des corps) mais c’est tout de même intéressant qu’ils recherchent eux-même les supports pour les confronter ensuite à leurs propres stéréotypes.

Yasmine Hégot

Un autre atelier de Yasmine Hégot sur sociologie, travail et anomie est disponible ici.

Sophisme du pragmatisme

Le sophisme du pragmatisme


On tombe dans le sophisme du pragmatisme lorsqu’on prétend que quelque chose est vrai ou est efficace parce que ça marche. Par exemple, l’astrologie marche, la kinésiologie marche.
Le dictionnaire sceptique nous explique :

« Ce que « marcher » signifie ici n’est pas clair. Au minimum, cela signifie qu’on perçoit un bénéfice concret à croire que cela est vrai, malgré le fait que l’utilité d’une croyance soit indépendant de sa véracité. À ce niveau, « marcher » paraît signifier « J’en suis satisfait, » ce qui veut peut-être dire « Je me sens mieux » ou « Ça m’explique des choses. » Au mieux, « marcher » signifie « a des effets bénéfiques » même si les preuves sont très minces pour établir la causalité. »

La sur-representation de ce sophisme, basé sur un raisonnement de type Post Hoc ergo propter hoc, dans les prétentions des pseudothérapies est un des écueils majeurs à la construction d’une critique.

 

(tiré de Monvoisin, Pour une didactique de l’esprit critique, 2007, 4.3.5.3 p.261).

CorteX_Pierre_Dukan

TP Le Monde : "Le régime Dukan est une imposture"

CorteX_Pierre_DukanIl n’arrive pas souvent qu’un article du Monde déroule une démarche critique de manière simple. C’est pourtant le cas dans l’article « Le régime Dukan est une imposture !« du 11 janvier 2012 (ici, et reproduit ci-dessous), rédigé par le Groupe de Réflexion sur l’Obésité et le Surpoids (GROS) .
CorteX_logo_gros
Vous penserez probablement comme nous qu’à l’image de la cavalerie dans Lucky Luke, cela arrive un peu tard, et qu’il aurait fallu délivrer ces informations déjà connues depuis au moins un an (cf. rapport de l’Anses Novembre 2010) pour éviter, à défaut de perte de poids, des pertes de temps et d’argent. Toutefois cet article est bien construit, et c’est l’occasion non seulement de donner des noms aux arguments critiques abordés, mais aussi en seconde partie d’article de renvoyer au Manifeste des révoltés des régimes (révolté-es, comme un certain nombre de féministes et d’antisexistes, luttent entre autres contre le diktat des normes de minceur).

CorteX_Le_Monde_logo, 11 janvier 2012

Le docteur Pierre Dukan, fort de ses best-sellers, considère que le niveau de ses ventes tient lieu de preuve scientifique de l’efficacité et de l’innocuité de ses méthodes amaigrissantes.

Prendre le nombre d’exemplaires vendus comme preuve scientifique est une variante de l’effet Panurge (voir ici Principe de la preuve sociale, effet Panurge ou argumentum ad populum).

Considérer que le niveau de ses ventes implique l’innocuité de sa méthode (sous-entendu « si c’était dangereux ou néfaste, ça se saurait, vu le nombre de gens qui s’en sont servi« ) s’appelle le sophisme du pragmatisme.

Aussi enjoint-il, dans une vaste campagne en direction des médecins, de prescrire à tout-va le « régime Dukan ».

Les études scientifiques démontrant l’inefficacité sur le moyen et le long terme des diètes protéinées ? Les études montrant les effets délétères des régimes amaigrissants, qui engendrent ou aggravent les troubles du comportement alimentaire, qui entraînent dépression et perte de l’estime de soi ? Le rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de 2010, qui fait une synthèse de l’état des connaissances en ce qui concerne l’efficacité et la dangerosité des régimes amaigrissants ? Ce ne sont là que les avis d’esprits chagrins, qui n’auraient rien compris au « régime Dukan ».

Si vous adhérez au régime Dukan, c’est que le régime est valide.

Si vous contestez le régime Dukan, c’est que vous n’avez rien compris. Quelle que soit l’option, le régime n’est pas mis en cause. Ce biais épistémologique s’appelle l’irréfutabilité de la théorie (voir critère de réfutabilité de Karl Popper par exemple ici.

 Accessoirement, le rapport de l’ANSES (Agence Nationale de SEcurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, ex-AFSSA) sur les régimes est ici (rapport).

Silence assourdissant

La méthode Dukan est assurément un succès. Un succès sur le plan des ventes de livres, un succès médiatique. Mais cela ne nous paraît pas suffire pour la valider scientifiquement et permettre à son auteur de recruter des adeptes au sein du monde médical.

Voir à nouveau Principe de la preuve sociale, effet Panurge ou argumentum ad populum
Soulignons au passage que le terme « adepte » n’est peut-être pas adéquat ici, et que les auteurs prêtent une intention à Pierre Dukan qu’il faut démontrer.

Il nous semble donc que c’est peu demander d’exiger des autorités médicales qu’elles ne cautionnent pas de telles méthodes.

Le CorteX souscrit à ce point.

Or, leur silence assourdissant ne constitue-t-il pas une forme d’approbation ?

Cette formulation laisse entendre : qui ne dit mot consent. Même si c’est probable dans le cas présent, il peut y avoir d’autres raisons pour « ne dire mot ». Être muet par exemple !

Plus sérieusement, le silence des autorités médicales peut être dû a) à un manque de coordination b) à un conflit d’intérêt c) à des études encore en cours d)… etc. Le petit biais dans lequel tombe l’article est le faux dilemme.

Le problème, avec les régimes amaigrissants, se situe dans l’hiatus entre les résultats à court terme et ceux à moyen et à long terme. Une perte de poids rapide ne signifie pas que la méthode soit recommandable aux personnes en difficulté avec leur poids et leur comportement alimentaire. Car, en tant que médecins, ce qui doit nous préoccuper au premier chef, c’est l’évolution du poids et sa stabilité sur le long terme.

Si l’objectif est de maigrir vite, et non durablement, dans ce cas il n’y a pas grand chose à dire, le régime Dukan tient sa promesse.

Si l’objectif est de maigrir durablement (ce que prétend le site officiel de Dukan), alors prendre ce qu’offre le court terme pour une preuve sur le long terme st une variante de l’effet cigogne appelée Effet Atchoum, ou Post Hoc ergo propter hoc .

Les connaissances en matière de génétique et d’épigénétique de l’obésité, de régulation de la masse grasse et de contrôle du comportement alimentaire ont considérablement avancé ces dernières décennies. On sait que les mécanismes neurophysiologiques de contrôle de la prise alimentaire sont ainsi faits que les pertes de poids brutales sont ensuite compensées par des frénésies alimentaires, des boulimies, incontrôlables dans l’immense majorité de cas, et qui conduisent à reprendre le poids perdu, souvent avec un supplément.

 

L’obésité est plus que jamais assimilée à la laideur et à une carence de la volonté.

Transformer un phénomène social multifactoriel en un problème personnel ou catégoriel s’appelle l’essentialisme (on trouvera parfois naturalisme). On retrouve l’association avec le manque de volonté également à propos des alcooliques et des toxicomanes, mais aussi des « pauvres ». Cela sous-entend que celles et ceux non atteints par le phénomène le doivent, elles/eux, à leur volonté, ce qui est une manière de rehausser son image personnelle, par opposition aux autres.

Ceux qui sont gros le sont par leur faute et deviennent de mauvais citoyens, des délinquants alimentaires et des laissés-pour-compte. Ajoutons à cela la nécessité impérative d’apparaître belle, beau, jeune, tout de suite, la préférence donnée au court terme, et nous obtenons le franc succès de la méthode Dukan.

 

En tant que médecins et professionnels de santé, nous demandons que le corps médical, par l’intermédiaire des instances qui le représentent, prenne une position claire face aux bonimenteurs. Car qui ne dit mot consent.

 


 

A titre d’anecdote pouvant servir de base à un débat avec des élèves ou du public : Pierre Dukan a sorti début janvier 2012 un livre Lettre ouverte au futur président de la République, dans lequel il expose une série de mesures permettant, selon lui, d’éradiquer le surpoids en France. On nous rapporte que parmi ses principales propositions, l’une d’entre elle est la suivante : Dukan propose tout simplement de prendre la « maîtrise » de son indice de masse corporelle comme discipline au baccalauréat.

« Mettre en place une option ‘poids d’équilibre’ au baccalauréat rapportant des points d’option pour ceux qui arrivent à garder un indice de masse corporelle compris entre 18 et 25 entre la seconde et la terminale serait un bon moyen de sensibiliser les ados à l’équilibre alimentaire ».

Une réaction à ce sujet de Bernard Bernard Waysfeld, endocrino-nutritionniste et président du GROS, datée du 9 janvier 2012, est disponible dans le Magazine de la Santé de France 5, vers la minute 17.

Cliquez ici.

Il existe un manifeste des révoltés des régimes, lancé par l’association Allegro Fortissimo, qui lutte contre les discriminations dont sont victimes les personnes de forte corpulence dans la société (problèmes d’accès à l’emploi, au crédit, aux transports, aux soins…). Elle travaille à réconcilier ces personnes avec leur corps et leur image, vis-à-vis d’elles-mêmes, de leur entourage et de la société. Nous reproduisons ici le manifeste pour contester une norme sociale, celle de ma minceur, pseudo-scientifquement correlée à la santé. Il n’est pas nécessaire d’être obèse ou en surpoids pour se sentir concerné-e.

CorteX_manifeste_revoltes_regimes_parchemin

Signer ou soutenir : http://www.allegrofortissimo.com/manifeste.htm
 

Richard Monvoisin

CorteX_Halimi_Chiens_Garde

Journalisme, critique de l'information – Les Nouveaux chiens de garde

CorteX_Halimi_Chiens_GardeLes nouveaux chiens de garde est un essai de Serge Halimi, actuel directeur du Monde Diplomatique, paru en 1997, actualisé en 2005 et ayant pour particularité d’avoir été un grand succès de librairie (environ 150 000 exemplaires) sans jouer du marketing télévisuel qu’il dénonce dans ses pages.

 


 

J’ai lu ce livre étant encore étudiant, et j’avoue que ma naïveté prit une certaine claque. En quatre chapitres, Halimi dénonce la collusion et la mondanité entre les pouvoirs médiatiques, économiques et politiques, donnant l’impression qu’entregent, népotisme et jeu de chaise musicale sont les maîtres mots de la classe (la caste) dirigeante. Il pointe aussi la soumission des pouvoirs médiatiques aux sociétés ou industries qui les possèdent*.

Je n’ai pas le recul pour en être certain, mais il me semble que c’est l’un des ouvrages centraux qui ont, avec l’entrée en lice du sociologue Bourdieu, mené à une critique intellectuelle radicale des médias dans les années 2000, donnant les films de Pierre Carles, les émissions de Gilles Balbastre, le livre de François Ruffin Les petits soldats du journalisme, ainsi que des journaux de contestation comme CQFD, PLPL devenu le Plan B, Fakir.

 

Anecdote, le titre fait un clin d’œil au livre de l’essayiste Paul Nizan Les chiens de garde (1932), dans lequel les philosophes les plus célèbres prenaient une sévère déculottée. Halimi commence son livre avec cette phrase de Nizan : « Nous n’accepterons pas éternellement que le respect accordé au masque des philosophes ne soit finalement profitable qu’au pouvoir des banquiers. » et la termine par cet appel à l’esprit critique qui ne manquera pas de nous réchauffer le cœur :

« Parlant des journalistes de son pays, un syndicaliste américain a observé: « Il y a vingt ans, ils déjeunaient avec nous dans des cafés. Aujourd’hui, ils dînent avec des industriels. » En ne rencontrant que des « décideurs », en se dévoyant dans une société de cour et d’argent, en se transformant en machine à propagande de la pensée de marché, le journalisme s’est enfermé dans une classe et dans une caste. Il a perdu des lecteurs et son crédit. Il a précipité l’appauvrissement du débat public. Cette situation est le propre d’un système: les codes de déontologie n’y changeront pas grand-chose. Mais, face à ce que Paul Nizan appelait « les concepts dociles que rangent les caissiers soigneux de la pensée bourgeoise », la lucidité est une forme de résistance. »

En clair, il s’agit d’un livre incontournable de la critique des médias en France. Les Nouveaux Chiens de garde, Liber-Raisons d’agir, novembre 2005, 160 p.


CorteX_Nouveaux_chiens_de_garde
 
 

Le 11 janvier 2012, une version documentaire des Nouveaux chiens de garde réalisée par Gilles Balbastre et Yannick Kergoat sort en salle.

 
 
 
 


 
Voici la bande-annonce.

[dailymotion id=xn7254]

Description :

Les médias se proclament « contre-pouvoir ». Pourtant, la grande majorité des journaux, des radios et des chaînes de télévision appartiennent à des groupes industriels ou financiers intimement liés au pouvoir. Au sein d’un périmètre idéologique minuscule se multiplient les informations pré-mâchées, les intervenants permanents, les notoriétés indues, les affrontements factices et les renvois d’ascenseur.

 

En 1932, Paul Nizan publiait Les Chiens de garde pour dénoncer les philosophes et les écrivains de son époque qui, sous couvert de neutralité intellectuelle, s’imposaient en gardiens de l’ordre établi. Aujourd’hui, les chiens de garde, ce sont ces journalistes, éditorialistes et experts médiatiques devenus évangélistes du marché et gardiens de l’ordre social. Sur le mode sardonique, Les Nouveaux chiens de garde dressent l’état des lieux d’une presse volontiers oublieuse des valeurs de pluralisme, d’indépendance et d’objectivité qu’elle prétend incarner. Avec force et précision, le film pointe la menace croissante d’une information pervertie en marchandise.

Pour l’instant, au CorteX  seule Guillemette Reviron l’a vu (analyse à venir).
Une analyse de ce documentaire a été proposée par l’équipe de Là-bas si j’y suis, sur France Inter, les 5 et 6 janvier 2012, avec Jean Gadrey, Michel Naudy, Gilles Balbastre et Serge Halimi.
Voici les extraits de ces émissions :
Émission du 5 janvier  :
Émission du 6 janvier :

 

Richard Monvoisin

 

*à ce sujet, nous vous renvoyons vers le cycle d’émissions Années 80 de Là-bas si j’y suis, rediffusées du 22 au 30 novembre 2011 sur France Inter (ici) et qui sera bientôt incorporé à l’article « Matériel d’économie critique » (à venir)

CorteX_S_et_Av_aout_2003

16,17,30 janvier, Montpellier – Stage Médias, pseudo-sciences et esprit critique

Ce stage de trois jours destiné aux doctorants aura lieu pour la deuxième année consécutive à Montpellier. L’objectif est d’analyser les mécanismes de vulgarisation ou de popularisation des sciences et d’évaluer leur responsabilité dans le fait que les affirmations pseudoscientifiques perdurent. Partant d’exemples simples (scénarisations, mises en scène, effets de couverture sur des revues comme Sciences & Avenir), l’enjeu est ensuite de complexifier : construction de mythes scientifiques, analyse de personnages médiatiques comme Hawking, Coppens, Reeves, Hulot ou incursion de la politique dans la science (détection de la délinquance, chiffres de la délinquance, positions « pseudoscientifiques » de N. Sarkozy sur la génétique, réactions sur l’enseignement du genre au lycée, créationnismes, lois mémorielles et la fabrique politique de l’Histoire, etc).

CorteX_S_et_Av_aout_2003

En abordant la question de la fraude et des dérives actuelles des systèmes de publication scientifiques, nous essayons de voir en quoi la manière dont la science s’écrit ou se montre alimente les représentations erronées et « fabrique » l’opinion.

Les futurs docteurs fournissent en fin de stage un exposé pédagogique, ou un document filmé, sur le sujet de leur choix, en ciblant leur effort sur la démarche critique utilisée.

Formation assurée par Guillemette Reviron

CorteX_images_chiffres

Le football comme base d'outillage critique en mathématiques en classe de seconde

Julien Pinel, enseignant de Physique-chimie au lycée Doisneau (Lyon) et contributeur du CorteX, nous a invité dans sa classe de seconde pour animer un atelier sur les chiffres dans les médias. Je saisis l’occasion pour rappeler que la formation à l’esprit critique fait partie du programme.
J’ai donc monté un atelier qui avait pour objectifs généraux :
– de démontrer qu’il suffit de sélectionner certaines données chiffrées pour « fabriquer » de l’extraordinaire ;
– d’apprendre à questionner les chiffres pour repérer ces petites (ou grandes) manipulations.

Nous racontons ici comment les statistiques de la ligue 1 de football et les performances du buteur B. Gomis, mais aussi la momie Ötzi, les guérisons miraculeuses de Lourdes ou le triangle des Bermudes nous ont permis de faire sentir aux élèves qu’il est parfois nécessaire de confronter les chiffres.
Cet atelier a été repris dans la foulée par un autre enseignant du lycée Doisneau, Ludovic Arnaud. Il raconte son expérience ici.


Nous avons mené cette séance le 12 Janvier 2012 avec deux demi-classes de seconde.

Compétences critiques visées

  • placer son curseur de vraisemblance
  • questionner les chiffres, les confronter
  • savoir repérer les données chiffrées manquantes

Objectifs de la séance

  • repérer les chiffres dans un document et les classer selon le critère valeur absolue / valeur relative
  • reconstruire une valeur relative à partir de données extraites d’un document
  • faire sentir aux élèves que la seule donnée d’une valeur absolue (et même d’une valeur relative) ne permettent pas forcément de construire un savoir

Description de la séance

  • Durée
    Deux fois la même séance d’1h30, une pour chaque demi-classe
  • Effectifs
    La classe de seconde était scindée en deux groupes de 15 et 16 élèves.
  • Encadrement
    Nous étions deux pour animer l’atelier (Julien Pinel, l’enseignant de physique-chimie de la classe, et moi-même) mais  une petite surprise nous attendait : un autre enseignant de physique-chimie et collègue de Julien, un peu curieux de ce qui allait se passer, s’est joint à nous et a laissé traîné ses oreilles. Un observateur discret et inattendu dont nous attendons avec impatience les retours.
  • Déroulement de la séance
    Le groupe de 16 élèves était scindé en 4 groupes de 4 élèves qui travaillaient chacun sur un sujet différent (voir ci-dessous).

Étape 1 – chaque petit groupe visionne son document (le n°1) puis discussion libre en petit groupe

Étape 2 – Chaque élève énonce en moins d’une ligne l’idée développée dans le document puis place son curseur de vraisemblance ;
Chaque groupe explique rapidement aux autres groupes le sujet de son document.

Étape 3 – Les élèves vont chercher les données chiffrées qui viennent étayer l’idée principale ;
Ils placent leur curseur de vraisemblance ;
Chaque groupe donne rapidement aux autres la liste des chiffres recueillis.

CorteX_Gomis

Étape 4 – Je lance une discussion collective autour de la question suivante : « Gomis (ou tout autre attaquant de leur club préféré) est-il un bon buteur ? » Pour cela, je demande aux férus de football d’essayer de convaincre les autres du fait que B. Gomis est, selon eux, un bon (ou un mauvais) buteur.

Très rapidement, pour justifier leur point de vue, les élèves évoquent :

  • Le nombre de buts marqués par Gomis (en l’occurrence, 7 buts en Ligue 1 au 12 janvier 20011) mais les « non-experts » ne semblent pas convaincus
  • Le nombre de buts marqués + nombre de matchs (7 buts sur 19 matchs, ce qui fait à peu près 1 but tous les 3 matchs ) mais même cette valeur relative ne parle pas beaucoup aux « non-experts » : il leur manque un point de comparaison
  • Ils en arrivent à dire qu’il leur faudrait pouvoir comparer aux résultats des autres buteurs de Ligue 1 (seuls deux buteurs de Ligue 1 ont marqué plus de buts que Bafetimbi Gomis. Il s’agit d’Olivier Giroud – 13 buts sur 19 matchs – et Kevin Gameiro : 9 buts sur 19 matchs)

Ceci nous a permis de mettre en évidence que, si nous ne sommes pas spécialistes d’un sujet, nous avons besoin de points de repères.
Or nous ne sommes en général spécialistes ni en miracles, ni en disparition d’avions, ni en fraude sociale, ni en taux de mortalité chez les scientifiques…

Étape 5 – Les élèves classent les chiffres recueillis selon les critères valeur absolue / valeur relative

Étape 6 – En groupe, ils essaient de reconstruire, si possible, une valeur relative, éventuellement à l’aide du document n°2 si le n°1 ne le permet pas. Ils placent leur curseur de vraisemblance

Étape 7 (de loin la plus difficile) – En groupe, ils essaient de répondre à la question : quel(s) autre(s) chiffres nous auraient été utiles comme point de comparaison  ?

Étape 8 – Julien leur demande, pour le prochain cours, de ramener une valeur absolue et une valeur relative issue du journal télévisé du soir.

Documents utilisés

Nous avions envie de faire travailler les groupes sur des sujets différents pour mettre en évidence le fait que le même processus est très souvent utilisé. Le paranormal est toujours très attractif et a donc motivé mon choix des trois premiers sujets. Julien avait exprimé l’envie de sortir de ce cadre pour montrer que cette manière de faire pouvait aussi être utilisée dans des domaines plus politiques, où la manipulation de l’opinion a des conséquences plus importantes. J’ai donc choisi un document sur la fraude aux prestations sociales.
Il fallait aussi que les documents soient courts, et qu’ils contiennent peu de chiffres pour ne pas noyer les élèves. Voici donc notre récolte :

Poste 1 : Lourdes

Poste 2 : Momie Ötzi

Document 1

{flv}CorteX_TSD_mom1{/flv}

Document 2

{mp4-flv}CorteX_TSD_mom2{/mp4-flv}

Remarque : les données chiffrées récoltées dans les deux documents ne permettent pas de calculer de valeurs relatives. En effet, on nous donne le nombre de victimes depuis 15 ans dans une certaine catégorie de personnes (scientifiques + cameramen + guides de hautes montagnes), le nombre de scientifiques qui sont en contact avec Ötzi aujourd’hui et le nombre de visiteurs du musée en 2007. Ces chiffres ne peuvent être comparés et nous sommes plutôt satisfaits de voir que plusieurs élèves qui ont travaillé sur ce sujet s’en sont rendus compte, même si une petite aide fut nécessaire pour le formaliser.

Poste 3 : Triangle des Bermudes

Document 1

Document 2

CorteX_Chiffres_bermudes_flux_trafic_maritime_2007

En 2007, on peut supposer qu’un porte-container a une capacité moyenne de 2 300 EVP (source : wikipedia, 10 Janvier 2012 – La flotte mondiale comprenait 3 500 porte-conteneurs au début 20061, pour une capacité totale de 8,1 millions d’EVP).

Avec le deuxième document, les élèves sont censés estimer le nombre de bateaux qui traversent la zone du triangle des Bermudes sur une année. Il a fallu les aider un peu à lire cette carte en leur posant quelques questions préliminaires : que représente cette carte ? Où est le triangle des Bermudes, Que représentent les disques ? Ensuite, ils ont pu seuls donner une première estimation du nombre de bateaux ayant traversé le triangle.

Poste 4 : La fraude aux prestations sociales

Document 1

Document 2

Document 1 (extrait de l’article)

Document 1 (extrait de l’article)

Remarque : nous avons supprimé le poste 4 pour la deuxième séance car le document était difficile d’accès et moins attrayant que les trois autres. L’article de journal est vraiment long et donner les extraits sans l’article n’a pas beaucoup de sens, puisque cela revient à faire le travail d’extraction des données chiffrées, travail que les élèves sont censés faire eux-mêmes. Pendant la pause, nous avons décidé de supprimer ce poste pour la deuxième séance, en espérant avoir le temps de le traiter collectivement à la fin ; cela nous aurait donné l’occasion de réinvestir les outils vus en petit groupe, mais nous avons été pris par le temps.
Cela reste un bon outil pour un public plus à l’aise avec l’écrit (je l’ai déjà testé sur un format conférence avec des éducateurs spécialisés).
En conséquence, les groupes de travail sont passés à 5 personnes, ce qui a nui à la qualité des échanges. Il faudra trouver un autre document pour les prochaines fois, par exemple un reportage vidéo issu d’un journal télévisé sur la fraude sociale.

Bilan

Dans l’ensemble, tous les groupes ont bien avancé et nous avons pu aborder tous les points. Ceci dit, l’étape 7 est un peu subtile et aurait mérité qu’on s’attarde un plus longtemps dessus mais le temps nous a un peu manqué. Julien nous dira ce que ses élèves en ont pensé et ce qu’ils ont retenu. En attendant, voici le tableau rempli par la deuxième demi-classe – désolée pour la mauvaise qualité de l’image, je l’ai réalisée avec les moyens du bord. Nous n’avions pas pensé à mettre en place cet outil lors de la première séance, c’est dommage, nous aurions pu comparer les deux productions.

CorteX_Atelier_chiffres_lycee_Doisneau_Tableau_recapitulatif_1
CorteX_Atelier_chiffres_lycee_Doisneau_Tableau_recapitulatif_2

Ce que nous modifierons la prochaine fois

 1. Dans le souci de ne pas trop guider la réflexion des élèves en anticipant sur certaines questions, je n’avais pas prévu de fiche « papier » pour cadrer la séance, mais plutôt un diaporama qui me permettait de faire défiler les questions au fur et à mesure.

Comme me l’a fait remarqué Julien, cette manière de faire a un gros défaut puisque les élèves ne produisent rien et perdent parfois le fil. Il suggérait donc d’utiliser quand même un support écrit. Après discussion, nous proposons de commencer de la même façon jusqu’à l’étape 4 comprise (c’est l’exemple du football) puis de leur distribuer une fiche qui ressemblerait à ça :

1) Quelle est l’idée principale développée dans votre document (une ligne maximum) ?
2) Indépendamment de votre avis sur la question, les arguments développés dans votre document vous paraissent-ils convaincants ? (5 lignes)
3) Quels sont les chiffres avancés pour argumenter en faveur de cette idée ?
4) Après avoir observé l’exemple de Gomis, remplissez la ligne du tableau qui correspond à votre sujet :

 Valeur(s)
absolue(s)
Valeur(s)
relative(s)
Quels chiffres auraient été utiles
comme point de comparaison ?
Exemple de Gomis7 buts7 buts sur 19 matchs
≈ 0,37 buts/matchs
Résultats des autres buteurs de la Ligue 1
Momie Ötzi
Lourdes
Triangle des Bermudes
Fraude au RSA

5) Après ce travail sur les chiffres, que répondriez-vous à quelqu’un qui vous affirmerait, après avoir vu ce document, que Ötzi est une momie maudite ? Ou que Lourdes est une ville miraculeuse ? Ou qu’il y a des disparitions étranges dans le triangle des Bermudes ? (5 lignes maximum)
6) Que retenez-vous de cette séance ? (5 lignes maximum)

Remarque de Julien : il faut garder du temps pour la dernière étape, celle de la conclusion, afin que les élèves s’interrogent eux-mêmes sur ce qu’ils peuvent conclure (ou non) des données présentées dans leur document.
Nous n’avons pas eu le temps non plus de faire en sorte que chaque groupe présente son travail aux autres.

 2. Visiblement, les deux demi-classes ont eu le temps de discuter pendant la pause, ce qui est peut-être à l’origine de réactions très différentes du deuxième groupe par rapport au premier (tous les curseurs de vraisemblance étaient à zéro). Il aurait fallu faire en sorte que les groupes ne se croisent pas ou animer les deux séances simultanément.

 3. A chaque étape, je souhaitais « mesurer » si les débats avait un impact sur l’avis que se faisaient les élèves sur la thèse présentée dans leur document. Je leur ai donc demandé très régulièrement de positionner leur curseur de vraisemblance. A posteriori ce choix ne nous paraît pas très judicieux : nous nous sommes demandés s’il n’y avait pas un phénomène de conformisme qui empêchait certains élèves de placer ce curseur en fonction de leur ressenti personnel. En effet, même si la consigne précisait qu’il n’y avait pas de bonnes ou de mauvaises réponses, comme les groupes étaient petits, chacun pouvait voir où les autres mettaient leur curseur et pouvait se sentir « bête » d’adhérer à telle ou telle idée. Nous n’avons pas les moyens de mesurer cet effet, mais peut-être pourrait-on essayer de mesurer autre chose que leur propre adhésion en leur demandant si l’argumentaire leur paraît pertinent plutôt que de leur demander s’ils y croient. Une autre piste suggérée par Richard Monvoisin est de contrebalancer la crainte d’être ridicule par une crainte plus grande de perdre. Pour cela, on pourrait leur demander : « seriez-vous prêt à miser 100 euros sur le fait que c’est vrai ? Que c’est faux ? »
Si vous testez ce procédé ou si vous avez essayé autre chose, racontez-nous !

4. Notre présence est un élément perturbateur des discussions dans les groupes. Difficile donc d’évaluer cette séance. C’est d’autant plus frustrant que le collègue de Julien, qui a réussi à se fondre dans le paysage, nous a raconté que leurs échanges étaient passionnants. La prochaine fois, on pourrait tenter d’enregistrer leurs échanges à l’aide de dictaphones laissés sur chaque poste, avec l’accord des élèves, bien entendu.

Logistique

Cet atelier repose sur les moyens informatiques, très souvent à l’origine de déconvenues de dernière minute. Quelques précautions sont toujours bonnes à prendre :
– prévoir d’installer les postes quelques jours avant
– s’assurer que tous les ordinateurs sont équipés de logiciels permettant de lire les documents
– s’assurer que tous les ordinateurs ont du son ou s’équiper de casques si besoin
– vérifier que tous les documents sont lisibles en intégralité,
– avoir de toutes façons tous les documents très rapidement accessibles sur son propre ordinateur, des baffles, un vidéoprojecteur, une rallonge et une multiprise pour pouvoir, en cas de pépin, animer la séance en collectif.

Merci à tous les élèves de 2de 5 du lycée Doisneau qui ont travaillé avec enthousiasme.
Merci également à Julien Pinel et à notre invité surprise qui m’ont donné de nombreuses pistes pour améliorer cet atelier.

Guillemette Reviron