Séquence pédagogique : mobiliser la raison sur des questions d'éthique – l'extension au numérique du délit d'entrave à l'IVG

Il y a quelques années, le CorteX animait sur les campus montpelliérains et grenoblois des « Midis critiques », occasions de débattre sur des sujets à forte dimension morale (voir par exemple ici). Nous continuons aujourd’hui à mobiliser la pensée critique pour décortiquer des problèmes moraux, au sein notamment de notre stage pour doctorant·e·s « De l’éthique à l’université » ou dans le cadre de l’Unité d’enseignement de sciences humaines à l’Institut de formation en kinésithérapie de Grenoble. Nous explicitons ici notre démarche par le biais d’une thématique ayant fait l’actualité du début de l’année 2017 en France : l’extension du délit d’entrave à l’intervention volontaire de grossesse (IVG).

Partie I – Ressources méthodologiques

CorteX_dufour-argumenterNous présentons en introduction de notre séquence pédagogique ce qui nous semble être le B.A.-BA de l’analyse argumentaire en nous inspirant (avec des adaptations) de l’excellent ouvrage de Michel Dufour, Argumenter – Cours de logique informelle de 2008 chez Armand-Colin. Il est malheureusement très difficile de rendre parfaitement justice à cet ouvrage car le propos, très clair et complet, peut difficilement souffrir de coupes sans être détérioré. Cependant, comme il n’est pas possible pédagogiquement de restituer tout cela sans faire un cours d’au moins trois heures, nous avons tenté d’en extraire la substance moelle pour l’utiliser avec des étudiant·es. Nous ne pouvons que vous recommander d’aller lire cet ouvrage pour approfondir. N’hésitez pas à nous faire partager une séquence pédagogique conduite différemment sur ce même thème.

1) Anatomie d’un argument

Quiconque souhaite défendre une idée, une thèse, une affirmation, doit recourir à l’argumentation. Mais qu’est-ce donc qu’un argument ? Nous commencerons par un peu d’anatomie argumentaire.

Un argument se compose de deux éléments :

  • une ou plusieurs prémisses : ce sont des affirmations dont il est possible de dire en principe si elles sont vraies ou fausses. « En ce moment, il pleut. » « L’espérance de vie à la naissance de la truite est de cinq ans. » « La cohésion d’un groupe est maximale lorsque ce groupe comprend cinq personnes. »
  • une conclusion : c’est l’affirmation que l’on a cherchée à justifier par les prémisses. Elle est le plus souvent introduite par des connecteurs logiques comme « donc », « par conséquent », « ainsi », « dès lors » ou « c’est pourquoi ». Dans le langage courant, il est d’usage, par raccourci, d’appeler « argument » la conclusion ou la prémisse d’un argument (mais pas le bloc « prémisse + argument » dans son entier).

Voici un exemple d’argument, sans doute un des plus célèbres :

Exemple A

Socrate est un homme. (Prémisse 1)

Tous les hommes sont mortels. (Prémisse 2)

Donc Socrate est mortel. (Conclusion)

Voici maintenant un argument constitué d’une seule prémisse :

Exemple B

Le CorteX existe depuis 2010. (Prémisse)

C’est pourquoi il doit continuer à exister. (Conclusion)

Souvent, de multiples prémisses précèdent une conclusion :

Exemple C

Les plagiocéphalies touchent un bébé humain sur dix à la naissance. (Prémisse 1)

Cette pathologie entraîne systématiquement de lourds handicaps moteurs et intellectuels à l’âge adulte. (Prémisse 2)

Les sutures du crâne du bébé humain ne sont pas encore complètement fermées à la naissance. (Prémisse 3)

L’ostéopathie crânienne permet d’agir manuellement sur ces sutures. (Prémisse 4)

L’ostéopathie crânienne appliquée dès les premiers jours de vie permet d’éviter toute séquelle liée à la plagiocéphalie. (Prémisse 5)

Ainsi, il faut permettre de pratiquer l’ostéopathie crânienne dans toutes les maternités. (Conclusion)

Le plus souvent, les prémisses ne seront pas aussi bien découpées et il faudra les démêler. C’est ce que nous avons dû faire dans la deuxième partie de cet article (voir la Partie II – Application des principes méthodologiques de l’analyse argumentaire ci-après).

2) Analyse d’un texte argumentaire

Identification des arguments

Il n’existe pas à notre connaissance de méthode algorithmique infaillible pour mettre  à jour identifier des arguments mais seulement quelques principes. Dufour nous livre certains de ces principes dans son ouvrage. En résumé, il s’agit :

  • d’identifier les conclusions défendues par les auteur·es et leurs prémisses en repérant les connecteurs logiques ;
  • de chercher à les retranscrire fidèlement. En effet, afin d’éviter un épouvantail, il est bon d’être le plus fidèle possible dans la restitutions des arguments. Dans l’idée, il faut s’évertuer à présenter l’argument mieux que son auteur·e ne l’aurait fait lui-même ou elle-même.

Évaluation détaillée des arguments (ou décorticage)

Pour chacun des arguments identifiés, on veillera à :

  • évaluer la valeur de vérité de ses prémisses. Il s’agit de vérifier que chacune d’elles repose sur des données factuelles ou est logiquement cohérente (qu’elle ne contient pas une contradiction), indépendamment de la conclusion de l’argument ;
  • évaluer la justification que chaque prémisse apporte à la conclusion de l’argument.

Dans l’exemple B :

Le CorteX existe depuis 2010. (Prémisse)

Valeur de vérité. Cette prémisse est vraie, si l’on en croit la page de présentation de notre collectif. Selon notre degré d’exigence et les enjeux de l’argumentaire, on pourrait aller plus loin dans la vérification de cette prémisse en allant lire les registres d’enregistrement des associations loi 1901.

C’est pourquoi il doit continuer à exister. (Conclusion)

Justification. Cette prémisse justifie-t-elle la conclusion « C’est pourquoi il [le CORTECS] doit continuer à exister. » ? Il est facile de trouver des situations où il est légitime d’interrompre une habitude qui perdure depuis sept ans. Par exemple, si une personne séquestre son enfant tous les soirs trois heures dans un placard depuis sept ans, il est légitime de dire qu’il serait plus raisonnable d’interrompre cette pratique pour le bien-être de l’enfant. Le fait qu’un processus existe depuis X années n’est jamais suffisant pour justifier la perpétuation de ce processus. Ainsi, bien que la prémisse de départ soit vraie, elle ne justifie en aucun cas la conclusion. C’est une variante du sophisme que l’on appelle argument d’historicité.

Dans l’exemple C :

Les plagiocéphalies touchent un bébé humain sur dix à la naissance. (Prémisse 1)

Cette pathologie entraîne systématiquement de lourds handicaps moteurs et intellectuels à l’âge adulte. (Prémisse 2)

L’ostéopathie crânienne permet d’agir manuellement sur ces sutures. (Prémisse 4)

L’ostéopathie crânienne appliquée dès le premier jour de vie permet d’éviter toute séquelle liée à la plagiocéphalie. (Prémisse 5)

Valeur de vérité. Ces quatre prémisses sont fausses1.

Les sutures du crâne du bébé humain ne sont pas encore complètement fermées à la naissance. (Prémisse 3)

Valeur de vérité. Cette prémisse est vraie2.

Justification. Cette prémisse justifie-t-elle la conclusion « Ainsi, il faut permettre de pratiquer l’ostéopathie crânienne dans toutes les maternités. » ? Non. Seule une prémisse est vraie (la prémisse 3) et elle ne justifie en rien la conclusion.

Évaluation générale d’un argument

L’argument ne sera d’office pas recevable si :

  • toutes ses prémisses sont fausses, ou ;
  • si aucune des prémisses ne justifie la conclusion.

Par exemple, l’argument B n’est pas recevable, parce que son unique prémisse n’apporte pas de justification à la conclusion. L’argument C non plus, puisque sa seule prémisse vraie ne justifie pas non plus la conclusion.

À l’inverse, l’argument sera d’office recevable si

  • au moins une de ses prémisses est vraie, et ;
  • cette même prémisse justifie la conclusion.

Dans les autres cas, il sera plus difficile (mais pas impossible) de trancher comme nous allons le voir par la suite.

Partie II – Application des principes méthodologiques de l’analyse argumentaire

Une fois les quelques conseils méthodologiques généraux présentés, nous utilisons un sujet spécifique pour les mettre en application : l’extension du délit d’entrave à l’IVG.

Choix du sujet et contexte

Logo du groupe « Les survivants » dont le site web lessurvivants.com est classé par de nombreux médias comme réputé hostile à l’IVG.

Dans les années 1990 en France, fut votée une loi interdisant d’empêcher physiquement les femmes d’accéder aux centres d’avortement. En octobre 2016, des député·es proposèrent d’étendre l’application de cette loi aux cas d’entrave « numérique ». Il existe depuis quelques années des sites Internet d’apparence purement informatifs mais dont les contenus révèlent assez vite un parti pris anti-IVG. La finalité de la nouvelle proposition de loi (PPL) était de lutter contre ces sites Internet en les interdisant – d’où la dénomination d’« entrave numérique ». La PPL fit débat au sein de l’Assemblée nationale ainsi que dans la société civile. Elle fut finalement adoptée sous une version modifiée en février 2017.

Voici la PPL initiale :

L’article L. 2223-2 du code de la santé publique 3 est complété par un alinéa ainsi rédigé :
«– soit en diffusant ou en transmettant par tout moyen, notamment par des moyens de communication au public par voie électronique ou de communication au public en ligne, des allégations, indications ou présentations faussées et de nature à induire intentionnellement en erreur, dans un but dissuasif, sur la nature, les caractéristiques ou les conséquences médicales d’une interruption volontaire de grossesse ou à exercer des pressions psychologiques sur les femmes s’informant sur une interruption volontaire de grossesse ou sur l’entourage de ces dernières. »

Voici la PPL adoptée :

« soit en exerçant des pressions morales et psychologiques, des menaces ou tout acte d’intimidation à l’encontre des personnes cherchant à s’informer sur une interruption volontaire de grossesse, des personnels médicaux et non médicaux travaillant dans les établissements mentionnés au même article L. 2212-2, des femmes venues recourir à une interruption volontaire de grossesse ou de l’entourage de ces dernières. »

Après avoir présenté ces données de contexte, nous rappelons qu’avant de chercher à se positionner, il convient d’identifier clairement quelles sont les différentes questions débattues. On peut par exemple envisager :

  • la question de l’adoption du texte de loi tel que mentionné ci-dessus ;
  • la question de l’adoption d’un texte de loi modifié ;
  • la question de l’interdiction des sites qualifiés d’anti-IVG ;
  • la question de la mise en œuvre de moyens publiques pour diminuer l’audience des sites qualifiés d’anti-IVG ;
  • la question de l’avortement comme droit ;
  • Etc.

Cet étape est indispensable afin d’éviter l’écueil du chevauchement des questions dans le débat. Le tout est de se mettre d’accord dès le début avec le groupe sur la question à débattre et d’insister sur le fait qu’il faudra éviter de sortir de ce cadre sous peine d’un risque d’appauvrissement de la discussion. C’est le rôle de l’enseignant·e de veiller sur ce point tout au long de la séquence pédagogique.

Objectifs et précautions

Cette séquence comprend trois objectifs principaux :

  • illustrer la difficulté de se positionner de manière rapide et tranchée sur ce type de sujet ;
  • repérer et analyser des arguments en apparence rigoureux mais en réalité fallacieux, les sophismes ;
  • permettre de formaliser une démarche rationnelle de réflexion sur un sujet aux forts enjeux moraux.

Comme la thématique peut être houleuse, nous précisons toujours avant d’entrer dans le vif du sujet :

  • que nous allons présenter des documents où figurent des personnes dont l’appartenance à des mouvements politiques ou religieux peut troubler. Il faudra faire attention à bien évaluer les propos des personnes, et non leurs actes antérieurs ou leur rattachement idéologique, pour ne pas tomber dans le déshonneur par association ;
  • qu’être contre la proposition de loi n’entraîne pas forcément le fait d’être contre le droit à l’IVG – deux positions qui peuvent pourtant facilement être associées.

Positionnement préalable

À ce stade, nous demandons à chaque étudiant·e d’écrire de manière anonyme sur une feuille de papier s’il est « pour » ou « contre » cette PPL (l’abstention n’est pas une alternative possible ; nous « forçons » les étudiant·es à jouer le jeu). Nous répéterons cette étape à la fin de la séquence pour voir si l’avis de certain·es a changé.

Lorsque nous avons réalisé ces enseignements, 96% des étudiant·es des 4 sessions que nous avons effectuées étaient « pour » la PPL à cette étape (N=72). 4% étaient « contre ».

Analyse des argumentaires des deux camps

Présentation

Afin de se faire une idée des différent·es actrices et acteurs présent·es dans le débat, et surtout de leur argumentaire pour ou contre la PPL, nous proposons de visionner ou lire six documents. Nous divisons le groupe d’étudiant·es en deux : une moitié du groupe travaillera sur les trois documents « contre », l’autre moitié sur les trois documents « pour ». Nous leur demandons d’extraire les principaux arguments en une trentaine de minutes. En fonction du temps dont nous disposons, et surtout du niveau d’expertise du groupe sur l’outillage de la pensée critique, nous leur proposons également d’extraire les principaux sophismes mobilisés.

  • Extrait d’un débat sur BFM TV de novembre 2016 où Laurence Rossignol, membre du Parti socialiste et ministre des familles, de l’enfance et des droits des femmes se positionne pour la PPL :

  • Intervention de Marion Maréchal-Le Pen, membre du Front national, députée, contre la PPL, à l’Assemblée nationale en novembre 2016 :

  • L’exposé des motifs publié en octobre 2016 de la PPL co-signé par plusieurs dizaines de député·es, lire les pages 4 à 6.

Sélection de sophismes

Ces documents sont tous de bon supports pour s’entraîner à détecter des sophismes, ces structures argumentaires qui semblent valables en apparence bien qu’en réalité défaillantes. Nous les appelons aussi des « moisissures argumentatives » en vertu de leur propension à altérer la plupart des débats, à étouffer des arguments pertinents et à décrédibiliser des discours judicieux sur certains points. Cette étape est souvent un temps très apprécié des étudiant·es et permet de mettre en évidence la fréquence des sophismes. Elle n’est cependant pas auto-suffisante car, s’il est assez aisé de relever des sophismes du côté des « pour » comme des « contre », il faut ensuite savoir identifier et analyser les arguments qui tiennent a priori vraiment la route.

Nous relevons ci-dessous quelques sophismes redondants sur le sujet en question ; la liste est loin d’être exhaustive.

Technique de la fausse piste :

  • « Comme vous le savez peut-être, depuis plusieurs mois, un groupe anti-IVG nommé les Survivants multiplie les actions sur les réseaux sociaux, mais aussi dans la réalité. Certaines actions vont même à l’encontre de la loi, comme la reprise sans autorisation du jeu Pokémon Go et de ses personnages, ou, plus récemment, un affichage lumineux sur l’Arc de Triomphe pour faire leur propagande. Il y a quelques semaines, ils ont même lancé une campagne diffamatoire à propos du Planning Familial. » (Cécile Pellerin) [La PPL ne cible pas ce type d’actions]

Technique de l’épouvantail :

  • « Leur positionnement [aux porteur/ses des sites anti-IVG] incite à la réflexion, et c’est justement ce qui leur est reproché. Il faudrait qu’ils adoptent d’emblée un positionnement favorable à l’avortement. Or, un sujet si grave ne peut être enfermé dans des postures militantes. » (Monseigneur Pontier)
  • « Faudrait-il nécessairement exclure toute alternative à l’avortement pour être considéré comme un citoyen honnête ? » (Monseigneur Pontier)
  • « L’amendement proposé en septembre par Madame Rossignol a déjà été rejeté par le Sénat, les femmes serait-elles des citoyens de seconde zone, ne méritant pas un accès à l’information sûr et neutre ? Nous aurons la réponse le 1er décembre. » (Cécile Pellerin)
  • « Et puis, il y a, en sous texte, toujours ce même jugement : les femmes qui ont recours à l’IVG sont des meurtrières, égoïstes, leurs actes ne sont motivés que par leur confort. (Cécile Pellerin)
  • « Vous avez l’air d’entretenir les femmes dans une forme de sujétion mentale, vous les prenez pour des femmes complètement stupides. Faut les prendre par la main, faut les protéger d’informations qui ne seraient pas compréhensibles, faut les orienter correctement dans la bonne voie parce qu’elles seraient vulnérables, fragiles, qu’elles n’auraient pas le discernement nécessaire, donc que l’État nounou, protecteur soit là pour leur garantir de faire le bon choix » (Marion Maréchal-Le Pen)
  • « Comment prétendre protéger la liberté de la femme lorsqu’on va lui interdire de poser un choix libre, de discerner, de prendre le temps de la réflexion face à un acte irréversible qui, loin d’interrompre une grossesse vient y mettre fin de manière irrévocable ? » (Cécile Edel)
  • « Comment nier la voix de celles qui viennent témoigner tous les jours sur
    ces sites des conséquences physiques et psychologiques douloureuses qu’elles endurent suite à leur IVG et continuer de soutenir que tout ceci n’est que pur mensonge ? » (Cécile Edel)

Appel au peuple :

  • « Ces sites ont du succès, preuve qu’ils répondent à une attente. » (Monseigneur Pontier)

Attaque à la personne :

  • « Ces extrémistes, pour la plupart du temps religieux, veulent nous en priver. » (Cécile Pellerin)
  • « Vous êtes totalement aveuglé par l’idéologie. » (Marion Maréchal-Le Pen)

Usage de mots à effet impact4:

  • «Texte complètement délirant. » (Marion Maréchal-Le Pen)
  • « Il est scandaleux de vouloir instaurer chez les jeunes (…) » (Cécile Pellerin)

Questions rhétoriques5

  • « Le moindre encouragement à garder son enfant peut-il être qualifié sans outrance de « pression psychologique et morale » ? » (Monseigneur Pontier)

Les procès d’intention6

  • « Que font réellement ces sites visés par le Gouvernement sinon pallier au silence du gouvernement qui, au travers de son site dédié spécifiquement à l’IVG, omet volontairement d’exposer les conséquences physiques et psychologiques de l’IVG. » (Cécile Edel)
  • « Il existe une prolifération importante de sites se prétendants neutres mais en fait anti-IVG, cherchant à tromper les internautes (opinions non clairement affichées, utilisation des codes officiels). » (Assemblée nationale)
  • « Il est scandaleux de vouloir instaurer chez les jeunes, la peur d’un organisme créé pour les aider (…) » (Cécile Pellerin)

Plurium affirmatum

  • « J’ose donc espérer  que, sensible aux  libertés  en cause,  vous  ne laisserez pas  une  telle mesure  arriver à  son terme. » (Monseigneur Pontier) [Sous-entendu l’affirmation suivante : si vous êtes sensible aux libertés en cause, vous ne laisserez pas une telle mesure arriver à son terme. Affirmation qui elle-même présuppose, tel un assortiment de poupées russes, l’affirmation : la présente mesure [la PPL] porte atteinte à certaines libertés.]

Synthèse des arguments

À ce stade, nous demandons aux étudiant·es de chaque groupe de venir écrire sur un tableau (ou un autre support) les principales prémisses contenues dans les documents permettant de soutenir la conclusion « La PPL est justifiée (Il faut voter pour.). » ou « La PPL n’est pas justifiée (Il faut voter contre.). »

La PPL est justifiée (Il faut voter pour.).

La PPL n’est pas justifiée (Il faut voter contre.).

La PPL ne relève pas de la liberté d’expression et d’opinion.

Cette PPL met en cause les fondements de nos libertés, particulièrement la liberté d’expression.

Ces sites détournent les internautes d’une information fiable et objective.

Ces sites fournissent une information exhaustive sur les conséquences d’une IVG et les alternatives à l’avortement, qui ne sont présentées sur aucun document officiel émanant du gouvernement ou des planning familiaux.

Ces sites sont populaires.

Ces sites répondent à une attente.

Ces sites limitent l’accès de toutes les femmes au droit fondamental à l’avortement.

La PPL viendra aliéner la liberté de la femme de choisir la vie.

 

La détresse ressentie par les femmes ne pourra plus s’exprimer.

Ces sites cherchent à tromper délibérément.

 

Il est bien sûr possible d’être plus précis dans la synthèse des arguments mais cela nécessite un temps dont nous ne disposons pas forcément en cours avec un grand groupe. À titre d’exemple, voici une synthèse plus fournie des arguments présentés dans un texte du corpus.

On remarquera que la plupart des arguments avancés ne concernent pas la PPL en tant que telle mais le fait d’interdire certains sites Internet. Or, ce n’est pas l’objet de la discussion, qui est bien de trancher « pour » ou « contre » la PPL. C’est un point important sur lequel nous attirons l’attention des étudiant·es.

Analyse des arguments

Une fois la synthèse des arguments réalisés, nous invitons  les étudiant·es à se positionner concernant la valeur de vérité et la justification de chacune des prémisses en leur proposant un nouveau temps de travail en groupes restreints. Un accès à un ordinateur avec une connexion Internet est fortement recommandé pour cette étape.

Certaines des prémisses réunies dans la synthèse seront rejetées sans trop de discussion : 

  • la détresse ressentie par les femmes ne pourra plus s’exprimer. =>  Prémisse fausse. Divers lieux existent pour s’exprimer au sujet de l’IVG et de l’éventuelle « détresse » associée. C’est le cas par exemple des plannings familiaux.
  • Ces sites limitent l’accès de toutes les femmes au droit fondamental à l’avortement. => Il y a deux façons de comprendre cette prémisse, une version forte et une version faible. Pour la version forte, ces sites constituent une entrave physique aux femmes souhaitant exercer leur droit de recours à l’avortement. Dans ce cas, la prémisse est évidemment fausse. Concernant la version faible, l’existence de ces sites a pour effet de réduire le taux de recours à l’IVG dans la population. Pour évaluer la valeur de vérité de cette prémisse, il faudrait au minimum avoir des données montrant que la population qui consultent ces sites présente un taux de recours à l’IVG inférieur à celle qui ne les consultent pas. À défaut, le principe de la charge de la preuve et l’utilisation du rasoir de Hitchens7 imposent et permettent, à défaut de juger cette prémisse fausse, de l’écarter de l’argumentation.

D’autres analyses de prémisses nécessiterons un temps plus long d’échange. Assez rapidement, le groupe peut se rendre compte que l’essentiel du débat tourne autour de la question de la liberté d’expression : la PPL est-elle une entrave à la liberté d’expression ? Nous laissons le débat se faire entre les étudiant·es, en veillant à ce que la parole tourne et à ce que chaque personne s’interroge sur la valeur de vérité des affirmations qu’elle émet.

Conclusion

En guise de conclusion, nous demandons à nouveaux aux étudiant·es de se positionner « pour » ou « contre » la PPL, avec toujours pour consigne de ne pas s’abstenir. À ce stade, 65 % étaient « pour », 15 % étaient « contre » et 20 % ont choisi l’abstention malgré la consigne, en répondant ne pas savoir.

Nous ne présentons pas dans le cadre de cette séquence notre argumentation et notre position au sujet de la PPL car ce n’est pas l’objet de l’intervention. Nous insistons plutôt sur l’importance de prendre du recul sur nos positionnements hâtifs face à des sujets délicats et d’exiger ou de fournir les preuves nécessaires pour soutenir les arguments produits. Nous rappelons une nouvelle fois le caractère essentiel du fait de bien délimiter la question dont on souhaite débattre, dans le cas présent la question de la pertinence de la PPL.

Vidéo – Conférence "La sophrologie Caycédienne"

La sophrologie est un incontournable des techniques de bien-être et de développement personnel. Présentée (et vendue) comme une simple méthode, nous nous sommes interrogé·es sur les piliers sur lesquelles elle repose, et sur les preuves de son efficacité réelle. À notre grande surprise, elle a rarement fait l’objet d’une analyse circonstanciée, aussi ébauchons-nous un chantier sceptique qui permettra de faire gagner du temps aux éventuel·les chercheuses et chercheurs, mais surtout apportera une touche contradictoire argumentée à ce que le marché cognitif du web et des ouvrages de librairies vend et survend.

A l’heure actuelle, il existe de multiples courants de sophrologie (la sophro-analyse, la sophrologie existentielle, la sophrologie dynamique ou la sophro-substitution sensorielle, etc.). Nous nous intéressons particulièrement à la sophrologie Caycédienne car elle reste la base de tous les autres types de sophrologie existants, chaque courant reprenant plus ou moins ses fondements théoriques.

 

Voici la vidéo de la conférence effectuée par Gwladys Demazure et Albin Guillaud, organisée par l’Observatoire Zététique en Février 2017 à Chambéry. 

 

Ce travail a été réalisé par Gwladys Demazure, Albin Guillaud et Richard Monvoisin.

CorteX_couteau_suisse_critique

Cours Physique et société à Paris-Diderot (Guillaume Blanc)

Guillaume Blanc est maître de conférences en physique à l’université Paris-Diderot et chercheur au laboratoire Astroparticules et cosmologie. Il a monté un cours optionnel pour des étudiants de physique en L3 appelé « Physique et société » dans lequel il traite de quelques « débats de société » qui font appel à la physique, la démarche scientifique et l’esprit critique : radioactivité/nucléaire, réchauffement climatique, ondes électromagnétiques. Il présente ainsi les bases de la méthodologie scientifique, ce qu’est la science, comment elle se construit, mais il parle aussi de zététique, de tri de l’information, visite le principe de précaution et quelques croyances… Bref, un cours qui pourra donner des idées à toujours plus de collègues enseignant à l’université. Merci donc à Guillaume qui partage son expérience avec nous, et n’hésitez pas à lui écrire (blanc(at)lal.in2p3.fr) pour en savoir davantage.

Données techniques

Le cours est optionnel et proposé aux étudiants de licence de physique en 3ème année à l’université Paris-Diderot depuis 2013. Ce cours concerne environ 20-25 étudiant-es (maximum accepté) chaque année.

Il consiste en 13 séances de 1h30.

Pourquoi ce cours ?

L’idée de ce cours provient d’un constat : les médias (internet, radio, télé, presse papier/internet) nous abreuvent d’informations souvent erronées sur certaines sciences physiques ou technologies associées (nucléaire, réchauffement climatiques, ondes électromagnétiques, nanotechnologies, etc.), tout en propageant certaines croyances (astrologie, liens allégués avec la Lune, etc.) probablement à cause d’un manque de connaissances. Il s’est agi de donner aux étudiants quelques concepts-clés sur ces sujets pour mieux comprendre les débats sociétaux. Très vite je me suis cependant rendu compte qu’il manquait quelque chose dans les études universitaires, en particulier en physique : une grille critique pour mettre à profit la somme de connaissances emmagasinées par les étudiant-es pour mieux comprendre la société dans laquelle nous vivons. J’ai donc beaucoup étoffé la partie que j’appelle « méthode scientifique » (voir ci-dessous).

Objectifs du cours

  • Acquérir les connaissances scientifiques de base en lien avec le sujet (radioactivité, réchauffement climatique, ondes électromagnétiques et santé) pour décrypter ces quelques débats de société
  • Aiguiser son esprit critique (outils de la zététique)
  • Apprendre à se servir d’Internet comme source documentaire
  • Comprendre la méthode scientifique et comment est produite la connaissance scientifique

Plan du cours

La méthode scientifique (3 séances de 1h30)

Voir la liste
  1. Comment se fait la science ?
  2. Science et Technologie
  3. Les domaines scientifiques
  4. La méthode scientifique
  5. Qui sont les scientifiques ?
  6. Le processus de publication d’un résultat scientifique
  7. Consensus et controverses
  8. L’erreur fait partie de la méthode
  9. Notions de zététique
  10. La zététique
  11. Comprendre le monde qui nous entoure
  12. Sciences et pseudo-sciences
  13. Croyances
  14. Règles d’or de la zététique
  15. Effets de la zététique
  16. Internet
  17. Diffusion du savoir
  18. Le biais de confirmation
  19. Le marché de l’information
  20. Concurrence sur le marché de l’information
  21. Recherche d’information sur Internet
  22. Motivation des croyants
  23. Paradoxe ? Un marché cognitif mêlant, notamment sur Internet, science de qualité et pseudo-allégations sans fondements.
  24. Comment s’en sortir ?
  25. Quelques croyances
  26. Les effets de la Lune
  27. Les moteurs surnuméraires
  28. L’astrologie
  29. La sourcellerie
  30. Étude en « double aveugle »
  31. Expérimenter la validité d’une pseudo-science/croyance
  32. Le principe de précaution
  33. Danger et risque
  34. Mathématisation du principe de précaution
  35. Biais cognitifs
  36. La responsabilité des médias professionnels

Radioactivité – nucléaire (3 séances de 1h30)

Voir la liste
  1. Un peu de physique nucléaire
  2. Le noyau atomique
  3. Quelques ordres de grandeur
  4. Énergie de liaison
  5. Les interactions en jeu
  6. Loi de décroissance radioactive
  7. Période radioactive
  8. Les différentes radioactivités
  9. Rapport d’embranchement
  10. Filiations radioactives
  11. Exemple de filiation
  12. Radioactivité naturelle
  13. Interaction des rayonnements avec la matière
  14. Introduction
  15. Le rayonnement électromagnétique
  16. Atténuation des photons
  17. Rayonnement particulaire
  18. Parcours moyens dans la matière
  19. Ralentissement des électrons
  20. Effet Cerenkov
  21. Ralentissement des neutrons
  22. Effet des rayonnements sur la matière
  23. Effet des rayonnements sur la matière vivante
  24. Notion de dose
  25. Facteur de dose : du becquerel au sievert
  26. Effet de la dose
  27. Quelques ordres de grandeur
  28. Application des rayonnements
  29. Analyse par activation
  30. Analyse par traceurs
  31. Médecine nucléaire – Thérapie
  32. Médecine nucléaire – Diagnostic in vivo
  33. Datation
  34. Traceurs en sciences de l’environnement
  35. Applications industrielles
  36. Production d’énergie nucléaire
  37. Énergie chimique versus énergie nucléaire
  38. Réaction de fission
  39. Fissile ou fertile ?
  40. Réaction en chaîne
  41. Principaux types de réacteurs
  42. Réacteurs à eau pressurisée (REP)
  43. REP : structure
  44. REP : caractéristiques
  45. REP : pilotage
  46. Combustible usagé
  47. Masse critique

Le réchauffement climatique (3 séances de 1h30)

Voir la liste
  1. La physique du climat
  2. Météo ou climat ?
  3. Modélisation de l’atmosphère terrestre
  4. Modèle climatique : comment et pourquoi ?
  5. Les lois du rayonnement
  6. Un modèle radiatif sans atmosphère
  7. Un modèle avec une couche d’atmosphère
  8. Stabilité de l’équilibre
  9. Réchauffement climatique
  10. Forçages radiatifs
  11. Rétroactions
  12. Les gaz à effet de serre
  13. Spectre atmosphère
  14. Les gaz à effet de serre
  15. Absorption du rayonnement par les molécules
  16. Les observations
  17. L’anomalie de température
  18. Réchauffement « naturel » ?
  19. Le niveau des océans
  20. Cycle du carbone et gaz à effet de serre
  21. Évolution de la proportion de gaz à effet de serre : Holocène
  22. Les émissions anthropiques de CO2
  23. Et en France métropolitaine ?
  24. En France : plus chaud
  25. En France : la mer monte aussi…
  26. En France : moins de neige à basse altitude
  27. En France : dommages collatéraux
  28. Scénarios pour le futur
  29. Prédictions
  30. Scénarios, forçage radiatif et température
  31. Projection de la température annuelle
  32. Scénarios d’émissions de CO2
  33. Niveau des océans
  34. Acidification des océans
  35. Réductions des banquises
  36. Réchauffement climatique et société
  37. Impacts sur la société
  38. Le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat)
  39. Les Conférences des Parties (COP)
  40. Des solutions ?

Les ondes électromagnétiques et la santé (1 séance de 1h30)

Voir la liste
  1. Physique des ondes électromagnétiques
  2. Équations de Maxwell
  3. Équation d’onde
  4. Rayonnement d’un dipôle
  5. Champ proche et champs lointain
  6. Interaction des ondes avec la matière
  7. Interaction avec les matériaux
  8. Blindage électromagnétique
  9. Interaction avec la matière vivante
  10. Impact sur la santé humaine
  11. Électrosensibilité
  12. Le four à micro-onde

Feuilles d’exercices

Chaque partie du cours, hormis la dernière sur les ondes électromagnétiques traitée rapidement, fait l’objet d’une feuille d’exercices. Pour la première partie, ce sont des exercices de lecture, de discussion (après réflexion), ou de recherche sur Internet. Les parties nucléaires et climat font l’objet d’exercices techniques d’application.

Projet de recherche bibliographique

En début de semestre, les étudiants choisissent par binôme un sujet de recherche bibliographique parmi une liste définie. Au bout de deux mois, en fin de semestre, ils me rendent un court rapport et font une présentation orale de leur sujet devant leurs camarades. Les trois dernières séances du cours sont consacrées à cet exercice. Ces soutenances conditionnent le nombre maximal d’étudiants pouvant s’inscrire à ce cours.

Voir la liste des sujets proposés en 2016-2017
  • Le nucléaire dans les médias
  • Les déchets nucléaires
  • Les accidents nucléaires
  • Les faibles doses radioactives
  • Le climatoscepticisme
  • Réchauffement climatiques : quelles solutions ?
  • La couche d’ozone
  • Les impacts du réchauffement climatique sur la société
  • Les ondes électromagnétiques (wifi, téléphonie, Très haute tension…) dans les médias
  • Le biais d’internet (infos « vraies » vs. infos « fausses »)
  • Principe de précaution et innovation en France
  • Sciences et citoyens
  • La sourcellerie
  • Les croyances liées à la Lune
  • L’astrologie
  • Les moteurs surnuméraires
  • Les OGM
  • La vaccination et ses peurs

Développements ultérieurs souhaités (souhaitables ?)

Idéalement, ce genre de cours devrait être obligatoire pour tous les étudiants en sciences. Il pourrait d’ailleurs être un peu rallongé (avec les spécialistes adéquats) pour toucher les sujets liés à la biologie (OGM, créationnismes…), à la santé (médecines alternatives, liens d’intérêt…), à la géologie (gaz de schistes, pressions industrielles…), etc.

Il n’est par ailleurs pas parfait. La partie sur la méthode scientifique mériterait d’être agrémentée d’un chapitre sur les probabilités et les statistiques, et d’une partie sur les biais cognitifs. La partie sur le climat est encore un peu confuse, évoluant au gré de mes lectures sur le sujet.

Mise à disposition

Je n’ai pas (encore ?) écrit de polycopié de cours, mais tout est sur diapos en pdf. Je peux, sur demande, fournir tout ou une partie de ce cours. Je peux aussi fournir les bases bibliographiques qui m’ont servies à construire ce cours qui n’existe dans aucun manuel tel quel.

Guillaume Blanc

Voir aussi un petit article que j’avais écrit sur mon blog à propos de ce cours.

Émissions "Sur la route", avec RéZonance

Un soir brumeux, deux individus, Sébastien Roblain et Sylvain Lion ont pointé leur nez dans l’amphi de Richard Monvoisin. Membres de l’association RéZonance (appartenant à la Fédération de l’Audiovisuel Participatif et à Médias Citoyens), ils sortaient d’un stage de L’Orage, avec l’inénarrable cofondateur du CorteX Nicolas Gaillard, et sont venus s’achever à la fac, et mettre un micro poilu à portée de voix de l’autodéfense intellectuelle version locale. Ils en ont tiré deux émissions « politiques », l’une avec Kidora et Nicolas pour l’Orage, et l’autre avec R. Monvoisin, qui dura si longtemps qu’elle a été coupée en deux.

Voilà ce que ça donne.

  • Pour écouter l’Orage et son éducation populaire, allez directement ici.
  • Pour écouter R. Monvoisin1 et la zététique engagée, ci-dessous.

Merci à eux, et bonne route – route que nous recroiserons forcément car dans le préau de la pensée libre il n’y a guère que les menhirs qui ne se rencontrent pas.

Télécharger

ou allez ici.

Télécharger

ou allez .

De nouvelles pousses au CorteX

CorteX_Club_des_5Petit à petit, le CorteX s’agrandit. En ce début d’été, deux nouvelles personnes ont fait le pari fou de rejoindre nos rangs, et, plus grave encore : une a carrément décidé de REvenir. D’autres nous ont sur le dos le temps d’un stage. Présentations.

CorteX_gwladys-demazureGwladys Demazure a rejoint avec brio l’équipe santé du CorteX, en co-animant le stage pour doctorant·es « La santé du thésard » aux côtés d’Albin Guillaud en 2017, et en réalisant avec Richard Monvoisin une solide ébauche d’analyse critique de la sophrologie caycédienne – qu’elle a exposée lors d’une conférence chez nos ami·es de l’Observatoire Zététique, à Chambéry. Son expertise en psychologie clinique, plus particulièrement auprès des mineur·es étrangèr·es isolé·es, couplée à ses interrogations circonspectes sur l’héritage psychanalytique et plus généralement sur la santé mentale, sauront lui bénéficier pour sa thèse intitulée « Établissement d’un protocole de prise en charge thérapeutique pour les mineurs isolés étrangers présentant des symptômes d’états de stress post traumatiques et/ou de troubles associés » au Laboratoire interuniversitaire de Psychologie/Personnalité, Cognition, Changement social.

CorteX_alexandre-changenetAlexandre Changenet a travaillé l’année passée aux côtés de Guillemette Reviron, co-gérant un certain nombre d’interventions sur la pensée critique en milieu scolaire aux alentours de Montpellier. Ce doctorant en écologie forestière et statistique s’est particulièrement penché sur l’agriculture biodynamique et plus généralement sur l’analyse des fondements et des pratiques de méthodes de travail de la terre. Alexandre sera installé dans le bordelais à partir de septembre 2017 pour mener à bien sa thèse intitulée « Évaluation écologique et économique de la méditerrannéisation des forêts en France » à l’Institut national de la recherche agronomique.

CorteX_Julien_Peccoud_standJulien Peccoud avait déjà fort mouillé la chemise pour nous – et continue à le faire sur la théorie de l’évolution avec Richard Monvoisin. Il s’était mis en disponibilité l’année dernière, œuvrant sur les logiciels libres, le décentrage et la dégooglisation d’Internet, et développant les outils entre autres de Rézine, « un internet qui envoie du bois ». Il continuait tout de même à gérer l’informatique de notre collectif, en cachette. Las ! On lui manque trop ! C’est un come back ravigotant ! Il est plus déterminé que jamais à enrichir nos contenus sur le numérique, l’intelligent design et autres joyeusetés.

Et puis ont sué le burnous sous notre houlette de vaillants « stagiaires » !

Jérémy Fernandes Mollin

Le premier d’entre eux, qui a le mérite d’avoir enduré Richard Monvoisin comme directeur deux années d’affilée, est l’opiniâtre Jérémy Fernandes Mollien. Il soutiendra en septembre son mémoire de Master 2 de sciences politiques sur les mouvements syncrétistes païens.

 

 

Hermione Granger

 

Quant à Averil Huck, elle a fait son stage de L3 philosophie au CorteX avec Richard, et a produit un conséquent travail sur les arguments moraux des mouvements anti-avortement.

 

 

CorteX_nicolas-gerard

Enfin, la toute fraîche unité d’enseignement Santé & autodéfense intellectuelle draine au CorteX des sollicitations pour des stages. Cet été, Chloé Micetta a plongé dans la création d’une méthodologie d’analyse critique des sites internet commercialisant des produits de santé. Nicolas Gérard quant à lui s’est intéressé au kinésio-taping (ces bandes adhésives roses et bleus) et à l’analyse d’études présentant des protocoles testant l’efficacité de ces bandes sur certains paramètres de santé ou de performance sportive.

 

 

Soldes de la grande braderie ?

En janvier 2017, nous avons publié un billet intitulé « Grande braderie de l’autodéfense intellectuelle ». Le même mois, un petit groupe de camarades sceptiques nous a envoyé une réponse concertée à laquelle nous avons répondu en détail, dans un texte intitulé « Le pacte cérébelleux, réponse aux camarades ». Nous pensions alors que cela amènerait un débat rationnel, dépassionné et collectif. Pourtant, tant sur nos messageries électroniques que semble-t-il sur les réseaux sociaux, les répliques ont été vives, et malheureusement individuelles, et non collectives. Aucun retour groupé n’est venu pousser plus loin la réflexion. Dans cet article qui servira probablement d’épilogue, nous prenons soin de répondre à quelques réactions qui, quoi qu’éparpillées, méritent de s’y arrêter.

 « Mais enfin bon sang de bonsoir quelles sont donc les cibles du texte Grande braderie de l’auto-défense intellectuelle ? »

L’épée de Damoclès, Richard Westall (1812)

Nous y avons répondu de façon claire dans notre texte Le pacte cérébelleux, réponse aux camarades : ce texte s’adresse à tou·tes les sceptiques, à nous à plus forte raison. Le contenu de l’article initial, à l’instar de la réponse aux camarades sceptiques, est une épée de Damoclès accrochée par nos soins au-dessus de quiconque à vocation à enseigner l’esprit critique… membres du Cortecs compris ! Autrement dit, le jour où l’un·e d’entre-nous deviendra complaisant·e, il faudra lui mettre ces textes devant le nez.

« Bon bon bon, critiquer les médias dominants et le système carcéral d’accord, mais prétendre que sans les critiquer on ne critique rien n’est-il pas exagéré ? »

Cette critique fait référence à ces deux phrases du texte initial « Surtout, ne pas toucher aux médias dominants et ne pas toucher à la prison. En gros, ne toucher à rien. »

Sans doute manque-t-il un terme : aurions-nous dû écrire En gros, ne toucher à rien de systémique, ou à rien qui coûte vraiment socialement. En fait, quel que soit le champ auquel les sceptiques s’intéressent, effectuer l’analyse du rôle des médias dominants (et des technologies de l’information dominantes) paraît indispensable car ceux-ci abordent tout un tas de sujets tantôt de façon moyenne, tantôt de façon médiocre voire potentiellement contre-productive, rarement bonne, et quasi immanquablement scénarisée (voir Technique du carpaccio). Et ceci sans compter l’ensemble des thématiques qui sont négligées, ou dans lesquelles on occulte une part de la réponse (voir  par exemple Paranormal, dérives sectaires : cautions médiatiques sous couvert de libre information sur ACRIMED). Donc même les sceptiques qui souhaitent ne s’intéresser qu’au « paranormal » (et c’est leur droit) et qui ont à cœur de délivrer une information critique de qualité, ne peuvent pas faire l’impasse sur la genèse de ce marché cognitif qui manufacture les opinions fausses que nous tentons tant bien que mal d’éventer. Ces médias constituent la caisse de résonance des thèses pseudoscientifiques, et n’en point parler revient à éponger la flaque et non étudier le robinet.

La liste est longue de reportages et autres documentaires qui vantent les pseudosciences au quotidien. Exemple récent, l’affligeant documentaire produit par France 2, chaîne pourtant du service public, sur les pratiques de soin dites alternatives1. Quel sens cela aurait-il d’aller parler quelques minutes du même sujet sur cette chaîne après un tel festival de désinformation ? Pour simplement décortiquer proprement ne serait-ce que le passage sur l’acupuncture, il ne faudrait pas loin d’un contre-documentaire complet (qu’il faudrait bien sûr diffuser à heure de grande écoute et non à 23 heures le soir sur une obscure chaîne), et qu’on ne grime pas les sceptiques qui parlent comme « ceux qui n’y croient pas », relativisant artificiellement le savoir, posant l’expertise au même rang que la simple opinion.

« N’y a-t-il pas un mésusage de la charge de la preuve sur la question de l’esprit critique dans les médias ? »

Reprenons le passage concerné, qui figure dans le texte Le pacte cérébelleux, réponse aux camarades :

« Néanmoins, présenter qu’il est pertinent de diffuser les outils de la pensée critique tous azimuts sans regard sur le média, montre une ignorance assez forte, qui ne peut pas être vôtre, de la sphère médiatique, et surtout nécessite des preuves. Le problème, c’est qu’afin de constituer ces preuves, il va falloir s’entendre sur ce qu’il est entendu par « pertinent ». Or c’est là que le bât blesse : nous ne sommes, par exemple, pas du tout convaincu.es que le plus pertinent soit de « saupoudrer sur une masse de gens importante », qui plus est par le truchement d’un média corrodé, scénarisant les discours, faisant des coupes. À la rigueur pourriez-vous rétorquer que faire la prétention inverse (il n’est pas pertinent de…) requiert, elle aussi, des preuves, mais ce serait faire fi de la charge de la preuve, qui immanquablement revient à celui qui produit l’énoncé sur le monde, non pas à nous qui en doutons. »

S’il fallait le réécrire, nous changerions deux mots : « À la rigueur pourriez-vous rétorquer que faire la prétention inverse (Nous doutons qu’il soit pertinent de…) requiert, elle aussi, des preuves, mais ce serait faire fi de la charge de la preuve, qui immanquablement revient à celui qui produit l’énoncé sur le monde, non pas à nous qui en doutons. ». C’est mieux ? Toujours pas ? OK, reformulons autrement et plus succinctement le paragraphe ci-dessus :

Nous doutons que diffuser les outils de la pensée critique dans les médias tous azimuts, sans un filtre critique débouchant sur un processus de tri, ait un quelconque effet pédagogique pertinent de masse.

 

À partir de là, deux cas de figure peuvent-être envisagés. Imaginons un groupe de sceptiques qui va intervenir, disons, sur TF1.

Illustration pour la charge de la preuve
Illustration pour la charge de la preuve

Multivers n°1 : il s’y rend complètement par hasard, sans y avoir réfléchi, sans se préoccuper le moins du monde de l’effet qu’aura sa présence et son discours. Dans ce multivers (naïf) il n’y a effectivement pas lieu d’invoquer la charge de la preuve. Mais reconnaissons que ce scénario est très peu crédible.

Multivers n°2 : le groupe s’y rend car il pense que son intervention peut avoir un effet (un effet de transformation sociale, donc cela implique que le groupe a des velléités politiques !). De là, il est encore possible de considérer plusieurs cas de figure.

Multivers n°2a : le nombre de hits. L’objectif visé est de faire en sorte que « le plus de gens possible aient entendu parler de zététique ou d’esprit critique ». Dans ce cas-là nous n’avons pas grand-chose à dire sur la prétention. Oui, après avoir évoqué le mot « zététique » devant plusieurs centaines de milliers de personnes, un plus grand nombre de gens en aura entendu parler que s’il avait été évoqué devant un parterre de 200… ici la charge de la preuve n’a pas besoin d’être dégainée.

Seulement, à notre avis, faire en sorte que « le plus de gens possible ait entendu parler de zététique ou d’esprit critique » nous apparaît être un objectif un peu fade, et surtout, dangereux car si en allant chercher zététique, on retombe sur du matériel préfabriqué médiatiquement, ou de mauvaise qualité, on prend le risque d’un rejet réflexe. Ne soyons pas lourdingues, nous avons déjà expliqué tout ça dans notre texte Le pacte cérébelleux, réponse aux camarades.

Multivers n°2b : l’objectif visé est plus ambitieux. Les sceptiques souhaiteraient que leur auditoire comprenne et retienne les concepts mobilisés, soit capable de les utiliser pour détecter et décortiquer les nombreuses affirmations qui leur sont faites à longueur de journée sur la façon de régler différents problèmes, sur la façon dont le monde fonctionne, ou sur la manière dont ce monde doit ou devrait être. Le groupe peut aussi espérer que son auditoire soit en mesure d’utiliser les outils du scepticisme dans d’autres champs que celui qu’il a choisi comme support pédagogique, en particulier les champs dans lesquels les croyances et comportements génèrent le plus de souffrance.

C’est bien du type d’effet relaté dans le cas 2b dont nous doutons qu’il puisse être obtenu par des interventions média simili-naïves, ou par du saupoudrage indifférencié, du Figaro Madame à Médiapart, de Femme actuelle à C’est dans l’air. Or, ce n’est pas à nous mais bien aux sceptiques qui se rendent à TF1 de démontrer en principe la réalité de type d’effet. Ou tout du moins, car avouons que pour quiconque cette tâche est loin d’être évidente, de justifier d’un ratio (bénéfice de réaliser une intervention pertinente) / (risque de cautionner un média corrodé + risque de produire une intervention contre-productive). Nous nous arrêterons là car nous commençons à radoter (voir notre texte Le pacte cérébelleux, réponse aux camarades).

En fait, il y aurait un mésusage de la charge de la preuve si nous avions affirmé un effet négatif. Mais notons tout de même que cela n’aurait pas dispensé les sceptiques de la charge de la preuve pour démontrer l’effet positif que le groupe pense générer, même implicitement, par son intervention. Sauf s’il pense avoir un effet neutre ou s’il y va pour son propre plaisir…

« Ne peut-on pas enseigner l’esprit critique pour son unique plaisir, sans aucune velléité de transformation sociale ? »

Il nous est reproché d’affirmer que diffuser l’esprit critique à des fins autres que politiques (au sens de transformation sociale) est impossible.

Les critiques de cette affirmation avancent que, de la même façon qu’il est possible de s’intéresser à la cosmologie ou de peindre pour des motifs purement égoïstes (économique, carriériste, hédoniste, etc.), il est aussi envisageable d’enseigner la zététique dans cet état d’esprit.

Disons le d’emblée : nous admettons – force est de le constater – qu’il existe des gens qui fassent effectivement de la zététique un hobby, même si cela soulève quelques problèmes moraux.

Nous avons donc cherché et examiné les passages de nos écrits qui ont pu susciter ces critiques. Ainsi, cela nous a permis de déterminer si nos paroles ont effectivement dépassé nos pensées.

Premier passage : « que peut avoir, in fine, comme autre objectif valable la diffusion de la pensée critique, sinon une transformation sociale vers la fameuse et hypothétique connaissance de cause ?»

Dans ce passage, c’est d’un point de vue moral que nous nous positionnons et il aurait sans doute été utile de le préciser. Ainsi, nous ne déclarons pas qu’il est impossible de diffuser la pensée critique pour autre chose qu’un objectif de transformation sociale, mais nous affirmons que toute autre raison n’est pas moralement justifiable.

Oui, il s’agit d’une thèse forte qui mériterait d’être argumentée. Cependant, comme ce point ne concerne pas l’objet des critiques initiales, nous nous en abstiendrons pour l’instant.

Deuxième passage : « Enseigner la zététique sans velléité de transformation sociale, c’est comme chanter en silence, comme danser sans bouger, comme croire sans Dieu ou l’un de ses avatars.»

Il y a effectivement un problème avec cette affirmation. Il est en effet envisageable, en principe, d’enseigner la zététique, de chanter, de danser ou de croire en Dieu pour son propre plaisir ou d’autres motifs purement égoïstes. Et tout cela sans se préoccuper le moins du monde de l’effet que peut avoir son activité sur le monde social. L’affirmation du deuxième passage est donc fausse car elle sous-entend qu’il y ait une impossibilité en principe. Vous l’avez compris, notre critique se situe sur une impossibilité d’un point de vue moral et non d’un point de vue logique. Au fond, le problème est ancien en science : est-il moral de choisir des thèmes de recherche qui nous font simplement plaisir (sachant qu’on le fait avec un salaire souvent publique, et un mandat de bien social) ? Pour la zététique comme pour la science en général, nous autres Cortecs pensons que non.

Troisième passage : « Aussi, faire une transmission apolitique de la zététique, c’est un oxymore, pour ne pas dire un non-sens. »

Ce passage, bien que ressemblant au précédent, est substantiellement différent. Pour bien saisir cette différence, il convient de distinguer deux choses : l’intention de l’action et le résultat de l’action.

En effet, si nous admettons sans difficulté qu’une personne puisse avoir l’intention d’enseigner l’esprit critique pour des motifs purement égoïstes et non politiques, nous affirmons que le résultat de son action, qu’elle le veuille ou non, va produire un effet dans le monde social (sans préjuger des paramètres, du sens, du type de cible associé à cet effet, ni de l’amplitude de cet effet). Effectivement, une intervention publique même sur un sujet a priori relativement « léger » et « désaffectivé », par exemple, le paranormal, va nécessairement produire un effet social.

Dit autrement, que les sceptiques qui enseignent l’esprit critique le veuillent ou non, elles et ils sont dans une démarche politique (pertinente ou non). Nous présentons ci-dessous trois arguments à l’appui de cette thèse.

Tout d’abord, comme nous l’évoquions à la fin de notre réponse à nos camarades sceptiques, il convient de ne pas oublier qu’un sujet n’est « léger » et « désaffectivé » que relativement à des situations socio-politiques et socio-historiques particulières. Aborder par exemple la question de la possession par des esprits ou des sorcières pourrait ne pas du tout avoir le même impact politique en France qu’en Guinée Conakry, ou au Pérou. Les risques à traiter de ces sujets ne sont bien sûr pas les mêmes non plus : « il est des contrées où le simple fait de les utiliser [les outils rationnels de la pensée critique] fait prendre le risque d’une rafale de plomb. » (cf. notre texte Le pacte cérébelleux, réponse aux camarades).

Ensuite, il est bon d’ajouter que le simple fait qu’un sceptique choisisse de travailler sur un sujet plutôt qu’un autre a nécessairement des implications politiques. En effet, choisir par exemple de se consacrer exclusivement aux pratiques de soin dites alternatives implique que l’on délaisse une infinité d’autres champs. Rien qu’en se restreignant au champ de la santé, on peut mentionner les liens et conflits d’intérêt, le paternalisme médical, le mythe du trou de la Sécu2, la responsabilité des malades, les manifestations des différentes formes d’essentialisme dans le système de santé (sexisme, âgisme, spécisme, etc.), les pratiques associées à la fin de vie, etc. Ainsi, on choisit finalement (volontairement ou non) d’avoir tel effet sur le monde social plutôt que tel autre.

Emblème des ghostbusters
Emblème des ghostbusters

Enfin, adonnons-nous à une brève expérience de pensée. Imaginons qu’un jour un gouvernement élu décide de créer un ministère dédié à la question des fantômes et de leur éradication. Ce surprenant gouvernement déciderait également d’allouer à ce ministère un budget similaire à celui de l’armée en augmentant notablement les impôts. De surcroît, il serait mis en place un plan « vigifantôme » qui impliquerait que des équipes de « ghostbusters » arpentent nos rues et exercent des contrôles réguliers de nos concitoyens pour voir s’ils ne cachent pas quelque fantôme dans leur sac, et perquisitionnent leur cave ou leur grenier. Pensez-vous que les sceptiques d’affinité paranormaliste ne vont pas soudain se sentir impliqué·es politiquement ? C’est bien évidemment une question empirique mais permettez-nous d’émettre de forts doutes quant à la négative.

Quatrième passage : « Que ferait une association zététique vraiment apolitique ? Elle ferait de la pantoufle dans un entre-soi de salon, et se garderait par-dessus tout d’aller dans les médias. »

Nombre d’entre nous ont appartenu ou appartiennent à des associations (et les ont même montées parfois) qui se déclarent « apolitiques ». Au sens de « non partisanes », en  veillant à ne pas discriminer lors des adhésions, cela s’entend et se conçoit très bien. Mais toutes ont dans leurs statuts la promotion de la pensée critique. Qu’est-ce donc que cette promotion, sinon un parti-pris politique, estimant qu’il vaut mieux une population critique que pas ? Par conséquent, une association zététique, vu son objet, est forcément mue par un objet social orienté – à plus forte raison si elle fréquente des médias de masse (c’est bien pour toucher la « masse » !). Une zététique apolitique est donc un oxymore pour nous. D’ailleurs, nous ne connaissons aucune association zététique apolitique, et nous ne voyons pas vraiment à quoi ça pourrait ressembler, peut-être un entre-soi, ou une loge mystérieuse (ce qui expliquerait pourquoi nous n’en connaissons pas).

Cinquième passage : «Nous pensons qu’une approche apolitisée de la zététique est un non-sens. »

Sixième passage: «Transmettre la zététique sans un programme progressiste de transformation sociale, ce serait transformer la zététique en hobby de bourgeois, en scepticisme mondain. »

Septième passage :«En attendant, vous « compren[ez] que [n]otre approche du scepticisme soit politisée, et nous respectons votre choix en la matière »: mais il ne s’agit pas d’un choix. La démarche de diffusion du scepticisme est politisée. »

Ces trois passages sont redondants.

En guise de conclusion, il nous a été reproché d’affirmer qu’il n’était pas possible de diffuser l’esprit critique à des fins autres que politiques. Nous avons admis d’emblée que nous rejetons cette affirmation, et espérons avoir levé toute ambiguïté. C’est effectivement possible, mais moralement difficile à justifier.

Sur les sept passages de notre texte qui aurait pu laisser penser le contraire, un seul, le deuxième, peut sans aucun doute être associé à l’idée d’une impossibilité conceptuelle d’enseigner la zététique à des fins autres que politiques. Nous devons reconnaître que ce passage est faux. En revanche, comme nous l’avons argumenté ci-dessus, nous affirmons toujours que du point de vue du résultat de l’action – et non de l’intention – les sceptiques qui soutiennent que la transmission de la pensée critique est apolitique donnent dans l’oxymore.

Croyez bien que nous regrettons que le collectif qui nous a contacté n’ait pas souscrit à la forme de débat collectif public que nous avions demandé, et que les retours nous soient parvenus aussi éclatés. Une prochaine fois peut être.

L’équipe du CorteX

Pour aller plus loin sur cette thématique « Science / Zététique et politique », on pourra réécouter les émissions des 21 et 29 octobre 2015 du podcast Scepticisme scientifique de Jean-Michel Abrassart, dans lesquelles Richard Monvoisin expose exactement le même contenu – sans pour autant susciter de controverses.

Ici, épisode 308.

et là, 309.

On consultera également l’excellent texte Science & politique (1) l’hypothèse anti-politique du surnommé Dr Charpi sur son blog.