Reductio ad hitlerum, ou déshonneur par association

CorteX_Hitler_plageLe sophisme est un raisonnement qui n’est logiquement correct qu’en apparence. Il se distingue des paralogismes dans le sens où il est volontairement fallacieux, conçu avec l’intention d’induire en erreur.

Reductio ad hitlerum

« déshonneur par association »

Méthode : disqualifier un adversaire en le comparant à un personnage honni du passé comme Hitler, Mussolini, Pol Pot…

Par extension, le déshonneur par association peut s’immiscer lorsqu’on opère une catégorisation fallacieuse des arguments présentés : iI s’agit de rattacher l’argumentaire à un concept, un courant, une doctrine qui est connue pour être en elle-même négative, réfutée, inadmissible, immorale.

Si le sophisme reductio ad hitlerum apparaît rarement sous la forme « vous avez le même argument qu’Hitler », il est plutôt présent aujourd’hui comme une tactique de déshonneur par association en faisant un rapprochement avec la politique de ces personnages. L’évocation subtile d’une période historique, fasciste ou nazie par exemple, discrédite l’interlocuteur et l’exclut de la discussion, évidemment sans développer une argumentation valide. On suppose alors que l’argument est identique à un concept et que ce dernier est largement réfuté.

Exemple :

  • Voyons, si tu adhères à la théorie de Darwin, alors tu cautionnes la « sélection » des espèces, donc le darwinisme social et l’eugénisme, ce qui rappelle certaines heures sombres…
  • Vous ne pouvez pas être aussi manichéen / rationaliste / spiritualiste…
  • Cette position est pour ainsi dire du bolchevisme / fascisme / nationalisme / totalitarisme, avec ce que l’on connaît de ses conséquences dramatiques…
  • Vous critiquez [xxx] exactement comme Jean-Marie Le Pen.

Exemple dans les médias :

alt
  • Interview de Carla Bruni dans l’Express du 13 février 2008. Elle fait référence au site du Nouvel Observateur et déclare :

« si ce site avait existé pendant la guerre, qu’en aurait-il été des dénonciations de juifs »

 

  • Jean-François Copé accuse Martin Hirsch de se livrer à un « exercice de délation » à propos de son dernier ouvrage consacré aux conflits d’intérêts dans le gouvernement. Dimanche Soir politique sur I-télé /France Inter, le 26 septembre 2010.

{avi}CorteX_Sophismes_Cope_Hirsch_dimanche_politique{/avi}

  • Discours du 26 novembre 2009, Christian Estrosi, Ministre de l’Industrie et maire de Nice, estime qu’un débat sur l’identité nationale en Allemagne durant les années 30 aurait pu permettre d’éviter « l’atroce et douloureux naufrage de la civilisation européenne ». Difficile ensuite de refuser le débat sans être assimilé au régime nazi.

  • Roschdy Zem, invité à s’exprimer sur la loi HADOPI sur le téléchargement, au 13h de France2 le 26 avril 2009 : « Les seuls cas où la culture a été gratuite, c’est les cas où il y avait une politique de dictature, sous le IIIe Reich, sous la Roumanie de Ceausescu : la culture gratuite n’existe pas » :

  • Philippe Val justifie les critiques reçues à France Inter sur la journée spéciale Psychanalyse du 9 novembre 2012, dans Service public, le 15 novembre 2012, en une illustration stupéfiante du déshonneur par association (couplée à d’autres techniques, comme celle de l’épouvantail).

Ecouter ici :

Télécharger là

  • Le déshonneur par association peut se glisser parfois dans des endroits inattendus, comme dans cette interview de Périco Légasse, critique gastronomique de Marianne, dans l’émission Service Public sur France Inter, le 11 novembre 2010. « [la cuisine moléculaire] c’est le fascisme ! […] c’est une dictature de la pensée. »

Autres exemples :

  • Extrait de Luc Ferry dans Ferry L. Kahn A., Faut-il légaliser l’euthanasie ?  Odile Jacob, Nov. 2010
« A cette étrange conviction, on peut en opposer une autre, directement contraire, celle selon laquelle il est inacceptable d’établir quelque équivalence que ce soit entre « dépendance » et « indignité » parce qu’il serait faible, malade, vieux et par là même dans une situation d’extrême dépendance est même une idée intolérable sur le plan éthique, à la limite des plus funestes doctrines des années 1930.« 
Citation reprise, quoique critiquée, par Brice Couturier dans l’émission du 24 janvier 2011 de Du Grain à moudre sur France Culture (avec une formulation par ailleurs tronquée) :

  • « Alibi homo et porte-parole du mouvement anti-mariage gay, Xavier Bongibault s’est excusé platement dimanche soir, après avoir comparé François Hollande à « un homme que l’Allemagne avait bien connu à partir de 1933« , avouant qu’il s’était « emporté« . Le 6 novembre, sur RTL, Bongibault avait déjà déclaré que l’idéologie du gouvernement était dans « la droite ligne d’un homme que l’Allemagne a bien connu à partir de 1933« . Une déclaration qui n’avait alors fait réagir personne » (La manif fourre-tout était cousue d’or, Le canard enchaîné, 16 janvier 2013).
  •   »Alors que la psychanalyse est de plus en plus attaquée par les tenants d’un scientisme sans âme, nombreux sont les praticiens qui continuent, avec intelligence et ténacité, à faire perdurer la clinique freudienne, autant dans des institutions publiques que dans leurs cabinets privés. (…) (Elisabeth Roudinesco, Le Monde 7 mars 2013)

 

N’hésitez pas à nous proposer des compléments ou du matériel illustrant ce sophisme.

 

NG