Menaces sur EVE, lieu d’esprit critique – Soutien et pétition

 CorteX_EVELa situation de EVE a empiré : une nouvelle pétition est en ligne ici http://soutenir-eve.org
.
.
Depuis plusieurs années, EVE (Espace Vie Etudiante) accueille un paquet d’événements musicaux, culturels, artistiques ou intellectuels. En 2009, Olivier Royer, le directeur, a mis la salle centrale à disposition du CorteX pour les Midis Critiques Grenoblois qui se déroulèrent dès lors dans ce lieu croisement des trois universités grenobloises. Un accueil tout à fait charmant, modulable, pratique, accueillant, à tel point que les discussions des notes de l’UE Zététique & autodéfense intellectuelle ont lieu à la terrasse d’EVE.
 
Seulement, EVE est menacé !

… Menacé entre autres parce que peu rentable ! Effectivement, la structure est finacièrement déficitaire. Mais est-ce l’objet d’une association culturelle d’être bénéficiaire ? Et si l’on incorpore dans la balance financière le bien public créé, la promotion du travail associatif, la promotion de l’esprit critique et le lien bâti entre les étudiants, alors la balance penche largement vers le positif. ll s’agit, comme bien trop souvent, d’une logique marchande contre une logique de bien public. Le plus ennuyeux est probablement que ce combat du pot de terre contre le pot de fer est orchestré par les plus hauts représentants d’une université – dont l’objet est, rappelons-le, “la production, la conservation et la transmission de différents domaines de la connaissance“.

Alors ? Deux postes salariés sont arrivés à échéance. Mi-juillet, on apprend que l’université proroge de six mois la mise à mort de la structure. “Au lieu de deux moix, on va être dans la merde pendant six“, dit David Rouquet, trésorier d’Eponyme.

A moins de marchandiser les prestations ? D’ouvrir une cafétaria, d’augmenter le prix du café, de vendre des produits dérivés ? De rendre payants les Midis Critiques ? Sur ce dernier point, jamais de la vie.

C’est un vrai débat de société qui s’ouvre sur ce lieu. Et comme l’écrivirent les 68ards, puis les anti-CPE de 2006 sur les palissades de la Sorbonne, nous n’aurons que ce que nous saurons prendre”. Et ce que nous saurons garder.

CorteX_saurons_prendre

 

Ci-dessous

  • la lettre ouverte d’EVE et de l’association Eponyme
Lettre ouverte aux Universités de Grenoble, à la Communauté d’agglomération Grenobloise, à la mairie de Grenoble, au Conseil Général de l’Isère, au Conseil Régional de Rhône-Alpes, au Ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative
 


Mesdames, Messieurs,

 

Par une lettre d’information datant du 15 juin, sur la Délégation de Service Public du bâtiment EVE (Espace Vie Étudiante) liant l’Université Pierre Mendès-France et l’association Éponyme, nous avons pris acte de l’incertitude d’Éponyme concernant la reprise d’activités à EVE pour la rentrée universitaire.
Pour nous, associations des campus universitaires et de la ville de Grenoble, Éponyme est devenue en 7 ans un acteur majeur de la vie étudiante, culturelle et citoyenne sur l’agglomération grenobloise. L’Association a su s’insérer dans un maillage territorial d’acteurs de la vie associative et obtenir la confiance de multiples partenaires, qui légitiment la pertinence de son action envers les étudiants des différents établissements d’enseignements supérieurs, et plus largement envers la jeunesse de l’agglomération. Éponyme a su développer ses services par le biais d’une gestion collégiale et participative. De l’animation à la programmation du lieu, en passant par la définition du projet et son administration, les étudiants bénévoles et les associations sont pleinement intégrés aux processus de décision.  
 
En proposant à la fois un lieu pour réaliser nos projets (concerts, spectacles, conférences, débats, projections, rencontres, repas, animations, jeux, expositions etc.), une mise à disposition de matériel et de salariés pour nous soutenir et nous épauler dans l’organisation et la logistique, l’Espace Vie Étudiante géré par l’association étudiante Éponyme est depuis plusieurs années un soutien indéfectible pour nos projets. Sans cet accompagnement, de nombreux projets aujourd’hui féconds n’auraient pu voir le jour, bien peu de classements citeraient le Campus grenoblois comme étant le plus attractif de France, et bien peu d’étudiants auraient pu s’investir autant dans la vie culturelle, citoyenne et sportive de Grenoble.  
 
A moins de trois mois de la fin de l’actuelle DSP (délégation de service publique, note du CorteX), prévue le 31 aout 2011, la proposition des Universités est de repousser le renouvellement de la DSP au mois de novembre. Or, la mise en place d’un nouveau délégataire impliquera un arrêt total des activités au sein de EVE pendant le premier semestre universitaire, période où les associations ont particulièrement besoin des services mis à disposition par Éponyme (Forum associatif « Fête la rentrée », formations associatives, accompagnements, etc.).  
 
Nous exprimons donc de sérieuses inquiétudes quant à la possibilité, pour nous tous, comme pour Éponyme, de mener à bien nos activités à la prochaine rentrée universitaire. Les atermoiements répétés des Universités risquent bel et bien de mener nos projets dans une impasse.  
 
Nous appelons donc toute personne, physique ou morale (association, institution, étudiant, politique, salarié, partenaire d’Éponyme, usager du lieu ou simple citoyen) à soutenir Éponyme à l’heure où ses activités sont remises en cause.
Nous appelons les Universités de Grenoble à trouver, dans les plus brefs délais, une solution viable pour le maintien des activités dans le bâtiment EVE dès la rentrée prochaine.

 

Le CorteX soutient EVE !

la production (recherche), la conservation (publications et bibliothèques) et la transmission (études supérieures) de différents domaines de la connaissance