South Park comme matériel pédagogique sur Popper et sur les faux souvenirs induits

Lors de mon cours sur les faux souvenirs induits et le caractère incontradictible de cette « théorie » 1, un cortex_south_parkétudiant du cours Zététique et autodéfense intellectuelle de Grenoble, qui s’appelle Grégoire Couturier, m’a parlé d’un épisode de la série animée South Park de Trey Parker et Matt Stone, abordant ce point. J’ai donc été cherché la chose, dans l’épisode 16 de la saison 4, intitulé « Le mot en M » (The Wacky Molestation dans son titre original).

J’ai pris la version française, et n’ai monté que les trois morceaux en lien avec notre sujet. Il vous faut juste savoir que pour aller à un concert contre l’avis de leurs parents, les enfants ont trouvé la solution de les dénoncer les uns après les autres pour abus sexuel (to molest en anglais, abuser, a malheureusement été traduit par molester en français, qui n’a pas tout à fait le terme adapté). Tous mis en prison, la ville est laissée entièrement aux enfants – ce qui rappellera quelques souvenirs aux lecteurs de Stephen King 2.

Voici le résultat !

Télécharger

cortex_gregoire_couturier

Grégoire Couturier, fournisseur officiel de matériel critique

Merci Grégoire ! Gageons que ce montage sera utile pour les formateurs en psychologie.

NB : j’ai déjà utilisé South Park en cours pour deux thèmes : le créationnisme (avec l’incroyable présence de Richard Dawkins) dans l’épisode 12 de la saison 10 intitulé « Vas-y Dieu ! Vas-y ! » (Go God Go), et la lecture à froid chez les prétendants au channeling, dont John Edward, dans l’épisode 15 de la saison 6 intitulé « Le Plus Gros Connard de l’univers » (The Biggest Douche in the Universe). Je promets de les mettre en ligne sous peu.

RM

Notes:

  1. Sur ce point, voir Critère de Popper et réfutabilité d’une théorie.
  2. En l’occurrence  Les enfants du maïs (Children of the corn) dans l’excellent recueil de nouvelles Danse macabre (Night Shift)