TP : analyse d’une publicité partisane sur l’immigration

Nous connaissons les méfaits du mauvais usage des statistiques ou de la manipulation des graphiques pour appuyer certaines idéologies. Nous avons trouvé du matériel adéquat pour allier les deux et, une fois n’est pas coutume, l’exemple traité ici n’est pas français, mais suisse. Voici donc l’étude détaillée d’une publicité partisane (au sens « qui soutient un parti ») parue dans la Tribune de Genève (25/01/2014).

musulmans en suisse

Figure 1 – Publicité partisane publiée dans la Tribune de Genève.

Cet encart publicitaire est estampillé par les partis politiques Mouvement Citoyen Genevois (MCG) et la Ligue des Tessinois. C’est le comité d’Egerkingen qui produit cette publicité et qui a fait parler d’elle peu de temps après. Ce comité est, entre autres, à l’origine de l’initiative populaire « contre les minarets ».

Bien que l’argument central mérite analyse, notre attention sera particulièrement posée sur les éléments fallacieux qui l’enrobent. Voici certains points numérotés qui seront développés par la suite.

musulmans-suisse-points-etudies

Figure 2 – Ordre des points relevés pour notre critique.

Sur la forme

Tout d’abord, cet encart publicitaire est très voyant sur la page du quotidien suisse, cela pour plusieurs raisons :

Le titre (1), accrocheur, en grands caractères et de couleur rouge, attire fortement l’attention.

Vu globalement, l’élément qui prédomine est le graphique. Celui-ci occupe la majorité du visuel. Il comporte un remplissage rouge sous la courbe (2), soulignant la notion d’accumulation. Le rouge est une couleur fortement porteuse de sens, mais sans trop interpréter, on peut dire que c’est une couleur impactante, généralement utilisée pour suggérer le danger, la guerre, le sang. On pourrait presque parler d’un effet impact basé sur la couleur. Le même visuel avec une petite touche à la Andy Warhol sera probablement perçu différemment  :

Évolution musulmans en Suisse, autre couleur

Figure 3 – Publicité dans la Tribune de Genève, couleurs modifiées.

 

Toujours sur le graphique, la courbe continue après 2013 (3) sans qu’on ne sache si elle rapporte des valeurs prévisionnelles sourcées. On peut largement supposer qu’il n’y a aucune valeur à l’origine de cette extrapolation dans le futur. L’aspect exponentiel de la courbe n’est donc qu’un effet visuel. De plus, le plafonnement de la courbe à la limite supérieure de l’image crée un effet de seuil, de débordement : les Musulmans vont bientôt remplir la Suisse !

Un des premiers réflexes à avoir face à un graphique est de regarder les échelles. Ici, l’échelle du bas, en abscisses, (4) n’est pas respectée (certes pas de beaucoup…) 1. On peut regretter que l’échelle des ordonnées soit si ample et que, par conséquent, le graphique prenne l’ensemble du visuel, limitant tout argumentaire par le texte. C’est en s’amusant à jouer sur les axes qu’on se rend le mieux compte des usages « subjectifs » d’un graphique :

Musulmans en Suisse avec échelle des ordonnées réduite

Figure 4 – Publicité dans la Tribune de Genève, échelle des ordonnées modifiée.

Enfin, l’image d’une femme drapée du niqab est placée dans l’espace rouge sous la courbe (5), sorte de « légende » permettant d’indiquer de manière figurative et menaçante à quoi fait référence cette zone rouge grossissant sans cesse. Nous verrons que cette représentation pose un problème de fond.

Sur le fond

Cette illustration placée sous la courbe est typiquement l’image fallacieuse de la musulmane. Cette image n’est pas du tout représentative des Musulman·e·s et nous sommes en face d’une généralisation abusive très insidieuse car supposée par une simple image. En effet, suivant les estimations, 2000 femmes porteraient le voile intégral en France sur une population musulmane d’environ 5 millions selon Samir Amghar 2. Le rapport est vite fait si on l’extrapole à la Suisse avec ses 320000 Musulmans : cela ferait 128 personnes (en prenant en compte que les pays de provenance sont équivalents en terme de culture du port du voile). On peut même trouver le chiffre d’environ 10 burqa portées en Suisse en 2010 3.

Ensuite, on doit s’interroger sur la provenance des chiffres liés à la construction de ce graphique. En effet, on peut remarquer que les sources (6) de ce seul graphique ne sont pas homogènes.

Figure 5 – Grossissement des sources à l’origine du graphique.

Les valeurs de 1970 et 2000 proviennent de l’Office fédéral de la statistique et que la valeur pour 2013 provient de la FOIS (Fédération d’organisations islamiques de Suisse), fédération difficile à trouver sur le Web avec une recherche en français et pour cause leur site est en suisse allemand. Merci à Richard Monvoisin pour la recherche en langue germanique qui nous a permis de mettre la souris sur cette fédération. Cependant, aucune trace de cette valeur pour 2013. Intéressons-nous tout de même à ce chiffre de 500000 Musulman·e·s pour l’année 2013 (7). Si on cherche un peu, on trouve rapidement des valeurs pour les années après 2000. Par exemple, l’office fédéral de la statistique donne le chiffre de 328011 pour l’année 2012 4. Il est difficile d’imaginer une augmentation de 172000 Musulmans en 1 an… On peut aussi trouver la valeur de 310800 en 2005 5 et la valeur de 433000 pour l’année 2010 avec une projection à 663000 pour l’année 2030 ! 6. Dans tous les cas, la valeur de 500000 pour l’année 2013 est largement sur-évaluée. Le graphique avec les données scientifiques n’a donc pas du tout le même impact :

graphique-population-musulmane-suisse

Figure 6 – Évolution de la population musulmane en Suisse depuis 1970.

Directement lié à ces chiffres, l’analyse du titre est donc importante. Il commence par le terme « bientôt » (8) qui, ici, fonctionne comme un effet paillasson. Que veut-dire « bientôt » ? Est-ce le « bientôt » biologique (dans 1 an ?), le « bientôt » populationnel (dans 10 ans ?) ou le « bientôt » géologique (dans 100000 ans ?). Quoi qu’il en soit, l’effet paillasson fonctionne et tout le monde s’entend sur une arrivée imminente… de l’ordre de quelques années tout au plus… Enfin, ce chiffre de 1million (9), comme on l’a dit juste au-dessus, est  imaginaire. En se basant sur la référence citée plus haut (et qui semblait déjà être dans la tranche haute des projections), on arriverait à 663000 en 2030. En gardant le même rythme (soit une croissance d’environ 12000/an), on arriverait à 1 million en 2058 (!!), date à laquelle j’aurais peut-être déjà cassé ma pipe… Le « bientôt » est donc tout relatif.

Ensuite, « l’argumentaire » se base sur le fait que le nombre de Musulman·e·s en Suisse ne fait qu’augmenter, et ceci de manière vertigineuse. Si on compare à d’autres religions, on remarque effectivement que le pourcentage de Protestant·e·s et Catholiques baisse depuis 1970 (il baisse aussi légèrement en valeur absolue 7). Par contre, le pourcentage de « sans confession » passe de 1.2% en 1970 à 21,4% en 2012. Peut-on crier pour autant à l’augmentation drastique des personnes sans religion ? Et pour répondre à cela, faut-il pour autant fermer les frontières pour empêcher les personnes sans confession d’entrer dans le pays ? Le problème pour ces deux partis politiques n’est donc pas la croissance d’un certain groupe social mais bien la croissance de ce groupe social en particulier : c’est un exemple d’effet bi-standard motivé par une volonté de stigmatisation.

Dès lors, étudions de plus près le lien argumentatif qui est fait entre taux de Musulman·e·s et immigration (10).

A première vue, le lien de cause à effet semble « intuitif », entre l’accroissement de la population musulmane et l’immigration. C’est sous-estimer 1) les conversions de natifs suisses, 2) l’accroissement « naturel » de la population musulmane installée en Suisse, en présumant que les enfants tendent à suivre le culte de leurs parents, quelle que soit ce culte.

Cependant, si on compare la croissance de la population musulmane à ce qu’on attend avec une simple croissance « naturelle », il est clair que la différence est importante et que l’immigration doit expliquer en grande partie ceci. Mais penchons-nous sur l’immigration en Suisse, qui est connue pour être importante (11).

D’après les données de l’Office fédéral de la statistique 8, les Suisses ont tendance à quitter le pays alors que l’immigration est relativement importante. N’oublions pas qu’il est parfois plus intéressant de regarder le solde migratoire 9. Le solde migratoire prend en compte l’émigration et il est difficile de critiquer l’immigration forte d’un certain groupe social si l’émigration de ce même groupe social est équivalente : cela signifierait que le nombre de personnes appartenant à ce groupe n’augmente pas au cours du temps.

En Suisse, le solde migratoire des Étrangers est de 89500 alors qu’en comparaison, le solde migratoire total de la France métropolitaine depuis vingt ans oscille entre 35000 et 115000, pays huit fois plus peuplé que la Suisse : l’immigration est donc forte, l’émigration faible, pour les étrangers en Suisse. Regardons de plus près ce solde migratoire des étrangers en Suisse : pour un total de 89500, 65100 sont des Étrangers provenant de l’intérieur de l’Union européenne, 6600 des autres pays d’Europe dont la Turquie, 6400 de pays d’Afrique, 8200 de pays d’Asie. 10. Ces chiffres renvoient à des nationalités et on ne peut qu’extrapoler le nombre de Musulman·e·s (je n’ai pas trouvé le chiffre mais si vous l’avez, prévenez-nous !). On peut supposer que le pourcentage de Musulman·e·s pour les Étrangers·ères provenant de l’Union européenne reste faible (prenons 10%, marge haute, soit 6500 personnes). Difficile de se positionner pour l’Afrique et l’Asie en terme de confessions mais si on garde les proportions respectives de 33% de Musulmans pour ces deux zones 11, cela donne respectivement 2130 et 2730 personnes. Pour les autres pays d’Europe, on peut raisonnablement garder le même pourcentage car certains pays comme la Turquie sont à 98% mais d’autres comme la Slovaquie sont à 0,1%. Avec ce calcul à la louche, on peut estimer que le solde migratoire des Musulmans doit être d’environ 12020 personnes, sur un total de 89500 soit 13,4%. Si on reste sur le lien de cause à effet avec l’immigration (10), nous sommes dans un cas de tri des données.

Au final, il ne semble pas que ce soit l’immigration qui soit en cause dans cette augmentation présumée « drastique » du nombre de Musulman·e·s en Suisse car la proportion de musulman·e·s prenant part à l’immigration n’est pas très élevée et on oublie l’accroissement naturel de la population musulmane. Certes, d’aucuns pourraient juger que l’immigration globale est importante en Suisse, cela pouvant entraîner divers problèmes démographiques, mais dans ce cas, la relation avec l’appartenance religieuse ne doit pas être prise en compte.

Nous sommes en outre face à un cas de Non sequitur : bien qu’une proposition puisse être vraie dans un sens (l’immigration en Suisse entraîne une augmentation du nombre de Musulman·e·s – ce que ne démontre pas cette publicité), elle ne l’est pas forcément dans l’autre (l’augmentation du nombre de Musulman·e·s en Suisse est la conséquence d’une immigration forte).

Conclusion

Nous avons ici un exemple d’argumentaire « à la hache », qui simplifie énormément le contexte, qui met de côté un grand nombre d’informations, qui propose une corrélation très discutable et qui utilise fortement la forme, le graphisme pour appuyer le propos. Faire la relation entre l’immigration et l’appartenance religieuse (présumée) ou culturelle est un exemple de création artificielle de causalité qui ne sert qu’un lieu commun arabo-islamophobe. Voilà donc un énième agglomérat d’impressions subjectives qui manufacturent l’opinion en cristallisant un stéréotype xénophobe classique 12.

 

Notes:

  1. Si on mesure le premier intervalle (1970-2000) on trouve 38mm ce qui fait du 1,26mm/an. Pour le deuxième intervalle de 13 ans, nous sommes donc sensé avoir 16,46mm sur le document. Or, il fait environ 19mm (ce qui d’ailleurs va à l’encontre de l’effet attendu, en atténuant l’effet exponentiel…).
  2. Samir Amghar est sociologue à l’université de Montréal. Référence trouvée dans cet article après une rapide recherche sur le Web.
  3. Selon une source de la BBC trouvée sur ce site.
  4. Chiffres issus des documents téléchargés en bas de cette page.
  5. Source : BBC.
  6. Chiffres disponibles sur PewForm.
  7. Chiffres disponibles ici.
  8. Données accessibles ici.
  9. Le solde migratoire est la différence entre le nombre de personne d’une certaine classe entrants et sortant de la Suisse. On peut donc avoir le solde migratoire total mais aussi le solde migratoire des Étrangers, des femmes, des plus de 25 ans, des pingouins, etc.
  10. Les données sont ici
  11. Voir le graphique suivant, sur Pewform et Nombre de Musulmans par pays, sur Wikipédia.
  12. Sur la question de l’évaluation subjective de l’immigration et du nombre de Musulmans, voir des ressources ici.