Enquête zététique sur le Père Noël

Hier, une amie m’a demandé si j’avais écrit ma lettre au Père Noël. J’étais très très embêté. À l’origine, le Père Noël n’est autre que Nicolas de Myre, évêque de son état. Contrairement à l’imagerie populaire, il était assez maigre, si bien que le grand monde, déjà très sensible aux modes, ne parlait que de se mettre dans la ligne de Myre. Certains l’appelaient aussi Nicolas de Bari, et de temps en temps Nico mais dans l’intimité seulement. Originaire de Patara, dans l’actuelle Turquie, il serait né en 270.  On l’a nommé au Moyen-âge patron des petits n’enfants et des écoliers, tant il était gentil. Il sauva également des marins en perdition et fit un miracle encore plus difficile que Jésus : il multiplia non les pains, mais la farine.

Le père Noël est un peu mytheux

Est-ce ceci qui l’a usé ? Lui qui fut un ancien enfant, comme vous et moi, mourut un 6 décembre certainement des persécutions raffinées de l’époque : cela donna un prétexte à la populace qui ne pense qu’à ça pour faire la fête, fête appelée dès lors la Saint Nicolas, ou Sinter Klass – évidemment, on aurait pu dire Saint Nico mais un peu de contenance ne fait pas de mal. C’est depuis cette époque que, rendant hommage au bon sens de Saint Nico patron des écoliers, on parle des fameux conseils de Klass.

À sa mort, il est dit que de sa tête jaillit une fontaine d’huile, ce qui est assez vexant ; et de ses pieds une source d’eau. Certains avancent que de tous ses membres, sortait une huile sainte qui guérissait nombre de gens. D’ailleurs, bien plus tard, lorsque les Turcs détruisirent la ville de Myre, 47 soldats italiens de Bari accompagnés de quatre moines leur ayant montré le tombeau de Saint Nicolas, ouvrirent celui-ci et trouvèrent ses os qui nageaient dans l’huile. Alors ils les emballèrent et les emportèrent chez eux (d’où l’autre nom de Nicolas « de Bari »).

Désormais les 6 décembre la fête fuse, on tirelipinponne sur le chihuahua et les cotillons jaillissent, surtout en Lorraine car, quelques années après l’arrivée des reliques du saint en Italie, un chevalier lorrain qui revenait de croisade passa à Bari, s’approcha de la relique et déroba… un doigt pour l’amener dans sa ville natale, Saint-Nicolas-de-Port. Bientôt des pèlerinages importants furent organisés dans cette petite ville, car il semblait que prier Saint Nicolas apportait des miracles : des chevaliers enchaînés par les Infidèles furent (soi-disant) miraculeusement télétransportés devant le portail de l’église de Saint-Nicolas-de-Port et Saint Louis lui-même fut sauvé de la noyade.

Le père Fouettard
Le père Fouettard

Depuis le XIIe siècle, on raconte que Saint Nicolas, déguisé, va de maison en maison dans la nuit du 5 au 6 décembre pour demander aux enfants s’ils ont été obéissants. Le soir venu, les enfants laissent leurs souliers devant la cheminée ou devant la porte avec du sucre, du lait, et une carotte pour la mule qui porte Saint Nicolas. Si les enfants sages reçoivent alors des cadeaux, des friandises, les méchants reçoivent quelques coups de trique bien ajustés par le compagnon de Saint Nicolas, le fameux Père Fouettard. La mule, elle, mange la carotte.

Mais c’est au XVIIe siècle où les choses se gâtent : désormais célèbre jusqu’en Europe du Nord, la cotillonnade du Saint-Nicolas s’exporte vers les États-Unis et nous transforme radicalement notre évêque ! D’abord, on l’appelle dorénavant Santa Claus; et puis, autre miracle, la mitre se change en sucre d’orge, en 1821. On se croirait dans Hänsel et Gretel, des frères Grimm, écrit 9 ans plus tôt ; puis Clément Clarke Moore, pasteur étasunien, rajoute des rennes, venus du froid, et malheureusement pas de Nîmes bien que la renne de Nîmes soit célèbre dans le monde entier. Par contre, je ne sais pas qui a ajouté ces gentilles fossettes, ni cet embonpoint qui, lui aussi, est rentré dans les mœurs écolières. En effet, n’avez-vous jamais surpris la maîtresse susurrer à un enfant rosi d’aise : « c’est bien, t’auras un embonpoint » ? Bref, Santa Claus, outre peau grasse, a fait peau neuve. Mais ce n’est pas fini ! Gardez-le pour vous, mais le premier costume rouge avec fourrure blanche, ainsi que la grande ceinture de cuir datent de 1860, d’une illustration de Thomas Nast, illustrateur et caricaturiste au journal new-yorkais Harper’s Illustrated Weekly.

Le père Noël, par Thomas Nast (1881)
Le père Noël, par Thomas Nast (1881)

Ce même Nast décida par la suite, en 1885 que l’antre du Papa Noël était au Pôle Nord, au moyen d’un dessin illustrant deux enfants regardant, sur une carte du monde, le tracé de son parcours depuis le pôle Nord jusqu’aux États-Unis. L’année suivante, l’écrivain étasunien George P. Webster reprenait cette idée et précisait que sa manufacture de jouets et sa demeure, pendant les longs mois d’été, est en fait cachée… dans la glace et la neige du pôle Nord. Enfin c’est Coca Cola qui, en 1931, sous le pinceau de Haddon H. Sundblom, généralisa le rouge et blanc, l’air rougeaud et mielleux, et troqua la robe contre le pantalon. Détournement commercial en règle d’un mythe folklorique.

Illustration de H. H. Sundblom dans le  The Saturday Evening Post (1931)
Illustration de H. H. Sundblom dans le The Saturday Evening Post (1931)

Ainsi, le Père Noël bouffi n’est qu’un mixte entre un évêque et une campagne de Publicité, et Noël un hybride entre la (encore discutée) naissance de Jésus Christ et la mort d’un évêque turc. Si avec cela, vous parvenez à m’expliquer pourquoi on fait bombance à Noël d’une dinde qui en plus ne nous a rien fait, je vous tire mon chapeau.

Mais passons à des considérations d’ordre physico-chimique, si vous le voulez bien.

Des chercheurs très talentueux ont essayé d’évaluer, sur un curseur « vraisemblance », la validité des hypothèses tendant à montrer « l’existence du Père Noël ». Leurs résultats étaient somme toute édifiants, mais entachés de plusieurs erreurs de calcul. Réexaminons-les.

Premier problème de taille : aucune sous-espèce connue de renne Rangifer tarandus ne sait voler.

Bien que soient estimés à 300.000 espèces les organismes qui doivent encore être découverts et classifiés (dont la majorité est constituée d’insectes et de germes divers), cela ne justifie en rien l’existence des rennes volants que seul le Père Noël utilise. Et bien que l’une des dernières ait épongé ses dettes de tiercé avec l’argent de l’État, même les rennes d’Angleterre ne volent pas…

Jeux Olympiques 2012
Reine volante, Jeux Olympiques 2012

Bon… admettons que le père Noël, balèze, ait trouvé des rennes volants.

Il y a environ 2 milliards d’enfants dans le monde. Puisque le Père Noël ne semble pas desservir les populations musulmanes, hindoues, juives et bouddhistes, ni les Témoins de Jéhovah, ni les Gitans, cela réduit à environ 55 % le nombre d’enfants à desservir, soit environ 1,1 milliards de lardons. Jaugeons à 35 % d’enfants sages, et nous tombons sur la bagatelle de 375 millions d’enfants à récompenser.

D’après les données des derniers recensements effectués, il y a une moyenne d’à peu près 3,5 enfants par foyer : on évalue ainsi à environ 107 millions de maisons à visiter en supposant qu’il y ait au minimum un bon enfant dans chacune d’elles et que les enfants sages ne soient pas tous par paquets dans les mêmes familles. Le Père Noël dispose de 31 heures d’obscurité, le jour de Noël, pour effectuer son travail (en tenant compte des différentes zones horaires, de la rotation terrestre, et en supposant qu’il voyage d’Est en Ouest pour avoir plus de nuit). Cela signifie 958,8 visites de domiciles par seconde.

De façon pratique, cela signifie que pour chaque résidence ayant au moins un bon enfant, le Père Noël a à peine plus d’un millième de seconde pour stationner, sauter hors du traîneau, donner du foin1 aux rennes, se laisser tomber dans la cheminée, retrouver à l’odeur à qui est tel ou tel chausson, remplir les chaussons en conséquence, distribuer le reste des cadeaux sous l’arbre de Noël, manger le casse-croûte qui a été laissé à son intention, remonter la cheminée, grimper dans le traîneau et se mettre en route vers la prochaine résidence.

En supposant que chacun de ces 107 millions d’arrêts soient aléatoirement distribués autour de la surface terrestre, (ce qui bien sur est faux mais reste acceptable dans le cadre de cette démonstration) et prenant en compte le fait que 2/3 de la surface de la planète sont immergés et que les populations humaines sont fortement concentrées aux mêmes endroits, nous obtenons donc une distance moyenne inter-foyer approximative de 3 kilomètres : et donc un périple total d’une distance de 321 millions de kilomètres, sans compter les arrêts fourrage pour les rennes et les pauses pipi.

Modèle seconde peau, pour soirée d'hiver
Modèle seconde peau, pour soirée d’hiver

Cela signifie que le traîneau du Père Noël se déplace à 2876 kilomètres par seconde, dix mille fois la vitesse du son. À titre de comparaison, le plus rapide artefact d’origine humaine, la sonde spatiale Ulysse, se déplace à une vitesse poussive de 43,8 kilomètres par seconde. Un renne conventionnel, lui, se déplace à une vitesse maximale de 24 kilomètres à l’heure, et encore, avec des anabolisants.

La charge portée par le traîneau est elle aussi un paramètre non négligeable. En supposant que chaque enfant ne reçoive rien de plus qu’un jeu Lego de grandeur moyenne (un kilogramme), le traîneau transporte alors 375 000 tonnes (puisqu’il y a 375 millions de boîtes d’1 kilogramme), sans compter le Père Noël, qui est invariablement décrit comme souffrant d’embonpoint. Or, sur le plancher des vaches, les rennes conventionnels ne peuvent tirer plus de 150 kilos de marchandises.

Alors même si l’on accordait aux rennes volants une capacité de traction dix fois plus grande que la normale, il serait impossible de faire le travail avec huit ou neuf rennes : il faudrait 250.000 de ces rennes spéciaux (qui pèsent autour de 200 kilos chacun), tous ces rennes augmentant bien entendu le poids total à un sommet de 375 000 + 250 000 x 0,2 soit 425 000 tonnes, autant dire près de 10 fois le poids du Titanic (46328 tonnes) – et nous ne tenons pas compte du poids du traîneau lui-même.

425.000 tonnes voyageant à 2 876 kilomètres par seconde créent une résistance énorme à l’air, chauffant les rennes de la même manière que la navette rentrant dans l’atmosphère terrestre. Si l’on considère les frottements dans l’air proportionnels au carré de la vitesse, alors les rennes de tête absorberont quelque chose de l’ordre de quelques milliards de milliards de joules d’énergie. Par seconde. Par renne.

CorteX_HalleyEn résumé, ils exploseront en flammes presque instantanément, exposant les rennes adjacents à des dommages collatéraux sévères et créant des boums soniques assourdissants lors de leur passage au-dessus des agglomérations endormies et sereines. Au fur et à mesure de sa mission, le Père Noël laissera derrière lui un sillage de bangs soniques assourdissants et une cohorte ininterrompue de rennes carbonisés. L’attelage entier de rennes sera vaporisé en moins de 4,26 millièmes de seconde.

Pendant ce temps, le Père Noël sera sujet à des accélérations 300 000 fois plus fortes que la force gravitationnelle. Si l’on en croit les chercheurs, un Père Noël de 125 kilos (ce qui semble très optimiste) serait écrasé au fond de son traîneau par une accélération de quelques millions de newtons, de qui devrait définitivement guérir son cholestérol, lui broyer les os, pulvériser sa chair, le transformant en gelée rose et lui enlevant toute velléité de recommencer. En d’autres termes, si le Père Noël essaie de distribuer des cadeaux le soir de Noël à tous les petits garçons et à toutes les petites filles qui le méritent sur la surface de la Terre, il finira en purée carbonisée, dans un sillage de rennes incandescents

Conclusion

Il semble probable que le père Noël, s’il a existé, soit mort carbonisé et/ou aplati depuisCorteX_pere-noel-est-une-ordure longtemps. L’apparition miraculeuse du Père Noël, rapportée de nombreuses fois, reste donc pour les plus grands scientifiques une donnée inexplicable. Mais comme, lorsqu’il passe, tout le monde dort à poings fermés, nous pensons que la croyance dans le père Noël est un choix métaphysique qui relève de chaque enfant, et de lui seul. À la manière d’un Monstre en spaghetti volant, d’une licorne invisible et rose ou du dragon dans le garage de Carl Sagan et Ann Dryuan. Un enfant zététicien comprendra vite qu’au fond, y croire ou pas, ça ne change pas grand chose : le père Noël est un objet mental tenace, un mème dominant dirait Dawkins, porté par une énorme entreprise commerciale.

 Richard Monvoisin

Cet article est une version à peine remaniée de celle publié en 2004 sur le site de l’Observatoire zététique.

Médias & histoire – Alexis Corbière propose d'introduire un « enseignement critique » du jeu vidéo à l'école

Voici un article paru dans Libération, Écrans le jeudi 4 décembre 2014 qui ravive une question-leitmotiv chez le penseur critique : peut-on laisser la science historique se faire malmener impunément ?
Au CORTECS, nous pensons que toute personne a droit de raconter ce qu’il souhaite, sur le sujet historique de son choix – même s’il s’agit de négationnisme simplet, d’ouranisme mal dégrossi, de nostalgisme clovissien, etc. Par contre, il faut systématiser un accompagnement pédagogique, pour que le lecteur ou le consommateur puisse se faire une opinion élaborée. Ainsi peut-il en être d’une notice dans la page d’introduction de Tintin au Congo ; d’une explication préalable dans le DVD de Lorant Deutsch du genre « ceci est une lecture orientée de l’histoire de France : prenez plaisir mais restez vigilant, car il ne faut pas prendre ce matériel au pied de la lettre ». Ainsi peut-il en être dans les jeux vidéos – la sortie d’Assassin’s Creed Unity sur la période révolutionnaire ayant attisé les discussions sur les mésusages de l’histoire.

Le credo des assassins de la Révolution

Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de gauche, revient sur le débat qu’il a lancé à propos de la vision déformée de la Révolution française dans le jeu « Assassin’s Creed Unity ».

Qui ne voit pas les dangers d’une mémoire blessée, déformée, reformatée ? Qui peut croire que la façon dont une société transmet son Histoire est une chose innocente ? Qui peut estimer que la manière dont nos concitoyens appréhendent l’acte de naissance de la République, c’est-à-dire la Révolution française, est anecdotique sans incidence sur notre avenir commun ?

Il y a là sujets qu’il faut prendre très au sérieux.

C’est pourquoi, il y a quelques semaines, avec Jean-Luc Mélenchon (1), nous avons protesté contre Assassin’s Creed Unity, un jeu vidéo ayant pour décor la Révolution française. Amplifiée par la surprise de nous retrouver sur un terrain inhabituel où l’on ne nous attendait pas, notre controverse a pris un retentissement non seulement en France, où beaucoup de joueurs et de spécialistes de ces univers ont apprécié que des responsables politiques s’intéressent enfin à cette production culturelle qu’est le jeu vidéo, mais aussi dans plusieurs dizaines de pays étrangers, jusqu’aux colonnes de Newsweek et du New York Times.

Contre quoi protestons-nous au juste ? D’abord contre une honteuse bande-annonce diffusée par la société Ubisoft productrice du jeu, qui fait de la Révolution un moment repoussant d’une violence extrême, perpétrée par un peuple parisien sanguinaire et déchaînée par un abject Maximilien Robespierre, dictateur fou auprès duquel Néron et le Comte Dracula feraient figure de despotes indolents.

Notre critique ne s’arrête pas là. Comme d’usage dans la série de jeux Assassin’s creed dont c’est le cinquième épisode, le joueur se glisse dans la peau d’un personnage qui poignarde et assassine au gré des missions qu’il accomplit, ici dans une reconstitution 3D époustouflante du Paris de la fin du XVIIIe siècle. Entre ces combats virtuels, des séquences à prétention pédagogique sont censées nourrir l’intrigue en présentant des personnages historiques. Ainsi le joueur rencontrera notamment le marquis de Sade, Georges Danton, Napoléon Bonaparte et Maximilien Robespierre.

A la lumière des moyens exceptionnels investis par Ubisoft (plus de 200 millions d’euros rapporte la presse), notre indignation n’est que plus grande. Car Robespierre est systématiquement présenté de façon grossière, dénué de toute pensée, faisant exécuter ses opposants pour des futilités et prenant plaisir à les voir guillotinés avant que l’un des personnages principaux, guidé par le joueur, finisse par lui fracasser la mâchoire d’un coup de pistolet !

On nous a rétorqué qu’il s’agit d’une œuvre de fiction. Certes. Nous sommes des ardents défenseurs de la liberté de création. Mais ici, la manière dont le personnage de Robespierre s’exprime tient davantage de la propagande que de la licence poétique. Pour ne donner qu’un exemple, cité par Newsweek, en m’étonnant qu’il soit passé sous silence dans les journaux français, le jeu fait dire à Robespierre : « Je veux tuer le plus de gens possible. Ma croisade génocidaire commence ici et maintenant ». La référence, sans fondement historique et parfaitement anachronique, à un «génocide» pour décrire la Révolution témoigne d’une inspiration directement puisée dans la vulgate de l’extrême droite. Pour preuve, la reconnaissance d’un prétendu «génocide vendéen», dont Robespierre serait le responsable, a déjà justifié le dépôt de projets de loi par les députés du Front national, fort heureusement rejetés par les Assemblées. Que vient donc faire ce parti pris réactionnaire dans un jeu pour le grand public ?

Ceux qui hausseront les épaules au motif qu’il ne s’agit après tout que d’un jeu feront une grave erreur, symptomatique d’un mépris des formes modernes de la culture populaire. Le jeu vidéo est aujourd’hui une industrie culturelle qui mobilise au niveau mondial des sommes plus importantes que l’industrie du cinéma. Ses produits passionnent désormais des millions de nos concitoyens, autant voire plus que la littérature, le théâtre et même le cinéma. Par respect pour les joueurs et pour les créateurs, le jeu vidéo, mérite, comme les autres arts, la critique tant sur ses qualités techniques et esthétiques, que ses contenus idéologiques.

Et pour dire les choses simplement, tolérerait-on un jeu présentant le capitaine Dreyfus comme un espion à la solde de l’Allemagne ou Jean Moulin comme un chef de la Collaboration ? Aussitôt, le scandale serait énorme et parfaitement légitime. Alors, pourquoi accepter ainsi sans réagir l’acharnement d’Assasin’s Creed à déformer les faits, calomnier les principaux acteurs et faire détester la Révolution ?

Car enfin, ouvrons les yeux. Ce jeu offre aux joueurs de passer au minimum une centaine d’heures dans l’environnement bluffant d’un Paris révolutionnaire reconstitué. Durant toute sa scolarité, de l’école élémentaire au baccalauréat, un élève français se verra proposer au mieux 20 à 25 heures sur l’histoire de la Révolution, quatre fois moins qu’un seul parcours du jeu vidéo ! Et la Révolution française est totalement absente des programmes d’examens du secondaire.

C’est pourquoi, je voudrais faire deux propositions. Il est temps que l’Éducation nationale, comme elle le fait pour la littérature, l’image et le cinéma, propose un enseignement critique du jeu vidéo. Cela pourrait être l’occasion dans une meilleure prise en compte des centres d’intérêt de la jeunesse de réconcilier le plaisir du jeu et celui d’apprendre. D’autre part, le programme des classes de Terminale prévoit que les élèves, alors à la veille de leur majorité, réfléchissent au «rapport des sociétés à leur passé». Est aujourd’hui proposée, au choix du professeur, une étude : «L’historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale» ou «L’historien et les mémoires de la guerre d’Algérie». Ne serait-il pas pertinent d’y ajouter la question des représentations et interprétations de la Révolution ?

Ne laissons pas la mémoire de la Grande Révolution se faire poignarder.

(1) Les créateurs d’Assassin’s creed unity véhiculent une propagande réactionnaire sur la Révolution Française sur le blog d’Alexis Corbière et Le lendemain et même ensuite sur le blog de Jean-Luc Mélenchon.

Alexis CORBIÈRE

Note : outre nombre de descriptions, un léger contrepoint est apporté dans l’émission du 9 décembre 2014 de la Marche de l’histoire sur France Inter. Télécharger

 

couverture les mondes insurgés

Manuel d'histoire critique et altermanuel d'histoire contemporaine

Parution d’outils prometteurs : le manuel d’histoire critique, hors-série du Monde diplomatique, et Les Mondes insurgés, altermanuel d’histoire contemporaine, chez Vuibert ; deux tentatives de sortir des vulgates et autres romans nationaux si chers à Lorànt Deutsch et ses collègues narrateurs.

 Nous ne les avons pas encore lu, mais nous les avons commandés*, et avons écouté Benoît Bréville et Laurence de Cock, deux des co-auteurs des ouvrages, lors de l’émission La Fabrique de l’histoire, sur France Culture, le 19 septembre 2014, ici, ou bien ci-dessous.

Télécharger pour se ballado-cultiver

Avec ces ouvrage, le Monde Diplomatique s’attaque aux idées reçues sur le passé (1830-2010).

Présentation :

Visage de Benoît Bréville
Benoît Bréville

Les Français se passionnent pour l’histoire. Mais laquelle ? Les médias en proposent une version superficielle et conservatrice, où foisonnent les images d’Epinal et les grands hommes. Dans les manuels scolaires, chiffres, dates et traités défilent comme les noms d’un annuaire.

Le Monde diplomatique a conçu un contre-manuel accessible, critique et exigeant. Une équipe d’universitaires, de journalistes et de professeurs d’histoire-géographie y retrace l’évolution du monde de la révolution industrielle à nos jours : grands événements, transformations sociales, débats intellectuels, découvertes scientifiques…

Ce contre-manuel ne se contente pas d’énoncer des faits : il les explique, les compare, les met en perspective. Il souligne les résistances et les jeux d’influence. Le propos s’adosse à une cartographie originale ainsi qu’à une iconographie qui privilégie le travail des artistes plutôt que des images convenues.

Parce que le passé est une construction qui varie suivant les pays et les configurations politiques, Le Monde diplomatique a également sélectionné de nombreux extraits de manuels scolaires étrangers (chinois, algérien, israélien, etc.).

visage de Laurence de Cock
Laurence de Cock


Cet ouvrage s’adresse aux enseignants, aux lycéens, aux étudiants. Et surtout à tous

ceux qui veulent que l’histoire ne soit pas le musée de l’ordre, mais la science du changement.

 
 
Pour aller plus loin :

* Au jour du 30 septembre 2014, RM a reçu le Manuel critique. Pour l’instant, 20 pages lues, c’est remarquable.