Matériel pédagogique Médias & science

Ayant axé mon travail de recherche sur le sujet des interactions sciences et médias, je suis avec attention les critiques de la médiatisation, vulgarisation, publicisation. J’avoue que je suis souvent déçu, car la fonction de vulgarisation est toujours présentée comme « bonne en soi », et le vulgarisateur comme un bon apôtre qui vient évangéliser l’ignare.
La plupart du temps, il manque une analyse socio-politique de l’enjeu de cette vulgarisation : progressisme technologique larvé mercantile, fabrication du scoop, vente d’espoir thérapeutique,  communication d’entreprise et publi-reportages sur des enjeux purement politiques, Soap-science et effet Canada dry (on nous vend un article comme « tout ce qu’il faut savoir sur la mécanique quantique » en deux pages), etc.
J’ai passé du temps dans Pour une didactique de l’esprit critique à montrer que les médias dits scientifiques répondent plus volontiers à la nécessité de se vendre qu’à celle d’éduquer les citoyens intéressés qui aimeraient faire leurs choix politiques en connaissance de cause. Or j’ai remarqué qu’un certain nombre d’étudiants ou de doctorants-moniteurs ont des cours et des stages de vulgarisation où ils apprennent exactement ce que je dénonce : procédés rhétoriques séduisants, raccourcis fallacieux, mises en scène populistes, « bonté » du vulgarisateur qui fait descendre la bécquée intellectuelle au profane. En 2006 j’ai monté un stage pour doctorants-moniteurs intitulé « Médias & pseudosciences, quand la science se met en scène« , au Centre d’Initiation à l’Enseignement Supérieur de Grenoble. En 2011, avec ma collègue Guillemette Reviron, nous avons propagé ce stage à Montpellier.
Ci-dessous, nous mettrons à disposition de trop rares ressources qui peuvent contribuer à étoffer un cours d’analyse critique de la vulgarisation scientifique.
Richard Monvoisin

 


 

La médiascience

20 mai 2011, en écoutant Science Publique de Michel Albergonti, sur France Culture, je découvre la notion assez vague de médiascience, du professeur belge Michel Classens.

Après la vulgarisation et la médiatisation, voire la médiation, de la science, voici la médiascience. CorteX_Classens_allo_ScienceLe mot peut d’autant plus surprendre qu’il n’existait, semble-t-il, pas avant que Michel Claessens, professeur à l’université libre de Bruxelles, n’utilise ce néologisme dans son dernier livre intitulé Allo la Science , analyse critique de la médiascience.

Ces enjeux dépassent désormais largement leur contribution, pourtant essentielle, à la constitution de l’honnête « homme », cet être surgissant au 17e siècle  et que Montaigne a défini en donnant sa préférence à une tête bien faite plutôt que bien pleine. Aujourd’hui, la science se glisse dans la plupart des sujets d’actualité. Parmi les plus récents, on peut citer le séisme du Japon et la catastrophe nucléaire de Fukushima, l’exploitation des gaz de schiste ou même, les interprétations psychiatriques du comportement sexuel de Dominique Strauss Kahn… Désormais, les connaissances scientifiques sont sans cesse convoquées pour participer au débat démocratique. Mais les éclairent-elles vraiment ?

Se regroupent alors pour discuter autour de Monsieur Classens Pierre-Henri Gouyon, biologiste spécialisé en sciences de l’évolution, professeur au Muséum national d’histoire naturelle de Paris, que nous connaissons bien, Jean-Yves Nau, journaliste à Slate.fr et Benjamin Dessus, ingénieur et économiste.

L’émission est assez brouillonne, ne garde pas toujours un fil directeur clair et conclut en queue de poisson, aussi ai-je tronçonné quelques morceaux choisis. Ici se trouve l‘émission complète, pour tout écouter ou comparer mes coupes.

Morceaux choisis

P-H. Gouyon distingue science et technique, J-Y. Naud pointe le caractère consommatoire des sujets traités par Slate, et P-H.Gouyon fait plaisir à entendre : « le boson de Higgs, on s’en fout« .

Je défendais cette idée dans Pour une didactique de l’esprit critique en ces termes :

« La particule qui va révolutionner la physique » titrait La Recherche en mai 2003. Ne devrions-nous pas attendre qu’elle la révolutionne effectivement ? (En arrière-plan, une lutte politique entre deux grands laboratoires, occultées par cette quête totalement construite pour l’Opinion Publique.) (p. 302).

et je proposais une fiche pédagogique sur le sujet (Annexe – Fiche pédagogique N°17 – Scénario du Graal et de la recherche scientifique de Dieu, p. 404)

Sur les OGM. P-H. Gouyon introduit la notion de conflit d’intérêt comme moteur du traitement de l’information. Il avance un argument qui, aussi vraisemblable soit-il, peut être pris pour un procès d’intention : la répartition géologues climatosceptiques / écologues non-climatosceptiques n’est pas due par hasard et est le produit d’un conflit d’intérêt. Peut-on l’étoffer ? Je vais écrire à P-H. Gouyon pour le lui demander.

La question des sciences dans les médias. Il est question des risques de Fukushima, de la vache folle, des chiffres du nucléaire et même de l’impact sur les déclarations médiatiques dans les pages de Wikipédia.

P-H. Gouyon, sur le principe de précaution et l’évaluation des risques. Il prend l’exemple du projet Génoplante. Benjamin Dessus amène le sujet sur le manque de prospective, avec l’exemple de la voiture électrique.

P-H. Gouyon dénonce la métaphore du « décodage » ou « décryptage » du génome. C’est la première fois que j’entends ça dénoncé aussi ouvertement ! J’ai alors réouvert ma thèse page 289, au chapitre des scénarisations type « odyssée », et surtout à l’annexe 20 (Analyse pédagogique du Graal génétique qu’est l’ADN des gènes), et j’ai exhumé matière à TP pour étudiants en biologie / journalisme (à venir).

 

M. Albergonti se fait taquiner sur son choix de parler en introduction de l’affaire D. Strauss-Kahn, et répond de manière assez claire. Nuance est faite entre information/communication et science, et sur le flot d’informations immédiates non vérifiées, que ce soit sur l’arrestation de DSK ou sur l’accident de Fukushima.

 

Extrait N°7(min 49-50)   Téléchargez.

P-H. Gouyon lance deux appels pour améliorer cette médiascience : que la recherche sur la connaissance (et non la technologie) redevienne subventionnée par l’Etat, et qu’on arrête de maltraiter l’art du documentaire scientifique.

 


 

La fabrication du scoop et autre scénarisation de l’information scientifique

Un exemple à exploiter : le numéro 1123 de Science et Vie paru en avril 2011 et qui titrait : « La vie serait quantique ! »

 

CorteX_SV_la_vie_serait_quantique

S&V n°1123, avril 2011 : « La vie serait quantique : les révélations des physiciens sur l’ADN, la photosynthèse, les enzymes… »

On retrouvera la version complète de cette analyse ici.

 

Création du scoop – effet impact

 

Ici, un événement est proposé au lecteur. Pas à lui seulement d’ailleurs puisque le quidam qui passera devant l’affiche publicitaire du magazine sera lui aussi soumis à ce scoop : « la vie serait quantique ». On aura le temps de lire certainement le sous-titre qui parle de « révélations » et de « l’ADN », tout pour créer l’événement, événement au sens d’inattendu puisque l’on nous parle de révélations. Arrêtons-nous pour commencer sur ce terme qui figure à la une de la revue : qu’évoque-t-il exactement ? Plus précisément, comment est-il connoté ? Si sa définition (ce qu’il dénote) est aisée à trouver (porter à la connaissance une information inconnue), on s’aperçoit qu’il va également activer tout un champ lexical lié à ce qu’il connote, comme la révélation divine (Dieu communique la connaissance à l’Humain), la découverte miraculeuse d’une information dissimulée, ou bien encore une donnée nouvelle et qu’il a fallu extraire de haute lutte pour la porter aux oreilles du public.

Si en lisant ces lignes vous vous dîtes que c’est une interprétation personnelle et exagérée de ce terme, imaginez simplement dans quels contextes le mot révélation est habituellement utilisé. Affaire judiciaire : les révélations du présumé coupable. Contexte religieux : la révélation faite aux prophètes par le Tout Puissant. Ambiance Gala/Voici/Paris Match : les révélations sur les fréquentations de Johnny. Politique : la vérité sur le 11 septembre : les révélations des autorités américaines. Etc.

La connotation de ce mot est puissante et évoque sans qu’on s’en rende compte un fait caché, qui doit être porté à notre connaissance. On pourra ainsi parler d’effet impact pour ce terme avec un fort penchant pour le mystérieux et le sensationnel.

Mais l’effet impact le plus fort est sans doute celui du mot quantique. Pour exprimer ce que l’on peut ressentir en lisant ce terme – qui plus est accolé au mot « vie » – nous n’avons pas trouvé mieux que ce qu’écrivait notre ami Richard Monvoisin dans un article à paraître :

La mécanique quantique est actuellement la théorie scientifique qui crée le plus fort complexe d’infériorité intellectuelle. Il y a bien la Relativité, qui n’est pas mal non plus, tout comme la Théorie du Chaos, mais aucun autre terme ne conjugue autant science, mystère et complexité intellectuelle que le mot quantique.
Mécanique quantique. Il faut le dire dans un murmure, avec un air un peu mystérieux et les yeux plissés. En susurrant « méca-Q », comme les initiés, ou en l’écrivant MQ comme je le ferai dans la suite de cet article, on pense à Einstein, on pense aux Bogdanoff, on se dit qu’on pénètre là dans le temple de Delphes, dans la sacristie de la connaissance où tout est tellement obscur qu’il est difficile d’y distinguer un authentique prix Nobel de physique d’une paire de jumeaux russes médiatiques.
Au lycée, avant que je l’étudie pour de bon, le mot quantique était pour moi ce que le feu rouge des Humains est pour Louie, le roi des singes dans Mowgli : j’y voyais un pouvoir qu’il fallait acquérir à tout prix. J’avais envie de m’approcher, de pénétrer des connaissances interdites, mais avec cette peur de me brûler, de devenir fou, de savoir ce qu’il ne faut pas savoir, même d’approcher Dieu et de vérifier si effectivement il joue ou non aux dés.
Je n’avais pas du tout compris que je devais essentiellement cette fascination à un bon plan médiatique.

Quantoc : l’art d’accommoder le mot quantique à toutes les sauces. Richard Monvoisin, 2010

 

On peut toujours rétorquer que, bien entendu, si tout ceci est un peu exagéré dans la présentation, l’important est le sens de ce titre ! Eh oui, la vie serait quantique… que nous dit donc S&V sur ces « révélations » ?

La suite ici.

 

A plus tard pour de nouvelles aventures sur les rapports médias/science.

RM