Science politique – Réflexion critique autour de la notion d’identité européenne

CorteX_Clara_EggerClara Egger* est doctorante en sciences politiques à PACTE, laboratoire de recherche en sciences sociales (unité mixte CNRS – Université de Grenoble). Voici unCorteX_Europe_2e de ses contenus de cours, élaboré pour ses étudiants de l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble. Ce cours vise à ébranler, critiquer et requestionner une notion aussi floue que râbachée : la notion d’identité européenne.

Bonne lecture.

RM

 


Cette session de cours a été proposée en novembre 2012 à des étudiants de troisième année en sciences politiques à l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble dans le cadre d’une conférence de méthode sur la construction européenne et ses effets.

Le thème de la séance portait sur l’ »Europe des Peuples » et cherchait à interroger les mécanismes de rejet et d’adhésion à la construction européenne. Plus largement, la séance visait à questionner la construction d’une identité européenne par les institutions européennes et analyser les processus d’identification sur lesquels reposent les différents systèmes politiques.

Les étudiants étaient au nombre de 22 et étaient « captifs » pour trois heures. Je les connaissais depuis mi-septembre.

Voici le déroulement de la séquence.

 

1. Préparation

En amont du cours, il a été demandé aux étudiants de trouver un support (vidéo, chant, texte, images) illustrant une vision de l’identité européenne. Les étudiants sont invités à expliquer leur choix (support qui les choque, qui les interroge, qui représente leur vision de l’Europe).

 

2. Introduction du support choisi par l’enseignante

CorteX_clip_europeDans un premier temps, j’ai introduit un support, une vidéo d’un clip de la Commission Européenne de mars 2012 visant à promouvoir l’élargissement auprès des jeunes. La vidéo est restée quelques heures en lignes et a fait scandale car on y voit une jeune femme blanche (habillée comme Uma Thurman dans le film Kill Bill, de Q. Tarantino) se faisant agresser par des guerriers chinois, brésiliens et indiens maniant chacun un art martial national. Pour se défendre la jeune femme se dédouble jusqu’à former un cercle autour des guerriers les invitant à la négociation. Le slogan est : « the more we are, the stronger we are » : plus nous sommes nombreux, plus nous sommes forts. Voir la vidéo ici, ou ci-dessous [1].

 

3. Débat autour de la notion d’identité européenne autour des supports de chacun

Avant le débat, j’ai introduit quelques règles.

  • On évite les débats « ping-pong », c’est-à-dire les réactions à chaud peu construites et peu argumentées entre deux étudiants aux positions différentes.

  • On essaie de construire des réponses et des arguments construits et originaux.

  • Pas d’attaques personnelles, on réfléchit sur les supports mais on ne juge pas les choix des collègues.

  • Je prendrai toujours le parti de l’argument minoritaire.

Le débat s’est engagé spontanément après le visionnage de la vidéo qui, après avoir fait sourire (la référence à Kill Bill), puis franchement rire (avec le ridicule des arts martiaux sur-joués), a fini par choquer. Les étudiants ont d’abord tout comme moi cru à une parodie des supports de communication de l’Union Européenne. Puis le débat s’est engagé. 

Au début les étudiants ont « réagi » plutôt que de construit des arguments : certains se disaient choqués, d’autres trouvaient la gaffe utile pour montrer « le vrai visage de l’Europe ». Je les ai ensuite invité à mobiliser et présenter leur support pour nourrir le débat.

 

  • Une étudiante a évoqué un projet d’exposition européenne, Art et Europe (ici) organisé par des étudiants et visant à faire de l’art un vecteur d’identité européenne.
  • CorteX_Europe_a_coeur_Sculpture_Ludmila_TcherinaUn autre étudiant a parlé des sculptures placés devant les institutions européennes, notamment celle représentant la figure maternelle portant dans ses bras des enfants (ci-contre, « L’Europe à coeur« , sculpture de Ludmila Tcherina).

 

  • Des étudiants ont aussi utilisé des supports utilisant la religion comme vecteur identitaire pour l’Europe, notamment une citation de Chantal Delsol, philosophe politique, catholique et éditorialiste au Figaro publiée dans sa contribution à l’ouvrage d’ E. Montfort, Dieu a-t-il sa place en Europe? : 

« Si nous regardons la Charte des droits de l’homme musulman, nous y trouvons deux espèces humaines distinctes : celle des hommes et celle des femmes. Or, ce n’est pas ainsi que les Européens voient les choses, puisqu’ils héritent de Saint-Paul le postulat de l’unité de l’espèce humaine. Peut-on imaginer une liberté personnelle qui ne vaudrait que pour une partie d’entre nous ? Les Européens feraient bien de s’interroger là-dessus quand il s’agit de l’entrée de la Turquie en Europe » [2].

 

Comme tout le monde ne présentait pas ses supports, je me suis permise d’inviter ceux qui ne s’étaient pas exprimés. Certains, certes avaient trouvé la vidéo, parmi d’autres n’avaient sans doute pas eu le temps de chercher. J’ai alors demandé s’ils/elles avaient trouvé des supports de pédagogie destinés à des classes primaires ou secondaires, et beaucoup ont réagi en pointant le fait que dans les manuels, la construction européenne est présentée de façon très positive comme un phénomène « naturel » (cf. travaux de G. Reviron, ici), et non issus de choix politiques et d’une construction identitaire. D’autres ont évoqué l’absurdité d’invoquer le mythe d’Europe comme base de l’identité européenne (mythe peu connu, lointain et assez violent : il s’agit tout de même d’un enlèvement et d’un viol déguisé).

CorteX_europe_Da_Verona

Référence à la figure mythologique d’Europe, souvent mis en avant comme figure  tutélaire du continent. Selon le mythe, Europe princesse phénicienne fille d’Agénor a été enlevée par Zeus métamorphosé en taureau blanc pour séduire la jeune femme et éviter la colère de son épouse Héra. Zeus emmène la jeune femme en Crète pour s’accoupler avec elle une fois redevenu humain. De leur union, naissent Minos, Radhamante (tous deux devenus juges des Enfers) et Sarpédon qui s’exile en Anatolie. Europe est ensuite donnée par Zeus comme épouse au roi de Crète.

 

 

4. Arguments échangés

Le débat a beaucoup tourné autour de l’instrumentalisation des symboles pour construire une identité commune, notamment l’absurdité d’une référence au mythe d’Europe : c’est une histoire misogyne et fondamentalement violente. Les étudiants ont aussi mis en lumière une certaine schizophrénie européenne alternant messages de paix et d’amour (notamment via la figure de la mère nourricière) et une vision xénophobe de l’étranger. Des parallèles ont été proposés avec la construction d’une mémoire et d’une mythologie commune au sein des états nationaux. La construction d’une identité européenne a été perçue comme largement artificielle car basée sur une volonté d’imposer un attachement au marché unique alors que l’Europe n’est pas en mesure de construire un projet fédérateur avec et pour ses citoyens. Dès lors, l’identité européenne semble se baser uniquement sur un rejet de l’étranger. En guise de conclusion l’auteur a proposé la lecture de l’article de Denis Duez, « L’Europe et les clandestins : la peur de l’autre comme facteur d’intégration ? » [3].

 

5. Retours pédagogiques sur l’expérience

Utiliser des supports a permis de dépassionner le débat. Il faut sans doute rappeler que le groupe d’étudiants est parmi l’un des plus politisés que j’ai connus et que le débat tourne parfois aux attaques personnelles tant la prise de recul est difficile sur des sujets polémiques ou mettant en jeu des opinions personnelles. En outre, j’ai beaucoup apprécié de voir des étudiants qui peinaient à prendre la parole prendre activement part au débat. Les étudiants ont proposé une lecture critique des processus d’identification à l’Europe en analysant avec justesse ses dérives : rejet de l’autre, xénophobie et repli nationaliste et ethnocentrique. Plus largement, ce cours a aussi permis d’étendre la réflexion à la construction des identités nationales.

Je garderai cette idée de mobiliser des supports pour organiser un débat mais je pense préparer les choses plus en amont en y consacrant un temps de préparation et d’analyse plus long afin que chacun puisse s’exprimer et mûrir le débat. J’ai trouvé les supports globalement pertinents mais j’ai regretté que les étudiants ne puisent pas dans « l’histoire officielle » de la construction européenne (en mobilisant des contenus de cours, des articles…).

Clara Egger

*Clara travaille sur « L’essor des approches intégrées dans les opérations de gestion de crise. Une analyse comparative des relations inter-organisationnelles
au Kosovo, en Afghanistan et dans la Corne de l’Afrique » (sous la direction d’Yves Schemeil).
On trouvera son site consacré à la gestion de crise ici.

 

 

[1] François Asselineau, Le choc des civilisations prôné dans un clip de la commission européenne, Agoravox, 6 mars 2012. 

[2] Chantal Delsol, « Liberté et christianisme », in E. Montfort, Dieu a-t-il sa place en Europe ?, p.115.

[3] Denis Duez, L’Europe et les clandestins : la peur de l’autre comme facteur d’intégration ?, Politique européenne, 2008/3 n° 26, p. 97-119.

—Vous reprenez ce matériel pour un de vos enseignements ? Vous l’améliorez ? Racontez-nous.