Sortie de Merci Patron ! Contre la censure : les David picards face au Goliath du luxe

CorteX_Merci-patronIl y a une chose en sciences politiques qui est assez peu répétée, mais qui est solide sur le plan rationnel : un certain nombre des problèmes majeurs de ce bas-monde seraient réglés si simplement la répartition des richesses disponibles ou produites étaient plus équitablement réparties. Le problème, c’est que les pôles de captation de ces richesses (les “riches” si l’on peut dire) se laissent difficilement convaincre rationnellement. Alors il faut aller parfois… leur tirer l’oreille ! C’est ce que fait avec truculence François Ruffin dans le documentaire Merci Patron ! sortant en salle le 24 février 2016.

Si Merci patron sort officiellement en salle le 24 février, le film est projeté en avant-CorteX_affiche_patronpremière depuis plusieurs semaines déjà dans une petite trentaine de salles en France. L’histoire ? Celle d’un couple – Jocelyne et Serge Klur – qui vit avec 400 euros par mois depuis la fermeture de l’usine ECCE, sous-traitant de LVMH, qui fabriquait des costumes Kenzo dans le Nord. Ruffin décide de les aider en essayant – dit-il – de “toucher le cœur” d’Arnault connu pour ses nombreux rachats et ses démantèlements de sociétés, dans le but de garder uniquement les activités liées au luxe. Le journaliste de Fakir François Ruffin élabore alors un piège qui se resserre sur Arnault via le numéro 2 de la sécurité du groupe et son secrétaire général – accessoirement ancien élu socialiste – Marc-Antoine Jamet. Quelques membres du CORTECS ont soutenu financièrement le film, et sont particulièrement ravis de cette sortie nationale.

En voici la bande-annonce.

Par contre c’est la bataille médiatique ! Les grands groupes possédant les grands médias, de grandes voix journalistiques reçoivent des directives pour éviter d’avoir du Ruffin à l’antenne. Un exemple : l’invitation sur Europe 1 de F. Ruffin à l’émission de Frédéric Taddeï, Social Club fut annulée en fin de semaine dernière. Europe 1, propriété d’un autre grand patron, Arnaud Lagardère, a décommandé, sans réellement motiver sa décision.  “Europe 1 m’interdit de recevoir François Ruffin”, a ainsi déclaré la collaboratrice de Frédéric Taddeï au site Fakir, dont François Ruffin est le rédacteur en chef. Opacité également du côté de Frédéric Taddeï, interrogé par Arrêt sur Images :  “L’animateur assure ignorer les raisons de cette annulation. Il précise qu’il ne connaissait pas le sujet du film – qu’il n’a donc pas vu, laissant le soin à sa sœur Sandrine Taddéï, chargée de la programmation, de trouver ses invités. Europe 1 aurait-elle annulé la venue de Ruffin parce que son film ridiculise Bernard Arnault, patron du groupe LVHM et par ailleurs gros annonceur français ? Peut-être, répond Taddéï, qui se dit solidaire de sa station”.

Aux dernières nouvelles, François Ruffin sera audible mercredi prochain 24 février sur Europe 1, mais chez Jean-Michel Apathie, pour quelques minutes seulement.

Bref, au lieu d’attendre que les grands médias inféodés nous disent quoi voir, fouillons nos poches, grattons nos pièces jaunes, et allons nous payer une bonne tranche de révolte pratique. Le cinéma aura alors ce rôle d’éducateur politique qui lui manque souvent.

(À Grenoble, par exemple, c’est au cinéma Le Club).

RM