Souviens-toi l’été dernier : pseudothérapies au Parc Mistral, à Grenoble

un masseur arrache la peau du dos du patientDurant l’été 2014, la mairie de Grenoble a proposé un éventail de pratiques pour la population grenobloise qui ne partait pas en vacances. Dans ces pratiques, un certain nombre, pour ne pas dire la majorité, posent question : concepts, flous, causalités non prouvées, notions thérapeutiques plus ou moins malmenées, et surtout des pratiques très peu laïques. Richard Monvoisin a pris la plume pour informer les élus sur les risques inhérents à ce genre de promotion.

Lettre ouverte à la Mairie de Grenoble

Bonjour,

Richard Monvoisin, du Collectif Universitaire CORTECS.  Notre collectif est missionné par l’Université J. Fourier sur les questions relevant de l’esprit critique. À ce titre, je me dois de vous faire une suggestion concernant vos animations au Parc Mistral l’été dernier. Nous ne sommes pas habilités à vous donner conseil, toutefois, nous ne pouvons que vous encourager à la plus grande prudence sur quatre choses.

La première : si vous proposez des activités de type « thérapeutique », à base de bien-être, sachez que comme l’enfer, ce milieu est pavé de bonnes intentions et de techniques parfois très fumeuses.

La deuxième : si vous acceptez des ateliers de « réharmonisation de l’énergie, de l’esprit et du corps », sans plus d’élément, vous aurez du mal à argumenter si des mouvements classés comme dérives de type sectaire par la MIVILUDES vous sollicitent : en effet, nombreuses sont celles qui proposent ce type d’intitulé. Il serait fâcheux que des dérives aliénantes soient légitimées par la Municipalité.

La troisième : la laïcité de ces méthodes est loin d’être acquise.

La quatrième : ces méthodes viennent internaliser et individualiser des souffrances qui sont généralement de type social. De fait, elles dépolitisent des problématiques (souffrance au travail, souffrance familiale, etc.) qui sont sociopolitiques.

Ci-dessous, nous vous avons produit un début d’analyse. Nous sommes à votre disposition pour tout complément.

Bien cordialement
RM, pour l’équipe du CORTECS

*****
Dans votre programme L’été oh! Parc, page « je suis… détente« , 12 activités étaient présentées. De toutes ces méthodes, aucune n’est laïque, aucune n’apporte de preuve d’efficacité propre, et la majorité propose un mieux-être pour le moins subjectif 1.

  • « Massage » ne pose pas en soi de problème. Cependant, l’atelier fut mené par Zen en moi, qui entre autres propose de la réflexologie plantaire (aucune efficacité propre) et de la sophrologie Caycédienne. La formatrice possède un  « Master spécialiste en Sophrologie Caycédienne branche Socio-Prophylactique » mais c’est un Master privé. La sophrologie et la sophrologie caycédienne ont été listées parmi les thérapies dans le rapport fait au nom de la commission d’enquête relative à l’influence des mouvements à caractère sectaire et aux conséquences de leurs pratiques sur la santé physique et mentale des mineurs en 2006.
  • Aikishintaiso, discipline japonaise pour « harmoniser l’énergie, l’esprit et le corps« . Prétention thérapeutique : « réduction des tensions musculaires induites par nos « tensions psychiques ». Tout un programme.
  • Auto-massage et Yoga Indien, qui procure « l’équilibre entre le corps, le mental, l’énergie », par Krishna Yoga. Notez que Krishna Yoga est une structure qui pratique un yoga « traditionnel, authentique  non occidentalisé » (sic !) et des massages ayurvédiques, c’est-à-dire inspirés de contenus thérapeutiques des textes anciens Véda. C’est une « médecine » fortement religieuse. C’est à eux qu’étaient confiés également les ateliers Yoga parents/enfants et Yoga du rire.
  • Qi gong, qui brasse « l’énergie vitale ». Ceci dit, le Qi gong est trop vaste pour être décortiqué ici. Il faut juste savoir que sous la révolution culturelle chinoise, ces méthodes religieuses, inspirées du Bodhisattva, ont été considérées comme féodales et superstitieuses.
  • Massage crâne et mains par marionyogamasage.com : la promotrice fait également du Pilates, méthode qui n’a jamais montré d’efficacité réelle depuis son invention il y a un siècle. Le CORTECS a traité de ce point dans l’ouvrage de Pinsault et moi-même « Tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir sur les thérapies manuelles » 2.
  • Qi’meya, par Equilibéra, qimeya.fr. La Qi’meya « améliore également la proprioception et la conscience corporelle en intégrant des pratiques dérivées des peuples indigènes de l’Amérique centrale » (sic !). Les activités de l’asso qui s’en occupe, « tournent donc autour des pratiques de cultures telles que les orientaux (?), les amérindiens (?), les indigènes de tous les pays (??), et même les peuples anciens de l’Europe ». Le formateur a été formé dans l’école de don Miguel Ruiz, auteur de « Les quatre accords toltèques », livre phare du New age.
  • Viniyoga : c’est une branche classique fortement religieuse du Yoga, créée par Sri Krishnamacharia.
  • Enfin, dans « je suis… découverte », il y avait un atelier de préparation d’elixirs floraux, par l’entreprise Elixirs floraux de Flora, dirigée par Elisabeth Bourgeois, Flora-thérapeute (profession qui n’a pas de définition réelle). Cette pseudothéorie thérapeutique a été inventée suite à une illumination par Edward Bach, dans les années 20-30. J’ai moi-même produit un ouvrage sur ce sujet, montrant que cette technique est purement placebo 3.

Notes:

  1. Nous n’avons rien contre le « mieux-être », si tant est : qu’il ne soit pas subjectif, et surtout qu’il ne personnalise pas, n’individualise pas des problèmes de souffrance de type social.
  2. Pinsault N., Monvoisin R., « tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir sur les thérapies manuelles », Presses Universitaires de Grenoble (2014).
  3. Monvoisin R., Les fleurs de Bach, Enquête au pays des élixirs, Book-e-book (2008)