Biologie, nutrition – Arguments anti-lait et lamarckisme dans le film Snatch

Voici un montage exploitable de trois extraits tirés du sympathique film Snatch, tu braques ou tu raques de Guy Richie (2000).

Ce passage du film aborde sous l’angle humoristique la consommation de lait dans CorteX - pseudo-science dans Snatchune discussion entre Tommy (Stephen Graham) et Turkish (Jason Statham).

Bien que non-experts de la question du lait, nous avons rencontré plusieurs fois des discours plus ou moins « anti-lait ». Certes, certains de ces discours sont de prime abord plutôt simplistes. Un exemple : la difficulté à digérer le lait serait liée à la taille des « molécules de lait », elle-même en lien direct avec la taille du mammifère qui l’a produit. Ainsi, la vache étant grosse, la chèvre petite, le lait de vache serait moins assimilable par l’humain.

CorteX _ Souccard, laitMais d’autres discours sont  bien plus élaborés et sèment un trouble. Le livre de Thierry Souccar Lait, mensonges et propagande en est un exemple. Même s’il y a quelques raccourcis étranges, et pas mal de faits allégués que nous n’avons pas encore vérifiés dans cette recherche, il semble très vraisemblable qu’un lobbying des industries laitières s’est exercé en France, en particulier avec des campagnes poussant à la consommation. T. Souccar, dans la version 2 de son livre, nuance bien son propos en précisant qu’il n’est en rien un combattant anti-lait, mais un chercheur contre les mensonges sur le sujet – démarche à laquelle nous ne pouvons que souscrire.

Heureusement, T. Souccar n’utilise pas les arguments de Tommy dans Snatch :

Télécharger

« C’est contraire à l’évolution (…) ça fait seulement 8000 ans que les vaches sont domestiquées ; avant ça, elles couraient comme des folles dans la nature. Notre appareil digestif n’est pas encore adapté aux produits« .

Un début d’analyse :

1. Rien dans les processus évolutifs n’est contraire à proprement parler à l’évolution. Seuls ont survécu les êtres ayant développé les comportements adaptés à leur milieu.

2. Un comportement comme celui de boire du lait de vache ne peut être décrit comme contraire ou allant dans le sens de l’évolution : ce genre d’évaluation n’est possible que lorsque ledit comportement a un impact sur le caractère reproducteur de l’individu. Même si les thèses les plus alarmistes des anti-lait étaient vraies, la consommation de lait ne fait pas mourir vite, ou ne rend pas stérile, donc elle n’a pas d’impact sur la reproduction de l’individu.

3. Il existe des comportements nouveaux chez l’humain qui ne sont pas venus de la pression évolutive liée au milieu : les choix moraux. Et le fait de ne pas abandonner un bébé faible, quoique peut-être contraire à une stratégie purement évolutive, n’est pas quelque chose de dommageable.

4. Penser que notre appareil digestif va s’adapter au « produit » est une nouvelle forme de la thèse de l’hérédité des acquis au cours d’une vie, ce qui n’est pas un raisonnement darwinien, mais un raisonnement lamarckiste, c’est-à-dire tiré de la théorie désormais abandonnée de Lamarck et qui posait comme seconde « loi » la possibilité de transmettre à la descendance les changements organiques ou morphologiques acquis au cours de notre vie. Si la consommation de lait de vache ne joue pas sur la reproduction humaine, il n’y a aucune raison que le corps humain s’adapte  (ou se désadapte d’ailleurs) à ce lait. C’est la même erreur qui fait penser que le cou des girafes s’est allongé, que les yeux des taupes ont rapetissé à cause de l’obscurité sous terre (deux exemple chers à Lamarck) ou que le petit orteil disparaitra tout seul car il ne sert à rien.Tommy défend donc ici une thèse fausse pour réprouver la consommation de lait de Turkish.

On pourrait poser la question sous un autre angle, bien plus sociopolitique : quel est le changement de milieu (contexte économique, production laitière, choix de races laitières à taux de production énorme et non-« naturelle », etc.) qui permet à un individu comme Tommy de consommer du lait de vache avec autant de facilité et dans une telle proportion, et qui tire profit reproducteur de ce modèle industriel ? Vaste sujet.

Richard Monvoisin, 12 janvier 2011

thèse de l’hérédité des acquis