alt

Outils d’autodéfense intellectuelle de la Traverse – équipons-nous en rigolant

La Traverse, revue du collectif Les Renseignements Généreux, publie une rubrique « Outils d’autodéfense intellectuelle – équipons-nous en rigolant » écrite par Richard Monvoisin.

alt

Dans le n°1 (août 2010) que l’on peut télécharger ici, on trouve entre autres choses Le culbuto, l’effet bof et autres ni-ni. L’article lui-même est accessible dans notre Outillage critique.

altDans le n°2 (mars 2011), que l’on peut télécharger là, on peut lire entre plein d’autres choses Effet Pangloss, les dangers du raisonnement à rebours.
alt                                                       .  . .

En ce début octobre 2012 paraît la revue La Traverse N°3, éditée par les  Renseignements Généreux. Vous aviez probablement déjà consulté les numéros précédents et leur stimulant contenu (mis en page par  Clara Chambon).

Directement en lien avec des problématiques science & critique, on retrouvera

et bien d’autres choses encore à voir ici


15 mars – 12 avril 2011 – Cycle d'autodéfense intellectuelle – campus Grenoble

Un cycle d’autodéfense intellectuelle sur le campus de Grenoble ! Si si ! Ca démarre le mardi 15 mars 2011, et jusqu’au 12 avril, et c’est organisé par le Collectif de Solidarité Étudiante Sciences Humaines et Sociales (CSE-SHS)* et par les célèbres Renseignements Généreux.
Programme téléchargeable ici.

  • Mardi 15 mars 2011 – 17h30 – amphi ARSH 1

Bourdieu expliqué à ma grand-mère, exposé sur la sociologie critique,

par les Renseignements Généreux.
La  »reproduction sociale », la  »distinction »,  »l’habitus », le  »capital culturel »… Peut-on expliquer simplement la sociologie développée par Pierre Bourdieu ? Quelles leçons pratiques et politiques en tirer ?

  • Mardi 22 mars -17h – amphi BSHM

Et si on empêchait les riches de s’instruire plus vite que les pauvres ?
Projection d’Incultures 2, une  »conférence gesticulée » de Franck Lepage sur l’école

Comment est née l’éducation nationale ? Qui a imaginé l’école, avec quels objectifs politiques ? À travers l’histoire de France et son propre vécu, Franck Lepage nous propose un regard décapant sur l’école et ses logiques actuelles.

  • Mardi 29 mars – 18h – amphi BSHM

Que faire après ? Exposé sur les alternatives en France
Que faire après les études ? Comment ne pas subir un travail éreintant, des pressions hiérarchiques, le métro-boulot-dodo ? Les Renseignements Généreux vous présentent un panorama de pistes concrètes : Longo Maï, les entreprises autogérées du réseau REPAS, les Bas-Côtés, Silence et bien d’autres expériences alternatives en France et ailleurs. De quoi alimenter nos boites à idées !

  • Mardi 5 avril – 17h – amphi BSHM

En France, on n’a pas de pétrole… mais a-t-on des idées ?

Projection d’Incultures 4, une  »conférence gesticulée » d’Anthony Brault sur l’énergie
La fin du pétrole : on nous en parle souvent, mais de quoi s’agit-il exactement ? Quelles en seront les conséquences probables ? Pour combien de temps pouvons-nous encore nous permettre l’insouciance
énergétique ? Quelles solutions imaginer ?

  • Mardi 12 avril – 18h – amphi BSHM

Internet : les impacts politiques et sociétaux. Projection d’une conférence filmée de Benjamin Bayart, président de French Data Network
Quels sont les impacts politiques et sociétaux d’Internet ? Des réponses par Benjamin Bayart, président de French Data Network, association favorisant un usage d’Internet dans le respect de son éthique et en particulier des utilisations sans volonté commerciale.

A ne rater sous aucun prétexte !

Richard Monvoisin

*Association tenue majoritairement par des étudiant-e-s dans la salle 15 du BSHM (Bâtiment des sciences de
l’homme et des mathématiques) depuis la rentrée 2009. A volonté alternative (auto-gestionnaire, économiquement autre, etc.) et utile au plus grand nombre, le collectif essaye de toucher un peu à tout dans le cadre des besoins et des idées qu’il peut rencontrer autour de lui. Son public est de fait, mais pas de volonté, globalement universitaire. On compte dans ses activités : une zone de gratuité, un café/snack avec bénéfices minimum pour l’assurance de fin d’année, une bibliothèque, des distributions alimentaires régulièrement organisées. Contact.

** À travers des brochures, une revue, la libre-diffusion de films/ documentaires et de nombreuses autres  ressources, Les Renseignements Généreux s’efforcent de forger des outils d’autodéfense intellectuelle, d’imaginer, de construire et de faire découvrir des actions politiques ou des alternatives à Grenoble et ailleurs.

 

alt

Mode d’emploi – Atelier/débat psycho-pop, psychologies de comptoir et leurs dérives

Nous avions 4 objectifs différents :
  • montrer qu’il y avait manifestement un rapt de concepts dans ces revues, qui réutilisent des notions pouvant avoir un sens scientifique, mais qui se retrouvent dévoyées au point de ne plus ressembler à la notion de départ.
  • Débattre de que ces magazines de psycho-pop génèrent une masse économique très importante.
  • Discuter le rôle de la psychanalyse et de sa vulgarisation.
  • Montrer que les concepts nébuleux sont propices aux interprétations les plus fantaisistes.

J’ai d’abord commencé par introduire la définition du terme psycho-pop :

Psychologie populaire / psycho-pop : (…) gamme de concepts de psychologie humaine que l’on retrouve exposés dans des ouvrages ou des médias dits « grand public » sous couvert de théories et de pratiques qui ont éventuellement des bases scientifiques valides mais qui, en les simplifiant à l’extrême ou en les déformant, s’avèrent parfois plus proches de la pseudo-science que de la véritable vulgarisation scientifique.

Les thèmes de psychologie populaire les plus fréquents concernent les « tests de personnalité », la vie amoureuse et la vie de couple, les différences entre les hommes et les femmes, les conseils en matière de réussite personnelle et professionnelle, les relations familiales et l’éducation, les relations amicales.

Nicolas Gaillard m’a ensuite suggéré de montrer un exemple d’emploi aussi abusif que hilarant de concepts psycho-pop, prélevés dans la série H (ref ?)

J’ai ensuite enchaîné trois documents :

  • Un reportage sur les magazines de « psychologie », dans l’émission C dans l’air du 10 mars 2006

[dailymotion id=xhj58w]

  • Un reportage sur la presse psycho-pop, entre autres Nouvelles Clés (devenu Clés) et la star Jacques Salomé, avec un exemple de son utilisation lacanienne du langage.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=I6klFjcu5xQ]

  • Un extrait du DVD de Jacques Salomé « être femme aujourd’hui ».

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=6_axeCAm7zg]

Ces extraits m’ont servi à illustrer ce que ma collègue Géraldine Fabre et moi-même avions pu voir en 2009 dans l’amphithéâtre Weil.

Note : précisons que le 9 novembre 2007 l’amphithéâtre le plus imposant de l’Université Joseph Fourier, l’amphi Weil (800 places) a été prêté à Jacques Salomé pour faire une conférence payante. Puis, malgré un émoi largement communiqué, l’amphi a à nouveau été prêté le 9 octobre 2009 ! J’ai pu, avec Géraldine, m’acheter une place et accompagner un groupe d’étudiants du cours Zététique & autodéfense intellectuelle qui travaillait sur la « théorie » de Salomé. Le plublic fut évalué à 98% féminin. Voir nos billets

ici : Les théories de Jacques Salomé, y a-t-il un problème ? Enquête.

et là* : Jacques Salomé et la psycho-pop : l’Université Joseph Fourier redouble ?

J’avais également gardé « sous le coude » un clip réalisé par Psychologies Magazine qui encourage le lecteur à consulter un site à eux pour trier entre bons et mauvais psychothérapeutes… alors qu’ils sont les principaux artisans du mélange des genres, du mélange des différents sens du mot « psy ». Je ne l’ai pas utilisé faute de temps. Ce clip s’appelle Guy Primal.

[dailymotion id=x4ld7g]

En deuxième partie, l’idée était d’introduire comment le continuum existait entre des phrases fourre-tout comme celle de psychanalystes grand média et des dérives plus graves sur l’exégèse de l' »inconscient ».

J’ai donc mis en parallèle le type de phrase d’une psychanalyste intervenant régulièrement sur France Infos dans la rubrique « Savoir être » :

France Infos, 21 octobre 2009

Télécharger ici

et une grave dérive d’un thérapeute, BL, pris sur le fait par la caméra de 90 MnLes charlatans de l’inconscient, en 2004 en train d’utiliser une thérapie de la mémoire retrouvée (ou technique de faux souvenirs induits).

[dailymotion id=xhj5pm]

J’avais également apporté un extrait de C dans l’air portant sur le Rebirth, que je n’ai pas utilisé.

Pour en savoir plus sur les faux souvenirs induits et les thérapies de la mémoire retrouvée :

  • Les ravages des faux souvenirs ou la mémoire manipulée, Brigitte Axelrad. Book e-book, 2010
  • Ces psys qui manipulent la mémoire Ketcham & Loftus, Editions Exergue, 2001.

 
 

En troisième partie, je voulais introduire des cas où les sciences sociales, et même les sciences politiques sont malmenées par la vulgarisation de ces concepts nébuleux. On voit ainsi fleurir dans les analyses journalistiques la notion de déni ou de refoulement (exemple en science historique de l’Espagne franquiste).

  • J’ai donc montré un exemple probablement peu grave, mais interloquant, pris sur France Inter dans Et pourtant elle tourne du 6 novembre 2009. Jean-Marc Four fait une étrange question portant sur le désir.


Télécharger ici

  • Puis j’ai illustré cette démultiplication de termes à effet puits dans des analyses grand public, avec l’exemple de l’émission « Autopsie de la rumeur » diffusé le 19 septembre 2009 sur France 5 plaçant le psychanalyste Daniel Sibony comme « expert » principal. J’ai fait ce montage avec sous-titrage des mots à effet puits, dont le sens n’a pas grand chose de précis, et qui permet de dire à peu près tout et n’importe quoi sans avoir à le justifier.

[dailymotion id=xb0f6h]

J’avais également gardé sous le coude un document sur la question du genre, ou sexe social, et comment les conseils prodigués par les psycho-pop ancrent des comportements qui sont issus d’une éducation, et qui produisent une soumission et un sexisme ordinaires. Il s’agissait d’extraits de la pièce de théâtre tirée du livre de Gray « les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus », aux affirmations aussi séduisantes pour le grand public que fausses sur le plan scientifique (et lourdes de conséquences sur le plan moral).

J’ai tout de même utilisé à titre d’anecdote, un scan du magazine Psychologies Mag. de janvier 2008 présentant une « théorisation » du complexe d’Oedipe, ce qui fut l’occasion de discuter de l’origine même des concepts centraux de la psychanalyse freudienne, souvent basés que sur l’intuition ou le cas personnel du fondateur Sigmund Freud.

alt

Richard Monvoisin

*Anecdote : accès payant et vente de livres à la fin pour Jacques Salomé, tandis qu’il m’a fallu montrer patte blanche et fournir de nombreux documents pour faire venir Guillaume Lecointre critiquer le créationnisme quelques mois plus tard.

altIci, vous trouverez un article de complément aimablement produit par Brigitte Axelrad, qui revient sur de nombreux points abordés durant le débat : 

Impact de la psycho pop (presse, radios, télévision, etc.)

CorteX_Nicolas_par_Paul_Lebrun

Indications et conseils de Nicolas Gaillard (à venir)


 

http://www.zetetique.info/archives/00000090.html
alt

23 mars – Midi Critique N°3 – Sexe & Genre, avec Guillemette Reviron

Midi critique n°3 le mercredi 23 mars. Thème : sexe & genre, comment se fabrique l’oppression féminine ? Avec la guest-star Guillemette Reviron

 
Etrange, en France, de voir la moitié de la population discriminée dans un certain nombre d’emplois, et rémunérée de plus d’un quart de salaire en moins par rapport à l’autre moitié. Une discrimination raciale de ce genre ne passerait pas inaperçue, mais lorsqu’il s’agit d’une discrimination sexuelle, il y a peu de remouds.
alt
Y a-t-il quelque-chose qui « justifie » cette différence ? Quels sont les arguments qui viennent différencier Femmes et Hommes ? La distinction est-elle bien claire ? Quelle est la différence entre sexe et genre ? Existe-t-il une nature féminine et une nature masculine ?
 
Projection-débat, avec une invitée, la mathématicienne Guillemette Reviron, membre du CorteX, spécialiste des questions de genre et des enjeux politiques de ces notions de nature.
Espace Vie Etudiante (EVE), campus de Grenoble, 12h-13h30. Public, et gratos.
 
Pour connaîtres les autres thèmes des midis critiques, voir ici.

alt

13 avril 2011 Univ. Grenoble – Midi critique N°4 – La démocratie participative, une arnaque ?

Midi critique n°4  – le mercredi 13 avril 2011.  Thème chaud : la démocratie participative est-elle une arnaque ?

 
Le mot démocratie est dans toutes les bouches. Mot magique brandi dans les débats, mot utilisé par les pires dictaturesalt comme les pays les plus progressistes, que désigne-t-il exactement ?
Y a-t-il plusieurs sens à ce terme ?
Est-ce que le pouvoir au peuple est une «bonne» chose ?
Est-ce juste que la majorité l’emporte sur les minorités ?
Pourquoi y a-t-il des gens qui n’ont pas le droit de vote en France (personnes handicapées sous tutelle, mineurs, certains condamnés, étrangers) ?
Pourquoi les élus sont peu représentatifs de la population ? Pourquoi y a-t-il des pouvoirs non soumis au vote démocratique (ministres, préfet, conseil constitutionnel ?)
Pourquoi les grèves, les blocages, les oppositions aux guerres, les «sabotages» de débats sont-ils considérés comme anti-démocratiques ?
Venez vous creuser le chou au Midi Critique N°4 saison 4. Projection/débat animée par Richard Monvoisin, avec une invitée : Amélie Audibert, master 2 de recherche en politiques publiques à l’IEP de Grenoble. Amélie fait un mémoire sur la question : « qu’est ce que l’instrumentation de la participation modifie au processus démocratique ? »
Entrée archi-libre.

Espace Vie Etudiante (EVE), campus de Grenoble, 12h-13h30.
Vous souhaitez faire le même type d’atelier/débat ? Le matériel utilisé est disponible ici.
 

Richard Monvoisin

CorteX_S_et_Av_aout_2003

14, 15 mars et 4 avril 2011 – Stage Médias & Pseudosciences, CIES Grenoble

Ce stage de trois jours (deux jours consécutifs + un jour) a vu le jour en 2006 à Grenoble. L’objectif est d’analyser les mécanismes de vulgarisation ou de popularisation des sciences et d’évaluer leur responsabilité dans le fait que les affirmations pseudoscientifiques perdurent. Partant d’exemples simples (scénarisations, mises en scène, effets de couverture sur des revues comme Sciences & Avenir), l’enjeu est d’ensuite complexifier : affaires Bogdanof, Montagné, Coppens, construction de mythes scientifiques, analyse de personnages médiatiques comme Hawking, Coppens, Reeves, Hulot ou incursion de la politique dans la science comme dans l’affaire INSERM 2004 sur la psychanalyse, sur la détection de la délinquance, sur les positions « pseudoscientifiques » de N. Sarkozy sur la génétique, sur les lois mémorielles et la fabrique politique de l’Histoire, etc.

CorteX_S_et_Av_aout_2003

En abordant la question de la fraude et des dérives actuelles des systèmes de publication scientifiques, nous essayons de voir en quoi la manière dont la science s’écrit ou se montre alimente les représentations erronées et « fabrique » l’opinion.

Les futurs docteurs fournissent en fin de stage un exposé pédagogique, ou un document filmé, sur le sujet de leur choix, en ciblant leur effort sur la démarche critique utilisée.

Formation assurée par Richard Monvoisin

Cortex espèces d'espèces

Espèces d’espèces – Histoire de la systématique & boule buissonnante

Monument de vulgarisation, aussi limpide d’exempt des erreurs grossières auxquelles les documentaires sont coutumiers, nous souhaitions donner un lien vers le documentaire Espèces d’espèces, de Denis Van Waerebeke, Vincent Gaullier, avec la collaboration de Raphaëlle Chaix, produit en 2009 par Ex Nihilo, Arte, France 5, CNRS images, le Muséum national d’histoire naturelle et présenté par Benoît Giros.

On y retrouve un paquet de chercheurs, comme Pascal Duris, Philippe Bouchet, Jacques Cuisin, Kristoff Voisin, Jean-Pierre Gasc, Mark-Olivier Rödel, Philip C.J. Donoghue, Patrick Forterr, et surtout Guillaume Lecointre que nous connaissons bien.
Pour donner l’eau à la bouche, voici un extrait choisi, gracieusement mis à notre disposition par Didier Van Waerbeke.

Pour briser la représentation fausse de l’arbre du vivant, nous n’avons rien de tel que cet extrait tiré de l’excellent documentaire Espèces d’espèces de Denis Van Waerebeke (2008) qui traite de la boule buissonnante de l’évolution et de la métaphore fausse de l’arbre, avec une introduction à l’histoire de la systématique et les enjeux qu’elle recèle.

J’en profite pour dire qu’il s’agit d’une des rares vulgarisations grand public couplant simplicité et qualité remarquable. Comme quoi, ça existe !

J’utilise cet extrait :

– dans un cours sur la biologie et l’impasse de l’Intelligent Design et du créationnisme scientifique (Licences sciences)

– dans un cours sur les représentations scientifiques fausses dans la vulgarisation (Stage critique des médias, CIES, pour doctorants)

– dans un cours sur l’Histoire et les tentatives de détournements pseudoscientifiques (Licences sciences) 

Et pour aller plus loin, vous pouvez le commander ici.Cortex espèces d'espèces

RM

Cortex_FlyerFnars_recto

3-4-10 octobre 2011 – Formation Travail social & Esprit Critique – Grenoble, Lyon

Cortex_FlyerFnars_rectoLa formation Travail social & esprit critique pour travailleurs sociaux 2011 est annoncée dans le catalogue de la FNARS (Fédération Nationale des Associations d’accueil et de Réinsertion Sociale), réseau généraliste qui regroupe des associations de solidarité et des organismes centrées sur les plus démunis, et propose de la formation continue pour les travailleurs sociaux.

Cette formation est née du constat de manque d’outils d’analyse critique chez les travailleurs sociaux, autant sur l’analyse des ressources en sciences humaines (mollesse des concepts, évaluation floue des stratégie, absence d’hypothèse de travail, omniprésence de la psychanalyse et de méthodes psychologiques contestables – PNL, méthode Espere, etc.) que sur l’analyse des statistiques, des chiffres et de l’Histoire des concepts.

 

Elaborée par David Laumet, assistant social et cadre du Relais Ozanam, et Richard Monvoisin (CorteX), cette formation de trois jours (2j + 1) s’adresse à tous les acteurs du travail social, éducateurs spécialisés, moniteurs, assistants sociaux, et toute profession en lien avec un public en « difficulté sociale ». Elle se déroulera dans sa première mouture à Lyon* les lundi 3 et mardi 4 octobre, puis mardi 10 décembre 2011.

 

Publics

Travailleurs sociaux en devenir, assistants sociaux, moniteurs-éducateurs, éducateurs spécialisés, et toute profession ou bénévoles en lien avec un public en difficulté sociale

Objectifs

  • Au regard de la situation socio-économique actuelle, partager et s’interroger sur le travail, les missions que les travailleurs ou intervenants sociaux, futurs ou actuels, que les bénévoles mènent auprès de publics dits en difficulté.
  • Remettre du sens dans nos pratiques en ayant un regard critique sur notre environnement et sur nos pratiques professionnelles.
  • Exercer un regard méthodique sur les mécanismes d’exclusion
  • Apprendre à décortiquer des manipulations médiatiques, politiques et des idées reçues sur l’exclusion
  • Faire de l’analyse théorique des politiques sociales et du rôle du travailleur social
  • Faire l’analyse pratique de cas rencontrés, et échanger sur les difficultés de prise en charge de personnes en grande difficulté sociale

L’échange et le débat-contradictoire sont centraux dans cette formation.
Réalisation

3 journées (2+ 1 une semaine plus tard)

Formateurs

  • David Laumet, assistant social, chef de service de « La place« , Relais Ozanam. Membre des collectifs Parti-pris et CHRS en Danger

  • Richard Monvoisin, docteur en didactique des sciences, enseignant à l’Université Joseph Fourier.

Cofondateur du Collectif de Recherche Transdisciplinaire Esprit Critique & Sciences (CORTEX)

 
Programme

Stage de deux journées entières consécutives, suivi d’une journée Bilan, exposés, analyse et questionnements à une quinzaine de jours d’intervalle.

  • Journée N°1

Outillage critique – exemples en lien avec le travail social et extraits de films But : « aiguiser » l’esprit critique en décortiquant des idées reçues prélevées dans notre quotidien.

Décryptage de techniques de manipulation mentales, d’influences et de soumission.

Décryptage des images, des chiffres (du chômage, de la délinquance), des mots.

Exemples d’idées reçus dans le domaine de la thérapie et de l’accès au soin.

 

  • Journée N°2

Utilisation de l’outillage du jour 1 : problématiques de terrain et mises en situation.

Prise en charge des SDF, des jeunes en « errance », des personnes handicapées, toxicomanes, prostituées, sans-papiers, etc. Rapport à la justice, au bien-être, à la loi, à la norme…

Analyse critique de la pratique professionnelle (exemples d’injonctions paradoxales, de postures d’exclusion portées par le travail social, le cadre d’intervention…).

 

  • Journée N°3

Brefs exposés, analyse, mise en commun, bilan et questionnements.

 

*FNARS Rhône Alpes, 13 rue Raoul Servant 69007 Lyon

Cortex_FlyerFnars_verso

Cortex_FlyerFnars_verso

Cortex_FlyerFnars_recto

Travail social & esprit critique – Formation des travailleurs sociaux

Cortex_FlyerFnars_rectoLa formation Travail social & esprit critique pour travailleurs sociaux 2011 est annoncée dans le catalogue de la FNARS (Fédération Nationale des Associations d’accueil et de Réinsertion Sociale), réseau généraliste qui regroupe des associations de solidarité et des organismes centrées sur les plus démunis, et propose de la formation continue pour les travailleurs sociaux.

 


Cette formation est née du constat de manque d’outils d’analyse critique chez les travailleurs sociaux, autant sur l’analyse des ressources en sciences humaines (mollesse des concepts, évaluation floue des stratégie, absence d’hypothèse de travail, omniprésence de la psychanalyse et de méthodes psychologiques contestables – PNL, méthode Espere, etc.) que sur l’analyse des statistiques, des chiffres et de l’Histoire des concepts.

Elaborée par David Laumet, assistant social et cadre du Relais Ozanam, et Richard Monvoisin (CorteX), cette formation de trois jours (2j + 1) s’adresse à tous les acteurs du travail social, éducateurs spécialisés, moniteurs, assistants sociaux, et toute profession en lien avec un public en « difficulté sociale ». Elle se déroulera dans sa première mouture à Lyon* les lundi 3 et mardi 4 octobre, puis mardi 10 décembre 2011.

Publics

Travailleurs sociaux en devenir, assistants sociaux, moniteurs-éducateurs, éducateurs spécialisés, et toute profession ou bénévoles en lien avec un public en difficulté sociale

Objectifs

  • Au regard de la situation socio-économique actuelle, partager et s’interroger sur le travail, les missions que les travailleurs ou intervenants sociaux, futurs ou actuels, que les bénévoles mènent auprès de publics dits en difficulté.
  • Remettre du sens dans nos pratiques en ayant un regard critique sur notre environnement et sur nos pratiques professionnelles.
  • Exercer un regard méthodique sur les mécanismes d’exclusion
  • Apprendre à décortiquer des manipulations médiatiques, politiques et des idées reçues sur l’exclusion
  • Faire de l’analyse théorique des politiques sociales et du rôle du travailleur social
  • Faire l’analyse pratique de cas rencontrés, et échanger sur les difficultés de prise en charge de personnes en grande difficulté sociale

L’échange et le débat-contradictoire sont centraux dans cette formation.

Réalisation

3 journées (2+ 1 une semaine plus tard)

Formateurs

  • David Laumet, assistant social, chef de service de « La place« , Relais Ozanam. Membre des collectifs Parti-pris et CHRS en Danger

  • Richard Monvoisin, docteur en didactique des sciences, enseignant à l’Université Joseph Fourier.

Cofondateur du Collectif de Recherche Transdisciplinaire Esprit Critique & Sciences (CORTEX)

 

Programme

Stage de deux journées entières consécutives, suivi d’une journée Bilan, exposés, analyse et questionnements à une quinzaine de jours d’intervalle.

  • Journée N°1

Outillage critique – exemples en lien avec le travail social et extraits de films But : « aiguiser » l’esprit critique en décortiquant des idées reçues prélevées dans notre quotidien.

Décryptage de techniques de manipulation mentales, d’influences et de soumission.

Décryptage des images, des chiffres (du chômage, de la délinquance), des mots.

Exemples d’idées reçus dans le domaine de la thérapie et de l’accès au soin.

 

  • Journée N°2

Utilisation de l’outillage du jour 1 : problématiques de terrain et mises en situation.

Prise en charge des SDF, des jeunes en « errance », des personnes handicapées, toxicomanes, prostituées, sans-papiers, etc. Rapport à la justice, au bien-être, à la loi, à la norme…

Analyse critique de la pratique professionnelle (exemples d’injonctions paradoxales, de postures d’exclusion portées par le travail social, le cadre d’intervention…).

 

  • Journée N°3

Brefs exposés, analyse, mise en commun, bilan et questionnements.

 

*FNARS Rhône Alpes, 13 rue Raoul Servant 69007 Lyon

Cortex_FlyerFnars_verso

Cortex_FlyerFnars_verso