alt

30 novembre, Grenoble – Projections "Le Mur, la psychanalyse à l'épreuve de l'autisme"

CorteX_Autisme_Le_MurLa question de l’autisme et des surinterprétations de cette gamme de syndromes est l’objet de nos préoccupations et de nos enseignements. Contre toute attente, notre matériel pédagogique sur le sujet vient de s’étoffer d’un seul coup, avec un travail tout à fait majeur : « Le Mur, ou la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme« , de Sophie Robert

 

Ce documentaire pose un regard critique sur l’approche psychanalytique de l’autisme. Cette critique est tellement mal accueillie que la réalisatrice est assignée en justice, avec l’objectif de faire interdire purement et simplement la diffusion du documentaire. Cette action plus que douteuse mérite de faire un détour par l’article du Cortex  : Psychologie – Le Mur ou la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme

Sophie Robert sera à Grenoble pour présenter son film le 30 novembre 2011, pour 3 projections / discussions :

A 12h, Midi critique animé par Richard Monvoisin, projection et discussion avec la réalisatrice du film.
EvE – 701 Av centrale, domaine Universitaire de St Martin d’Hères.CorteX_DLST-EVEPlan2noir
A 17h, Cours ouvert, dans le cadre du cours Zététique & autodéfense intellectuelle de Richard Monvoisin. Amphi E2, Direction des Licences Sciences et Techniques campus de Grenoble. Introduction sur la psychanalyse par Nicolas Gaillard, projection et discussion avec la réalisatrice du film.

A 20h30, ce sont ABA Apprendre Autrement Isère et Autisme-VIES qui remettent le couvert à Saint Martin d’Hères, Maison de Quartier Romain Rolland, 5, avenue Romain Rolland

L’affiche avec les trois évenements est là.

alt

CorteX_prison-break

Divers outils critiques dans Prison Break

En regardant la saison 1 de Prison Break, de Paul Scheuring j’ai fait 3 trouvailles exploitables à des fins critiques.


  •  1ère trouvaille, Darwin dans l’épisode 10 

Une mauvaise référence est faite à Darwin en ces termes :

« C’est Darwin qui gagne entre ces murs, pas Einstein… Darwin« . Puis « On dirait que c’est Darwin qui a gagné au finish, hein, Gueule d’ange« .

[dailymotion id=xm75mo]

Il s’agit bien entendu d’une mauvaise interprétation de la théorie darwinienne, qui ne postule pas que les plus forts gagnent, mais seulement que les plus adaptés à leur milieu engendrent une plus grande descendance. On retrouve ici la confusion avec ce qui est à tort appelé le « darwinisme social », théorisé par Spencer, et qui n’a finalement qu’un rapport très lointain avec le darwinisme.

  • 2ème trouvaille,  même épisode
C’est une anecdote journalistique : le héros utilise une méthode de recherche d’information quasi-zététique.

 

[dailymotion id=xm6ic2]
 
 
  • 3ème trouvaille, racisme ordinaire et moralisme politique dans l’épisode 11

Cet extrait est propice à l’analyse de ce qu’on appelle le racisme ordinaire : confusion mexicain et porto-ricain, amalgame latino, ensuivie d’une discussion moraliste sur les « fainéants de chômeurs » qui peut servir d’outil de discussion en sociopolitique :

[dailymotion id=xm6igo]
 

Vous voulez voir d’autres représentations fantaisistes des sciences dans les fictions TV ou cinéma ? C’est là.

Vous voulez en partager avec nous et traquer la pseudoscience à la télé ? Ecrivez-nous
 

Richard Monvoisin

Paul Scheuring
CorteX_le_prince_de_ce_monde

Pseudo-psychologie dans "Le prince de ce monde", de Manuel Gomez (2007)

CorteX_le_prince_de_ce_mondeEprouvant navet que le film « Le prince de ce monde« , de Manuel Gomez (2007).

 


 
Au milieu réside une pépite psychanalytique :

« L’abstinence prolongée est une aberration. Si on oblige un homme à renoncer au sexe, il va à force de sublimation développer une perversité qui pourrait le conduire à devenir dangereux« .

[dailymotion id=xm6hrz]

Pour une critique de la psychanalyse :

Richard Monvoisin

Vous voulez voir d’autres représentations fantaisistes des sciences dans les fictions TV ou cinéma ? C’est là.

Vous voulez en partager avec nous et traquer la pseudoscience à la télé ? Ecrivez-nous

http://www.mythesfreudiens.com/
CorteX_kyle-xy

Neurosciences – idée reçue sur le cerveau dans la série Kyle XY

CorteX_kyle-xyEn septembre 2011, un groupe d’étudiants me demandent : est-ce que c’est possible que quelqu’un soit sans nombril ?
J’ai voulu faire le savant. J’ai d’abord pensé à cette séculaire polémique judéo-chrétienne sur la présence (omphalisme) ou absence (anomphalisme) d’un nombril chez Adam et Eve. Et puis à ce bouquin de Philipp Henry Gosse, Omphalos : an attempt to untie the geological knot (1857), qui défend cette « théorie » de l’omphalisme élargie* : Dieu aurait créé les êtres non pas au début de leur vie, de leur temps qu’il appelle « diachronique »,  mais avec l’illusion d’être au milieu de leur cycle de développement, d’avoir déjà vécu un temps préalable « prochronique ». C’est ainsi qu’Adam et Eve auraient un nombril, les arbres naîtraient avec des cercles de croissance, les canines du babiroussa naîtraient longues,   prêtes à lui percer le crâne et celles de l’hippopotame déjà usées. 
« Non non..! » me rappellent à l’ordre les étudiants. « C’est dans Kyle XY« .

Kyle XY ? Je suis resté un peu penaud,et je suis vite rentré voir ce que c’était. Série US d’Eric Bress et J. Mackye Gruber, elle narre depuis 2006 l’histoire d’un ado retrouvé nu dans une forêt près de Seattle, incapable de parler et effectivement sans nombril.
Préservons les détails de l’intrigue. Voici un extrait de l’épisode 1 de la saison 1, lors d’un scanner effectué à Kyle.

{avi}fictions/CorteX_KyleXY_7%cerveau{/avi}

 

Que ce soit 7, 10 ou 20 %, cette affirmation est aussi imprécise (% de masse, de volume, de surface, du nombre de synapses ?) que fausse. Plusieurs hypothèses se disputent son origine. Notre regretté collègue Barry Beyerstein en avait une, basée sur une erreur de raisonnement des années 1930. D’autres l’imputent à des courants métapsychiques ou paranormalistes, inférant que c’est à cause de cette limite que nous ne pouvons percevoir / ressentir / créer les phénomènes parapsy. Ce qui est sûr, c’est que cette affirmation « nous n’utilisons que 10 % de notre cerveau » est un classique des mouvements à consonance sectaire qui promettent à l’adhérent et moyennant formation de dépasser cette limite qui n’existe pas.

Ressources :

Charlatans.info

Jeannerod, Nous n’utilisons que 10 % de notre cerveau (La Recherche)

Vreeman & Carroll, Medical myths, BMJ, 335 : 1288 (20 décembre 2007)

Richard Monvoisin
*Cette théorie qui n’en est pas une (c’est un scénario) est encore en vogue dans certaines branches créationnistes.
 

Vous voulez voir d’autres représentations fantaisistes des sciences dans les fictions TV ou cinéma ? C’est là.

Vous voulez en partager avec nous et traquer la pseudoscience à la télé ? Ecrivez-nous

 
 
 
 
 
 
 
 

http://www.dailymotion.com/video/xm6gqd_cortex-affirmation-pseudoscientifique-7-cerveau_tech

5 décembre 2011, Nancy – médecines alternatives, douces, complémentaires : comment s'y retrouver ? Quelques outils zététiques

Médecines alternatives, douces, complémentaires : comment s’y retrouver ? Quelques outils zététiques, par Richard Monvoisin

La méfiance envers la médecine « classique » est de plus en plus grande : scandales, lobbying industriel et prise en charge expéditive rebutent le grand public, qui tend à privilégier les médecines alternatives qu’on dit plus douces, plus naturelles, ou complémentaires. Mais devant les offres toujours plus nombreuses, quelques dérives charlatanesques et un marché « alternatif » grandissant, comment s’y retrouver ?
Sans jugement à l’emporte pièce, Richard Monvoisin élaborera et illustrera quelques outils critiques. L’objectif ? Pouvoir faire un libre choix en toute connaissance de cause.

Novembre/décembre 2011, Grenoble – Cycle d’autodéfense intellectuelle : la face cachée de l'histoire

altCe mois de novembre pluvieux à Grenoble est l’occasion de rincer nos idées reçues et se plonger dans la face cachée de l’histoire.

Le 09 novembre débute le second cycle d’autodéfense intellectuelle saison 2, proposé et concocté aux petits oignons par le Collectif de Solidarité Étudiante Sciences Humaines et Sociales[1], les Renseignements Généreux et le CorteX.
Le cycle se déroule sur les mois de novembre et décembre 2011 et propose des projections, exposés et débats sur le campus universitaire de Saint Martin d’Hère.
1ère salve avec un cours ouvert de l’UET zététique et autodéfense intellectuelle de Richard Monvoisin : « Histoire et pseudo-histoire : comment faire mentir l’histoire a des fins idéologiques ? » – 17h30 – DLST amphi E2.
 

Cliquez sur les affiches pour afficher le programme complet du cycle.

 

alt

 
 


[1] Le CSE-SHS est une association tenue majoritairement par des étudiant-e-s dans la salle 15 du BSHM (Bâtiment des sciences de l’homme et des mathématiques) depuis la rentrée 2009. A volonté alternative (auto-gestionnaire, économiquement autre, etc.) et utile au plus grand nombre, le collectif essaye de toucher un peu à tout dans le cadre des besoins et des idées qu’il peut rencontrer autour de lui. Son public est de fait, mais pas de volonté, globalement universitaire. On compte dans ses activités : une zone de gratuité, un café/snack avec bénéfices minimum pour l’assurance de fin d’année, une bibliothèque, des distributions alimentaires régulièrement organisées.
Contact ► salle 15 du BSHM, cse.shs@gmail.com
 
 
 

La Kinésiologie Appliquée à l'épreuve du CorteX

La Kinésiologie Appliquée à l’épreuve du CorteX


La Kinésiologie Appliquée (Applied kinesiology ou AK) est une méthode prétendument diagnostique et thérapeutique créée par George J. Goodheart en 1964. Cette méthode est basée sur un mélange de principes empruntés entre autres à la chiropraxie (manipulation de l’appareil locomoteur) dont l’efficacité est discutée (1) et de concepts énergétiques empruntés à la médecine traditionnelle chinoise (particulièrement les supposés méridiens et la notion de Qi). Le postulat de départ est un des grands classiques vitalistes : le corps serait en permanence traversé d’un flux d’énergie curative, et ce seraient les blocages lors du passage de ce flux qui seraient cause des maladies. Ces blocages proviendraient essentiellement de traumatismes physiques, psychologiques, ou les deux, s’engrammant dans toutes les cellules de notre corps et créant en quelque sorte une mémoire. Une palpation des diverses chaînes musculaires permettrait non seulement de mettre en évidence ces blocages, mais également de les résoudre.

 

En 2007, les étudiants de l’UE Esprit Critique du Master de l’UFR Pharmacie de Grenoble ont établi un protocole sous les directives de R. Monvoisin et C. Routaboul visant à vérifier la capacité diagnostique du Test Musculaire (TM). Celui-ci serait un outil capable de déterminer l’intensité du stress dans le corps. Il est la base de l’essentiel de la Kinésiologie Appliquée. Par manque de temps, cette expérience n’avait pas pu être mise en place (cf. annexes).

En 2011, A. Madelon, A, Mourier, A. Pelloux & J. Tournier, étudiants de l’UE Zététique & autodéfense intellectuelle de R. Monvoisin ont ressorti le « Dossier K » dans le but de réaliser l’expérience, avec l’aide de N. Pinsault, enseignant-chercheur de l’Ecole de Kinésithérapie de Grenoble.

Elle consistait à tester la capacité d’un expert kinésiologue retrouver une substance « nuisible » pour le patient selon le principe suivant : selon la CorteX_Protocole_schema_merid« théorie », cette substance empalmée affaiblirait le tonus musculaire du deltoïde controlatéral, tandis qu’une substance « neutre » n’aurait aucun effet sur ledit tonus musculaire.

L’hypothèse que nous avons testée est la suivante : un kinésiologue confirmé peut-il retrouver par le TM une substance certifiée comme mauvaise pour le patient (allergène, acide sulfurique…) parmi 9 fioles au contenu explicitement neutre pour l’organisme (du sucre par exemple) lors d’un protocole avec « test en blanc », randomisation et double-aveugle ? Pour réaliser cette expérience, nous avons fait appel à l’un des deux plus importants formateurs en Kinésiologie Appliquée de France (qui tint à garder l’anonymat, et sera appelé « Monsieur K« ), qui valida les conditions expérimentales et les critères d’évaluation. La patiente, quant à elle, avait une allergie attestée scientifiquement par un médecin allergologue. Avant de débuter l’expérience, le kinésiologue indiquait qu’il ressentait bien l’allergène, avec des fioles au contenu connu.

 

 

[dailymotion id=xm5s6a]
TM positif : Monsieur « K » durant l’expérience, 15 avril 2011

[dailymotion id=xm5s7l]
TM négatif : Monsieur « K » durant l’expérience, 15 avril 2011

 

En prenant pour seuil de significativité p <0,01, 15 essais auraient nécessité un nombre de réussites de 5 (2).

Sur 15 essais, le kinésiologue n’a retrouvé aucune des fioles allergènes.

Dans le cadre de cette expérience, le Test Musculaire utilisé pour trouver une substance allergène pourtant avérée par l’expert kinésiologue, ne s’est pas présenté plus efficace que le hasard dans le cadre d’une expérimentation randomisée et en stricte double aveugle.

Chose étrange mais prévisible : l’échec patent n’a pas entraîné chez le thérapeute de changement dans sa pratique. Il reste néanmoins ouvert pour tenter des protocoles différents, en changeant de substance placebo, de substance allergène, et en multipliant les patients comme les thérapeutes. En attendant, le TM, socle de la thérapie, attend toujours et depuis longtemps de faire ses preuves.

Affaire à suivre…

A. Madelon, R. Monvoisin, N. Pinsault, J. Tournier

Annexes

Merci à Guillemette REVIRON, Denis CAROTI, Christel ROUTABOUL & Victor FORMUSO.

 

(1)   Ernst E.,  Canter PH., A systematic review of systematic reviews of spinal  manipulation, J R Soc Med. 2006 Apr;99(4) pp. 192-6. .

(2) Voir l’excellent logiciel Prozstat, réalisé par Stanislas Antczak et Florent Tournus, de l’Observatoire Zététique.

Principe de précaution ou décisions raisonnées, par Gérald Bronner

Les travaux de Gérald Bronner, Maître de Conférences à l’université de Strasbourg, sont des outils précieux pour le CorteX qui s’appuie fréquemment sur ses ouvrages pour diffuser et éveiller à l’esprit critique. Nous avons déjà publié quelques-unes de ses interventions à la radio. Voici une conférence filmée et organisée par l’AFIS en mai 2011 sur le thème Principe de précaution ou décisions raisonnées ?« 

A voir ici
[vimeo 24655127]

CorteX_G.Bronner

Matériel audiophonique de Gérald Bronner

CorteX_G.BronnerGérald Bronner est Maître de Conférences à l’université de Strasbourg. Au corteX, nous nous servons allègrement de ses ouvrages, entre autres « L’inquiétant principe de précaution » et « L’empire des croyances » qui est étrangement proche de ce que nous faisons dans nos enseignements. Ses ouvrages sont aussi clairs que ses interventions publiques.
Ci-dessous, quelques « trouvailles » radiophoniques, extraites d’émissions de 2011.

On pourra également visionner ici une conférence sur le thème « Principe de précaution ou décisions raisonnées ? »


 

Y sont abordés entre autres :

– le succès des théories du complot (11 septembre entre autres) et leur taux de pénétration dans diverses sociétés

– les mécanismes de la rumeur

– une analyse darwinienne de la rumeur (proche de la théorie des mèmes)

– une lecture statistique des pareidolies

C’est un excellent extrait de près de 30 minutes, qui fait un large écho à son livre Vie et mort des croyances collectives, Hermann (2006).

Note : G. Bronner cite une doctorante qui travaillait avec lui : il s’agit probablement de Romy Sauveyre, que nous connaissons – et dont la thèse est un monceau d’informations.

Deux ouvrages sont annoncés :

  • BRONNER Gérald et SAUVAYRE Romy (dir.) (2011), Le Naturalisme dans les sciences sociales, Paris, Hermann, 388 pages (sous presse, 17 novembre 2011). Consulter la 4e de couverture
  • SAUVAYRE Romy (2012), Croire à l’incroyable, Paris, Presses Universitaires de France (version remaniée de la thèse de doctorat, à paraître)
  • 18 mai 2011 dans « Du grain à moudre« , sur France Culture avec Brice Couturier et Lise Tourret

Le thème était « Peut-on guérir du fanatisme ? ». L’émission en tant que telle n’a pas suscité notre enthousiasme, ne serait-ce que parce que la définition du fanatisme n’est pas précisé, ou porte une forte connotation morale péjorative (cf effet impact).
J’ai (RM) trié les extraits de Gérald Bronner (à venir)
 
Pour vérifier mon travail de coupe, on pourra écouter l’émission complète ici :

RM

21 au 25 Novembre 2011, Metz – Semaine "Enfance et genre"

Affiche_Enfance_et_genre_2011Du 21 au 25 novembre 2011, à l’initiative du Réseau lorrain de Recherche et Formation en Action Sociale (Foreas) et du Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (2L2S/ERASE) aura lieu la semaine « Enfance et genre : comment le sexisme vient aux enfants ? Des stéréotypes sexistes aux conséquences sociales et sociétales ».

Ces rencontres, ouvertes à tous et toutes sur inscription, se destinent prioritairement aux étudiant-e-s, professionnel-le-s et chercheur-e-s de Lorraine qui s’intéressent aux rapports sociaux entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes.

Lieu : Université Paul-Verlaine de Metz et de l’IUFM de Montignys-lès-Metz.
Télécharger le programme


 

Quelles sont les modalités de construction du genre ? Dans une société et un espace donnés, comment se construit-on fille ou garçon ? Femme ou homme ? Les regards croisés de plusieurs disciplines (sociologie, psychologie, anthropologie, histoire, philosophie) et de plusieurs espaces géographiques (France, Europe, comparaisons internationales) nous permettront de dresser un panorama de cette question fondamentale et de sa traduction dans les espaces de construction identitaires des personnes.

Comment ces processus genrés de construction identitaire se traduisent-ils dans les espaces de socialisation des enfants de la petite enfance à l’adolescence ? Les interventions et débats avec des chercheur-e-s et des professionnel-le-s de l’enfance et l’adolescence nous permettront d’interroger différents supports (littérature, jeux, activités) et lieux (accueil et accompagnement de la petite enfance et de la jeunesse) au regard de cette socialisation différenciée qui transmet « mine de rien » aux enfants des modèles identitaires stéréotypés.

Quelles conséquences et quels effets produisent ces représentations sociales hétérosexistes sur les « choix » et pratiques des individus ? Les intervenant-e-s montreront combien l’intériorisation précoce des stéréotypes et des attentes spécifiques à destination des filles et des garçons continuent non seulement de ségréguer les espaces et places de chacun et chacune mais participent de la production des violences faites notamment aux femmes.

 

Pour s’inscrire aux journées, contacter le secrétariat du réseau FOREAS : 

Christelle Kalkandelen : 03 83 93 41 90 ou reseau.foreas@irts-lorraine.fr
 
Partenaires :
Université Paul-Verlaine de Metz,
Pôle Enfance/Famille de l’IRTS de Lorraine,
AIEM,
Délégation Départementale de la Cohésion Sociale de Moselle,
CIDFF de Longwy,
Association Espoir,
Rectorat de l’académie Nancy-Metz via sa Mission Egalité Filles/Garçons,
Forum-IRTS de Lorraine,
FNEJE 54,
FNEJE 57,
IUFM,
CCAS de la ville de Metz,
bibliothèques et médiathèques de Metz,

avec le soutien de la Délégation Régionale aux Droits des Femmes et pour l’Egalité,
de Metz Métropole,
de la Région Lorraine,
du Conseil Général de la Moselle
et du Conseil Général de la Meurthe et Moselle