L’illusion de l’unique invulnérabilité

CorteX_Blind_SpotIl existe un biais cognitif qui nous conduit à croire que nous sommes justement moins victimes de biais que les autres personnes. Ce biais se nomme en anglais bias blind spot, appelé régulièrement en français “illusion de l’unique invulnérabilité”. Il est une des variantes du biais du supériorité, qui conduit les individus à croire qu’ils ou elles ont de meilleures capacités que les autres.

On peut par exemple très facilement croire ne pas être influençable par des liens d’intérêt financiers avec le monde industriel lorsqu’on est chercheuse ou chercheur, alors que le biais de financement montre que ces relations ont des conséquences sur les résultats des études. Illustration avec cet extrait d’Envoyé Spécial de décembre 2013 intitulé “Conflits d’intérêt : les liaisons dangereuses”.

Dans cette vidéo, un chercheur en criminologie fait part lors de ses interventions publiques du risque toujours plus fréquent d’usurpation d’identité, et de la nécessité de détruire avec un broyeur de documents ses papiers d’identité pour prévenir ce risque. Or, le chercheur déclare toucher plus de 2000 euros par an pour un partenariat avec une entreprise commercialisant des broyeurs de documents, lui demandant de réaliser des études commanditées et financées par ce groupe et de participer à des réunions avec la presse financées et organisées également par ce même groupe. Lorsqu’un journaliste lui demande : “vous ne pensez pas qu’il y a un petit conflit d’intérêt ?“, la réponse du chercheur est sans hésitation : “Non. Non, sinon je ne le ferais pas.” Or, il y a tout de lieu de penser que nous sommes ici dans une situation de conflit d’intérêt où le lien financier qu’entretient le chercheur avec l’entreprise de broyeurs de documents peut biaiser son discours : il peut surestimer les cas d’usurpation d’identité, ou la pertinence des broyeurs de documents par rapport à un simple déchirement manuel.

En général, les individus reconnaissent volontiers leurs liens d’intérêt, mais affirment cependant que ces liens n’influencent pas leur action, uniquement celles de leurs pairs. Or, cette attitude n’est pas soutenue par les faits.

Ce biais cognitif a été mis en évidence notamment chez les médecins dans les années 1990. On peut se référer à l’une des premières études sur le sujet de Steinman et al. 1 On a demandé à 105 étudiant·e·s en médecine de sixième année et plus s’ils pensaient que les représentant·e·s pharmaceutiques avaient un impact sur leur pratique de prescription et sur celles de leurs collègues. Les étudiant·e·s avaient le choix entre quatre réponses : pas d’influence, une petite influence, une influence modérée ou beaucoup d’inflCorteX_steinman2001uence. Les résultats sont représentés dans le graphique ci-contre. Sans rentrer dans le détail, on peut résumer les résultats de l’étude ainsi : alors que plus de 60% des étudiant·e·s pensent que les représentant·e·s pharmaceutiques n’ont pas d’influence sur leur propre prescription, elles et ils sont moins de 20% à penser que leurs collègues ne sont pas soumis à cette influence. À l’opposé, moins de 5% des étudiant·e·s pensent que ces représentant·e·s exercent une influence modérée à importante sur leurs prescriptions, alors qu’elles et ils sont plus de 30% à penser que leur collègues subissent une telle influence. En plus simplifié, peu d’étudiant·e·s pensent être influençables, mais un nombre beaucoup plus important pense que leurs collègues le sont.

Si nous n’avons hélas pas connaissance d’études de ce type sur des universitaires non professionnel·le·s de santé, il est assez raisonnable de penser que ce biais cognitif conduisant à sous-estimer l’impact des mécanismes d’influence sur soi-même ou à les surestimer chez les autres, existe aussi chez les enseignant·e·s et chercheuses et chercheurs. Ce ne sont pas seulement les individus “sans éthique” ou “faibles psychologiquement” qui en sont les victimes.

Le biais de supériorité se décline sous de nombreux autres variantes. Par exemple, il nous conduit à nous croire meilleure conductrice ou conducteur que les autres 2, ou plus populaire que nos ami·es 3.

Notes:

  1. Steinman MA, Shlipak MG, McPhee SJ. Of principles and pens: attitudes and practices of medicine housestaff toward pharmaceutical industry promotions. Am J Med. 2001;110:551–7.
  2. Svenson, Ola. Are We All Less Risky and More Skillful Than Our Fellow Drivers?”. Acta Psychologica. 47 (2): 143–148, 1981.
  3. Zuckerman, Ezra W.; John T. Jost. What Makes You Think You’re So Popular? Self Evaluation Maintenance and the Subjective Side of the ‘Friendship Paradox’. Social Psychology Quarterly. American Sociological Association. 64 (3): 207–223, 2011.