Manifeste des 100 intellos à lunettes qui ont besoin du Postillon pour travailler

cortex_postillon_amourCe manifeste a été produit en soutien à la seule presse alternative du bassin grenoblois. C’est une tribune, et à ce titre, elle déroge un peu à la charte de publication du CorteX. Mais il s’agit ici de mettre un peu les mains dans le cambouis. Les intellectuel.les ont le devoir accru de descendre de leurs hautes sphères et de se concerner pour la vie publique et le paysage médiatique, un devoir plus grand que pour quelque autre profession car leur métier est de penser, de réfléchir, et s’ils/elles ont appris à faire ça par les services et les deniers publics, il est légitime qu’ils/elles rendent au public un peu la monnaie de leur pièce. Comme l’écrivait Michel Audiard, deux intellectuels assis vont moins loin qu’une brute qui marche.

Manifeste des 100 intellos à lunettes qui ont besoin du Postillon pour travailler

Lettre ouverte à Christophe Ferrari, président de la Métro, et Yveline Denat, directrice de cabinet de la Mairie de Pont-de-Claix

Monsieur Ferrari, Madame Denat,

Nous sommes enseignant.e.s, chercheur.euses, journalistes, éducateurs et éducatrices, maniant plus facilement la cervelle que la truelle. De fait, nous sommes des intellectuel.les. Par conséquent les faits scientifiques, les études, les livres et le journalisme d’investigation sont nos nourritures, notre matière première de travail, notre glaise. Vous ne pouvez pas l’ignorer, en particulier vous Monsieur Ferrari, scientifique universitaire que vous êtes.

Le contexte actuel ne vous est pas étranger : la presse caustique a les dents limées, la presse satirique se prend du plomb dans la tête, la presse d’investigation n’existe presque plus, et l’aide à la presse, censée « contribuer au pluralisme du paysage médiatique et offrir un choix réel au lecteur », subventionne plus volontiers les mastodontes et les programmes télévisés que les petites feuilles de chou locales 1.

Une presse alternative décapante est essentielle à l’alimentation de la réflexion des citoyens de la métropole, réflexion qui avait tendance à s’habituer au ronron anxiolytique du Dauphiné Libéré, pourtant subventionné à près de 5 millions d’euros par an.

Tuer cette presse, c’est enlever le ciment au maçon, c’est acidifier la terre de l’agriculteur. C’est pisser dans le seau à champagne. Tuer cette presse, c’est retirer le matériel de réflexion dont nous nous servons pour former à la réflexion critique nos chères têtes blondes, bouclées et crépues.

Et il s’agit bien ici de non-assistance à presse en danger. En laissant le Postillon et son directeur de publication être déclarés « coupables » et condamnés à verser « 2 000 euros d’amende, dont 1 000 avec sursis »,puis « 2 000 euros de dommages-intérêts à Yveline Denat », plus « 1 500 euros de dommages-intérêts à Christophe Ferrari », plus « 1 200 euros chacun pour le remboursement de leurs frais de justice », vous savez bien, Monsieur Ferrari, Madame Denat que vous faites couler la barque, fabriquée par des personnes précaires qui ne proposent ce canard que par conviction.

Le caractère diffamatoire ou non est de notre point de vue très secondaire dans cette affaire.

Entendez notre appel : retirez votre plainte !

D’abord par calcul personnel : car cette plainte vous rend antipathiques, comme Goliath, comme Polyphème. Elle fait de vous une botte militaire qui écrase la seule fleur d’un bocage. Elle signifie flinguer la seule presse alternative grenobloise existante, pour simplement laver votre plumage. Vous allez torpiller un enjeu d’utilité publique pour un petit honneur confit dans une surestime de soi.

Surtout, pour l’Histoire. Vous n’êtes pas dupes : cela relève de notre boulot de documenter, de garder trace, de consigner. Les encyclopédies du présent et du futur sauront garder votre fait d’armes, et il est assez probable que nos descendants auront grand mal à revendiquer votre héritage. Il est prévisible que votre action en justice fasse pouffer nos petits-enfants, comme nous pouffons devant les censures de l’ORTF ou de l’abbé Béthléem.

Nous faisons le pari que vous n’aviez pas vu les choses sous cet angle, et que comprenant tout l’enjeu qu’il y a rapporté à ce que vous essayez de sauver, vous allez annoncer le retrait de votre plainte. Les enjeux collectifs, nous en sommes sûr.es, dépassent et subsument nos égos, n’est-ce pas ?

Bien cordialement

Les signataires

Alban BOURGE, nanotechnologies

Albin DE MUER, physique

Albin GUILLAUD, épidémiologie

Anaïs GOFFRE, agriculture

Anne DIDELOT, anglais, français langue étrangère

Anne VILAIN, sciences du langage

Anne-Laure DAUB, santé

Aurélien BARRAU, astrophysique

Aurore AUDRAIN, informatique

Aymeric SOLERTI, agriculture

Bastien LETOWSKI, génie électrique

Benjamin VIAL, sciences sociales

Brunelle DALBAVIE, construction

Caroline BORDIN-GOFFIN, santé

Caroline ROSSI, anglais

Cécilia DUPRÉ, nanotechnologies

Cédric TAILLANDIER, science des matériaux

Célia GUILLAUD, ressources humaines

Céline DALLA COSTA, mesures physiques

Claire MARYNOWER, histoire

Clara EGGER, science politique

Clément DEBIN, mathématiques

Cyril TRIMAILLE, sociolinguistique

Cyrille DESMOULINS, énergies alternatives

Denis CAROTI, sciences physiques

Dominique BOCHER, sciences physiques

Edwin HATTON, politique

Elise BOURGES, musique

Élodie BIDAL, biophysique

Elora MOURGUES, technologie

Eric DUMAS, mathématiques

Euxane ESPIAU, géotechnique

Fanny BASTIEN, audiovisuel et multimédia

Fanny VUAILLAT, urbanisme

Félix SIPMA, agriculture

Francis LAZARUS, informatique

Francis TROULLIER, sciences physiques

François BLAIRE, graphisme

François BOUX, informatique

Gaëtan BOUILLARD, médecine

Gilbert MARMEY, électrotechnique

Grégoire CHARLOT, mathématiques

Grégory HERBINSKI, médecine

Guillaume ALLÈGRE, informatique

Guillaume LAGET, mathématiques

Guillemette REVIRON, mathématiques

Haithem GUIZANI, sciences de gestion

Héléna REVIL, sciences sociales

Hélène PINSON, médecine

Irène FAVIER, histoire

Isabelle KRZYWKOWSKI, littérature générale et comparée

Ismaël BENSLIMANE, philosophie

Jean RESSIOT, informatique

Jean-Yves TIZOT, histoire et civilisation britannique

Jennifer BUYCK, urbanisme

Jérémy GARDEN, ethnomusicologie

Josua GRÄBENER, sciences politiques

Julien LÉVY, sciences sociales

Julien PECCOUD, sciences de la vie et de la Terre

Laure SAMBOURG, mathématiques

Laurence BUSON, sciences du langage

Laurent HUSSON, géologie

Lucas FLORIN, éducation populaire

Madeleine MIALOCQ, sciences humaines

Manon ÉLIE,ingénierie

Marie GARDENT, géomorphologie

Marine PONTHIEU, sciences de la matière

Marinette MATTHEY, sciences du langage

Marlène JOUAN, philosophie

Murielle FRANVILLE, sciences de la communication

Nelly DARBOIS, santé

Nicolas PINSAULT, santé, neurosciences

Nicolas VIVANT, indépendant

Olivier KRAIF, informatique pédagogique

Olivier RAZAC, philosophie

Olivier TOSONI, technologies industrielles

Pascale LAZARUS, musique

Pascale GUIRIMAND, éducation populaire

Pierre BADIN, parole et cognition

Pierre GENEVOIS, mécanique

Pierre LABREUCHE, physique

Pierre MAZET, sciences sociales

Pierrick BONNASSIEUX, ingénierie

Raul MAGNI BERTON, science politique

Rémi CLOT-GOUDARD, philosophie

Richard MONVOISIN, didactique des sciences

Robin ROLLAND, électronicien

Romain VANEL, mathématiques

Sarah MEKDJIAN, géographie

Sébastien BERGER, pollution

Serge BONDIL, informatique

Simon PONTIÉ, électronique

Simon VARAINE, science politique

Stéphanie GUINARD, agriculture

Thierry SOUBRIÉ, sciences du langage

Thomas BASILE, santé

Thomas VAN OUDENHOVE, informatique

Vincent BOURY, ressources humaines

Yves BONNARDEL, indépendant

Pour en savoir plus : Condamné, Le Postillon fait appel

Extrait de « un taxi pour Tobrouk« , de Denys de La Patellière (1961).

 

Notes:

  1.  Le Monde et le Figaro par exemple, touchent environ 18 millions d’euros par an. Ouest France autour de 10 millions, Télé 7 jours 7 millions, Télé star 5. À titre comparatif, le Canard enchaîné et le Monde Diplomatique touchent environ 500 000, soit autant que le Journal de Mickey. Le Postillon, quant à lui, rien. Et il ne demande même pas.